S.M.U.H. Service Médical d'Urgence par Hélicoptère

Forum de discussion des acteurs du SMUH


    COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Partagez

    le Baron Bleu
    Découverte
    Découverte

    Localisation : SAMU de BLOIS au boulot / l'Auvergne en repos
    Date d'inscription : 12/11/2009
    Messages : 19

    COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  le Baron Bleu le Jeu 12 Nov 2009 - 16:16

    Comme je l'ai dit hier soir à Mathieu, que je félicite encore pour son colossal travail de réalisation de ce site dont nous rêvions tous, je ne souhaitais pas trop parler de mes deux Airprox en deux vols SAMU consécutifs avant les résultats des deux enquêtes.

    Mais voilà que je viens de raccrocher avec l'Officier du BCM/CMSA de Paris qui au cours de son appel m'indique qu'aucun résultat d'enquête n'est à espérer avant fin 2010 voire mi-2011 puisque plus de 60 dossiers similaires sont à traiter par leur service avant les deux miens...

    A raison d'un Airprox en SAMU par semaine au train où, force est de le constater, vont les choses, cela voudrait dire que dans 75 procédures AIRPROX sans crash, nous comprendrons mieux ce qui s'est passé avec le Transall et le mirage 2000 qui, sans avoir délibérément voulu tirer sur l'ambulance volante du SAMU, j'en suis intimement convaincu, ont néanmoins failli la désintégrer en vol tout en se désintégrant très certainement eux-mêmes finissant ensuite en débris sur le parc bondé de visiteurs du Château de Chenonceaux par un beau mercredi après-midi pour l'un et sur la bonne ville d'Orléans un beau vendredi matin pour l'autre!

    Parlant d'Orléans, si l'humour à la mode dit de Jeanne d'Arc qu'elle a frit, elle a tout compris, nous avons failli frire dans le ciel de Demoiselle Jeanne bien sans avoir rien compris... Ce n'était donc point notre heure de pouvoir enfin la rencontrer dans les plus hautes sphères de l'au-delà.

    Ce délai de réaction des Services du Ministère de la Défense me semblant peu compatible avec les mesures de correction que la gravité des trois AIRPROX en SAMU impose pourtant au niveau National et de toute Urgence, je me dois donc, pour la sécurité de tous, de m'exprimer publiquement sur ce sujet afin d'ouvrir au plus vite le débat.

    Je vais donc le faire ici dans de prochains posts mais je tiens avant tout à préciser que m'a démarche n'est animée d'aucune animosité envers les pilotes du Ministère de la Défense. Au contraire, je suis d'abord et avant tout ravi que les équipages que j'ai croisés de très près et à très grande vitesse aient pu rentrer comme nous, en bonne santé et à bon port, pour retrouver leurs familles et leurs proches.

    A l'image de Manfred von Richthofen, le Baron Rouge, plus grand pilote allemand de la guerre de 14, qui prenait soin de détruire seulement l'avion ennemi sans blesser son pilote puis se posait ensuite pour saluer son ennemi au sol, je pense que nous avons tous une même passion du vol quelque soit notre couleur.

    Mais je dis et écrit publiquement aujourd'hui que nous allons droit vers un crash majeur et mortel entre un avion militaire et un hélicoptère du SAMU.

    Je ne suis plus, en tant que pilote Cdb SAMU et en l'état actuel des choses, en mesure d'assurer tant la sécurité des équipes médicales ou des patients que nous transportons que propre sécurité.


    Ce que j'écris là est très grave pour un Commandant de Bord mais je ne me cacherai pas derrière mon petit doigt.

    La nouvelle réglementation militaire vient d'autoriser ce 1er novembre 2009 les vols CAM Victor à une vitesse de Mach 0,9 sur tout le territoire et en dehors de toutes zones réservées et à tous les niveaux jusqu'au sol.

    A ces vitesse, lorsque le pilote nous verra, nous seront morts dans deux secondes sans même qu'il n'ait eu le temps physiologique de nous éviter puisqu'il lui faut physiquement 4 secondes pour le faire comme l'indique le rapport militaire BEAD du crash de l'ULM contre un rafale en 2004. (page 134 à 140).
    http://www.defense.gouv.fr/defense/layout/set/popup/content/download/141473/1227471/file/Rapport%20public%20n°BEAD-air-X-2004-018-A.pdf


    Alors, soit Monsieur Hérvé MORIN, notre Ministre de La Défense, réagit personnellement et très vite pour prendre les seules quelques mesures qui vaillent:

    1- l'interdiction aux aéronefs militaires en Très Basse Altitude de sortir de leurs très nombreuses zones réservées en dessous de 1 500 Ft sol et à des vitesses compatibles avec la procédure voir et éviter de la Circulation Aérienne Civile. (presque tous les abordages ou airprox sont déposés en dehors de leurs zones).

    2- L'attribution d'un code IFF SAMU nous permettant de partir en primaire dans ces zones réservées car nous y sommes prioritaire sur eux comme le prévoit les textes en secours à personnes.

    Voire d'autres mesures, donnez votre avis sur le blog.

    Soit nous devons nous attendre à voir des enfants suivre le cercueil de leur père où de leur mère dans une grande cérémonie officielle ou les Ministres de la Santé et de la Défense seront présents et attristés avant de prendre ensuite, sous la pression de l'opinion publique, ces décisions qui s'imposent mais qui ne ramèneront pas les parents de ces enfants.

    Nous en sommes passés très près par trois fois et en 3 semaines.

    Le débat public des pilotes, syndicats de pilotes et syndicats des personnels médicaux est ouvert de fait après ces trois événements.

    Si sauver des vies est bien souvent pour nous tous, plus une raison d'être qu'une profession, c'est nos vies d'équipages SMUH qu'il s'agit aujourd'hui de sauver pour continuer à sauver d'autres patients tous les jours...

    Le débat est ouvret et les moyens d'actions, syndicaux ou autres, sont à trouver de toute urgence.

    A vos plumes et c'est maintenant...

    Bons vols à tous et bonne chance en vol en attendant.

    Luc.

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2119

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  vanhoute le Jeu 12 Nov 2009 - 16:50

    Pour alerter l'opinion publique, un article pour chaque AIRPROX déposé dans un journal local (ou mieux, national...) mettrait peut-être l'accent sur le problème grave de la gestion de l'espace aérien en basse altitude.
    Il y a pourtant deux moyens simples et peu coûteux pour éviter un accident :
    - une fréquence auto info commune en dessous de 1500 Ft / sol dans une gamme de fréquence civile (ça ne coûte rien et ça sauvera des vies !!!!)
    - l'obligation de TICAS sur les appareils de la défense étant donné la vitesse de déplacement de ces derniers (à condition de systématiser l'utilisation de notre IFF avec mode C enclenché comme c'est demandé dans les règles de vol VFR), les avions de ligne en sont aujourd'hui tous équipés...
    Mais je n'invente rien car ce sont les mesures demandées par le BEAD !!!

    Comme l'ont chanté Mickey 3D, "la France a peur tous les soirs à 20h...", ces problèmes d'AIRPROX touche la population car nous faisons du service publique et ce sont des "faits divers" qui mériteraient articles et reportages sur les risques encourus en se faisant secourir en hélico...

    Mathieu


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    souricrew
    Découverte
    Découverte

    Date d'inscription : 29/10/2009
    Messages : 13

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  souricrew le Ven 13 Nov 2009 - 9:34

    On a déjà beaucoup parlé sur ce forum des risques encouru devant les tribunaux liées à nos actes en vols plus ou moins légaux. Alors pourquoi ne porte tu pas plaintes ? Peux-être que les tribunaux seraient plus rapides et compétents ?
    Je rejoins aussi l'avis de Mathieu, tu devrais en avertir les médias. Un bon reportage sur le 13 h national devrait sensibiliser l'opinion publique.

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  copter le Ven 13 Nov 2009 - 9:43

    Dans la même série mais pour le SAMU 24:

    Le crash aérien évité in extremis " hélicoptère du Samu-Alpha Jet de l'armée de l'air "
    On est vraiment passé très près du drame, lundi après-midi dans le ciel périgordin. Il s'en est en effet fallu d'un cheveu pour que l'hélicoptère du Samu de Périgueux entre en collision avec un Alpha Jet de l'armée de l'air en provenance de la base aérienne de Cazaux.

    L'incident se déroule vers 16 heures. Après avoir transporté un patient au CHU de Bordeaux, l'hélicoptère du Samu, avec trois personnes à son bord (le pilote, un médecin et une infirmière), retourne vers l'hôpital de Périgueux en volant à la vitesse de 200 km/h, à environ 300 mètres d'altitude.

    Lancé à 700 km/h

    Tout à coup, entre Libourne et Montpon, à 30 kilomètres au nord-ouest de Bergerac, le pilote aperçoit un Alpha Jet lancé à 700 km/h qui s'apprête à traverser sa trajectoire. Il a tout juste le temps d'entamer une manoeuvre désespérée pour éviter le choc en procédant d'urgence à une descente en piqué.

    Le pilote et ses deux passagers sont choqués, secoués, mais indemnes. Comme le souligne Michel Gautron, responsable du Samu, « on est vraiment passé très près de la catastrophe. Sans le réflexe et la dextérité du pilote, nous assistions à un crash aérien ».

    Le pilote de l'hélicoptère, Bernard Gauthier, s'en tire avec une grosse frayeur et la satisfaction d'avoir sauvé cinq vies (ses passagers plus le pilote et le passager de l'Alpha Jet).

    Selon le commandant Charton, du Sirpa-air (1) de Paris, les deux aéronefs se sont finalement croisés à 60 mètres de distance. « Nous sommes au-dessous des normes admises, mais il n'y a pas de faute de la part des pilotes, assure-t-il. À cette altitude, c'est le vol à vue ; l'espace est à tout le monde et la seule procédure valable est : voir et éviter. »

    Une grosse frayeur

    Au Samu, on s'interroge tout de même sur la présence de cet Alpha Jet dans le ciel de Dordogne. « Tous les matins, explique Michel Gautron, nous vérifions que la zone aérienne n'est pas activée par les militaires. C'était le cas ce lundi. Nous aurions donc pu croiser un avion civil, volant à une vitesse bien inférieure, mais pas un appareil militaire lancé à une telle allure. »

    L'alpha Jet est un appareil militaire destiné à l'entraînement ou à l'attaque au sol. De conception ancienne, il est le plus souvent utilisé comme avion-école. Toutes les procédures avaient-elles été respectées ce lundi ? La question est aujourd'hui posée. Le Samu a en effet jugé l'événement suffisamment grave pour réaliser une déclaration d'incident, qui devrait donner lieu à une enquête.

    (1) Service d'information et de relations publiques des armées.

    Source: http://opexnews.over-blog.com/article-le-crash-aerien-evite-in-extremis-helicoptere-du-samu-alpha-jet-de-l-armee-de-l-air--38009638.html
    Info France 3: http://aquitaine.france3.fr/info/L-hélicoptère-du-SAMU-évite-l-avion-de-chasse-58256137.html

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  Capitaine flamme le Ven 13 Nov 2009 - 17:27

    JE ne veux pas defendre forcement les pilotes militaires mais il est vrai que les regles de l air s applique a tout le monde(En dessous de la surface S ,priorite a droite Idea ) et que meme si ce n est peut etre pas approprie tous les avions militaires peuvent voler en vfr ou Cam en dehors de leur zone mais comme nous ils doivent avoir la tete dehors et les yeux ,c est mieux What a Face Il existe comme les chauffeurs poids lourds des" branquignols" se sont ce que l on appel souvent des abonnes .....mais la majorite sont des professionnels comme nous.Ces abonnes sont somposes ,de grades .Ce sont des amateurs qui sont la pour la prime a l air que touche le pilote mais n ont souvent aucune connaissance des regles ,ils sont comme nos hommes politiques au dessus des lois et c est un mal bien Français .Ne mettons pas tout le monde dans le meme panier!

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2119

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  vanhoute le Ven 13 Nov 2009 - 18:12

    VCTERIC a écrit:Il existe comme les chauffeurs poids lourds des" branquignols" se sont ce que l on appel souvent des abonnes .....
    Attention aux raccourcis simples...
    Le problème est un problème de fond et surtout de procédures, pas de pilote (ou pas que...).
    Je pense qu'assurer l'anti abordage à vue à mach 0.9 est quasi impossible...
    C'est donc sur les moyens qu'il faut enfoncer le clou...

    Mathieu


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    BREZHONEG
    Se lance dans la discussion
    Se lance dans la discussion

    Date d'inscription : 05/11/2009
    Messages : 36

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  BREZHONEG le Sam 14 Nov 2009 - 8:36

    VCTERIC a écrit: Il existe comme les chauffeurs poids lourds des" branquignols" se sont ce que l on appel souvent des abonnes

    On en trouve partout des branquignols. Il n'y a pas besoin d'aller loin pour en trouver. Il suffit entre autre de lire certains posts sur un autre forum.

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  Capitaine flamme le Sam 14 Nov 2009 - 9:34

    Desole je me suis encore mal exprime je vais trop vite.....En parlant de chauffeur poids lourds "branquignol",je voulais dire que les chauffeurs sont des professionnels de la route et en grands nombres ,malheureusement pour eux ,il y a quelques exemples contraires (ceux qui conduisent en regardant une video par exemple...)qui discreditent la profession....Il en est de meme pour les pilotes de chasse ou de transport.....mais la je le repete ce ne sont souvent pas des professionnels mais des amateurs qui viennent faire leur 40 heures pour toucher la prime a l air,vue que j etais dans l armee de l air ,je les connais un peu......Ils sont pas forcement mechand affraid mais ils sont presque a coup sure incompetent .....car au vue de leur selection et de leur carriere ils le sont souvent au depart de leur carriere .....mais on ne peut pas vraiment leur repprocher car je le repete ce n est pas leur metier ! No ILs sont la pour commander et souvent ils le font mieux que dans d autres armees mais pour pouvoir toucher leur prime ils doivent voler.....On ferait mieux de le leur donner sans voler! Very Happy Cela couterait moins cher et serait moins dangereux pour tout le monde ou alors on leur achete des petits jodels 100 cv "low cost" c est la tendance et pas des poids lourds clown ......

    dipper
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : dans le 180
    Date d'inscription : 05/11/2009
    Messages : 79

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  dipper le Sam 14 Nov 2009 - 12:50

    Salut vteric , il faut rester juste dans ses propos , les abonnés sont effectivement des pilotes qui font peu d'heures dans l'annnée (en général 40h) mais il faut savoir qu'ils ne partent pas seul sur un monoplace (because pour voler seul sur un avion mili il faut etre a jour de qualif et donc s'entrainer plus de 40 h par an.)
    Ce qui est inquietant c'est de voir débouler un chassou a 450 kt sans info (il existe une fq auto-info qu'utilisent tous les mili en BA mais c'est une fq UHF.)
    Ce que je trouve bizarre , c'est que les couloirs TBA avaient été créé pour eviter un peu les interférences entre
    aviation mili chasse et tous les autres usagers (et pas seuleument le samu) , ce retour en arriere est étonnant!!!!
    Quoi qu'il en soit il faudrait demander l'avis du BEA sur le sujet , ce sont eux les spécialistes de la tole froissée....

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  Capitaine flamme le Sam 14 Nov 2009 - 18:03

    Bon comme a mon habitude ,je vais peut etre un peu loin.... Very Happy mais dans l armee ou dans le civil(15 hpour une prorogation,je crois...),40 heures suffisent largement pour avoir sa licence ,le pilote passe chaque annee sa licence qui est valable 1 an.....Et l abonne peut voler seul dans un alpha-jet......Pour une navigation evidement pas pour une mission de combat Rolling Eyes ...

    LECIVIL
    Membre très actif
    Membre très actif

    Localisation : Le sud
    Date d'inscription : 03/11/2009
    Messages : 224

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  LECIVIL le Sam 14 Nov 2009 - 19:32

    Abonné ou pas cela ne changera pas grand chose malheureusement.

    le Baron Bleu
    Découverte
    Découverte

    Localisation : SAMU de BLOIS au boulot / l'Auvergne en repos
    Date d'inscription : 12/11/2009
    Messages : 19

    La procédure voir et éviter est inapplicable à 55 kts

    Message  le Baron Bleu le Dim 15 Nov 2009 - 13:20

    Salut Eric

    On peut le tourner dans tous les sens, un chasseur à 450 Kt ne perçoit un autre avion que 2 secondes avant l'impact.

    Le temps minimum avant qu'il commence sa manoeuvre d'évitement est de 3 secondes.

    We are even dead when we are in sight.

    Ceci est d'ailleurs indiqué par le Ministère de la défense sur la face de la Carte SIA réseau RTBA où il est écrit clairement ceci en parlant des zones RTBA:

    Dans ces zones et pour les besoins de l'instruction, les vols militaires à très grande vitesse et à très basse altitude sont conduits conformément aux informations publiées.

    - Le principe "Voir et éviter" ne peut être applicable aux missions s'y déroulant. Les tronçons activés sont utilisables quelques fois jusqu'au sol.


    L'Armée reconnaît donc que voir et éviter est impossible à ces vitesses là mais laisse pour autant ses pilotes se balader partout dans ses conditions.

    C'est une mise en danger caractérisée de la vie d'autrui que de laisser faire cela.

    Pour ce qui est des abonnés, même en double, un instructeur moins gradé que l'ancien briscard qui est aux commandes ne pourra guère que lui suggérer de faire mieux mais pas lui l'imposer.

    De plus, quand l'on ne vole que 40 heures par an sur un taxi qui débourre à 700 à l'heure, ce n'est pas le pilote qui conduit l'avion mais l'inverse. ceci est très grave lorsque l'on est en face d'eux comme à Périgueux ou ailleurs.

    Je ne vois pas guère d'autre solution que de remettre ces avions à leur place, c'est à dire dans leurs zones réservées et nulle part ailleurs à ces vitesses là.

    Nous pouvons bien le tourner dans tous les sens, 5 morts on été évités à Périgueux, 6 morts ont été évités avec le Transall à Chenonceaux et 4 morts ont été évités à Orléans.

    Cela fait 15 morts en Trois semaines.

    Certes, il est vrai que si j'étais mort à Chenonceaux le 28 octobre, je n'aurai pas pu re-mourir à Orléans le 6 novembre, mais plus nous jouons à la roulette russe en volant dans ces conditions là et plus nous avons de chance de voir ce jeu payer douloureusement pour notre corporation de secouristes.

    Pour ce qui est de la Presse et d'une Action au Pénal pour mise en danger d'autrui, ces deux moyens d'action sont à l'étude bien évidement.

    Mais il faut se méfier du sensationnel recherché par nombre de journalistes en recherche de piges à vendre qui ne sera que feu de paille avec parfois des infos publiées dans la presse absolument fausses ou erronées.

    Pour traiter ce genre de problème relativement grave mais d'un sujet très spécifique, j'ai préféré charger le Président de l'Association des Journalistes de la Presse Aéronautique et de l'Espace de ce dossier. Les journalistes de cette association baignent dans l'aéronautique depuis tout petits et c'est leur métier que d'écrire et analyser des sujets aéronautiques.

    C'est un problème de fond qu'il faut régler avant le drame et c'est donc une analyse de fond qu'il y a lieu de faire au niveau de la presse.

    De même pour l'Action au Pénal, envisagée par moi mais également pas les membres des équipes SAMU qui ont eu très peur , j'ai chargé de ce dossier un Avocat dont c'est le métier et la spécialité depuis bien longtemps.

    Mais comme pour toute chose qui doit être aboutir sur du concret, cela prend toujours du temps de bien faire les choses.

    Méfions nous comme de la peste de ne pas apparaître dans la rubrique des faits divers, c'est de bien d'autre chose que nous devons parler au sujet de ces airprox.

    En attendant, faites part de vos témoignages même si ceux ci n'ont pas été suivis d'AIRPROX.

    Le dernier qui m'a été conté par un de nos mécanicien concerne un Mirage 2000 qui est passé pleine bille au dessus de la nouvelle plate forme de l'Hôpital de la Source au niveau du toit de l'Hôpital. Même au sol, ils ont été scotchés...

    Imaginons le SAMU 45 qui décolle en reculant à ce moment là et BINGO...

    Et ceci est absolument intolérable.

    Apprécieriez vous de vous faire frôler les moustaches par une Subaru Gendarmerie qui vous dépasse à moins d'un mètre latéralement à 250 km/h alors que vous êtes tranquille en famille sur l'autoroute et sachant que la Gendarmerie a des moyens aériens qui ne mettent pas la vie d'autrui en danger.

    C'est du même ordre, c'est intolérable mais c'est toléré parce nul n'ose enfin s'y opposer avec les moyens légaux que la justice donne à (presque) tout citoyen.

    Amitiés à tous.

    Luc

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  copter le Ven 20 Nov 2009 - 8:51

    Voilà ce qu'un organisme (un syndicat. Désolé mais c'est la réalité) qui représente des pilotes fait pour ce dossier (je ne mettrais pas le nom de ce syndicat dans un esprit de modération):


    Monsieur le Directeur Général
    Direction Générale de l’Aviation Civile
    50, Rue Henry Farman
    75720 PARIS Cédex 15



    Monsieur le Directeur,

    Nous venons, par la présente, attirer votre attention sur trois incidents aériens majeurs qui se sont déroulés, très récemment, en l’espace de trois semaines.

    Ces incidents se sont produits dans la région de Périgueux et dans la région d’Orléans (Tours). Ils ont mis, directement, en cause des hélicoptères du « SAMU » et des avions de « l’Armée de l’Air », ce qui a conduit, dans les trois cas, au dépôt « d’AIRPROX » de la part des deux commandants de bord des hélicoptères.

    L’enquête en cours de vos services déterminera, sans doute, les responsabilités engagées des avions de « l’Armée de l’Air » ; mais, avant cela, et pour éviter tout autre incident de même nature, nous souhaitons que soit étudiée la possibilité de mettre en place une fréquence de veille compatible entre les hélicoptères du « SAMU » et les aéronefs des Armées. Cette fréquence veillée aurait, pour vocation, d’informer (en dehors des zones contrôlées et réglementées) des positions ou trajectoires des aéronefs militaires, pouvant croiser, à très basse altitude, les appareils du « SAMU ».

    Nous insistons sur la nécessité de trouver rapidement une solution « sécurisante », si notre proposition s’avérait impossible à mettre en œuvre.

    Les dérives de certains commandants de bord militaires sur leurs responsabilités vis-à-vis des autres usagers de la navigation aérienne sont certainement le fait d’une minorité, mais nécessitent, néanmoins, votre intervention auprès du Ministère de la Défense.

    Les incidents évoqués ci- avant ne sont, malheureusement, pas exceptionnels sur le territoire français. Nombre de nos adhérents pilotes en ont été victimes, mais tous n’ont pas eu le courage de déposer des procédures réglementaires à l’encontre des aéronefs de la Défense avec, à l’esprit, la vision toujours persistante « du pot de terre contre le pot de fer ».

    Dans l’attente de votre réponse et conscient de votre souci permanent de la sécurité des vols, nous nous tenons à votre disposition pour une éventuelle rencontre sur le sujet.

    Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, nos respectueuses salutations.


    Nous attendons toujours une réaction de l'Association Française des Hélicoptères Sanitaires Hospitaliers. Shocked Shocked

    nicolas letellier
    Premiers pas
    Premiers pas

    Date d'inscription : 13/11/2009
    Messages : 6

    de l'espace aérien

    Message  nicolas letellier le Dim 22 Nov 2009 - 9:48

    Après l'émotion la réflexion. Il est évident que les airprox récents et passés entre nos machines et celles de l'armée de l'air sont un sujet extrèmement préoccupant pour qui se soucie de sécurité aérienne et tout particulièrement de la nôtre: celle de nos patients, de nos pilotes, de nos équipes.
    Si l'espace aérien est à tout le monde il doit être en priorité sécurisé pour ceux qui l'utilisent quotidiennement dans l'exercice de leurs missions. Un bref regard sur la carte du ciel français interroge l'observateur (en particulier étranger) sur l'importance de la place faite aux zones militaires. Il y a là une inadéquation frappante. Notre armée qui possède moins d'avions que naguèrre et vole moins d'heures chaque année (restrictions budgétaires obligent) n'a pas restreint son domaine aérien. Les SAMU qui, bon an mal an opèrent quelques 20 000 missions annuelles au service des citoyens et pour le motif le plus noble: la santé (selon de nombreux sondages auprès des français) doivent se faufiler entre ces zones et quelques fois risquer l'accident. Qui est prioritaire entre un militaire à l'entraînement et une EVASAN ? Chacun connait la réponse qu'il soit civil, militaire ou .... juge .
    Si l'IFR basse altitude se développe, comme je le souhaite, cette question de la "ré-attribution" de l'espace aérien dans les basses couches va forcément se poser. Il ne s'agit pas de s'affronter avec l'armée mais de coller à la demande de nos concitoyens qui demandent de plus en plus de soins de qualité (et donc de transports) et qui, par ailleurs, financent par leurs impôts aussi bien les militaires que les SAMU. La balle est donc dans le camps de ceux qui nous représentent au plus haut niveau et qui écrivent les textes à nous de leur faire passer l'info.
    Bon dimanche à tous.

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2119

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  vanhoute le Dim 22 Nov 2009 - 10:27

    nicolas letellier a écrit:Si l'IFR basse altitude se développe, comme je le souhaite, cette question de la "ré-attribution" de l'espace aérien dans les basses couches va forcément se poser.
    J'ai bien peur que, malheureusement, cela ne fonctionne jamais dans le sens "réattribution de l'espace aux civils".

    Il faut savoir que, même lorsqu'une base aérienne ferme ou que son activité aérienne devient nulle, la zone aéronautique militaire associée n'est jamais fermée mais "suspendue"... Les militaires préférant conserver leur acquis "au cas où" cela pourrait un jour à nouveau leur servir.
    La couverture basse altitude des zones d'entraînement militaires n'est d'ailleurs à mon avis, pas en cause, surtout dans les derniers airprox qui nous concernent car sinon ce serait les pilotes du SAMU qui seraient responsables si ils avaient traversés une zone R-TBA active...
    De plus, si les militaires ont besoin du quart du territoire pour faire un exercice pendant un mois, ils déposent un SUP AIP avec un NOTAM associé et c'est à nous d'éviter la zone ou de téléphoner au chef de quart de l'exercice avant pénétration.
    Il est vrai que la configuration de l'espace aéronautique militaire français est un casse-tête pour les pilotes civils étrangers qui sont amenés à voler en France. Mais je pense, qu'en ce qui concerne les pilotes expérimentés des SAMU, nous avons l'habitude de ce maillage et savons nous en adapter. La preuve en est le peu d'airprox déposé par les pilotes de l'armée de l'air pour des pénétrations de zones par des appareils du SAMU (même si cela arrive parfois).

    Le point noir c'est, à mon avis, bien les procédures. Si les pilotes peuvent communiquer entre ou disposer de moyens d'alerte, ils peuvent faire un anti-abordage "actif" et pas "passif" comme c'est la cas actuellement.
    La preuve en est c'est qu'il y a peu d'évènemements de ce type entre les appareils des différentes armées car ils s'annoncent tous entre eux sur leur fréquence d'auto information et pourtant ils sont à 80% dans la zone critique 180Ft - 1500 Ft.

    Mathieu


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    le Baron Bleu
    Découverte
    Découverte

    Localisation : SAMU de BLOIS au boulot / l'Auvergne en repos
    Date d'inscription : 12/11/2009
    Messages : 19

    IFR futur ou VFR actuel, il nous faut bien trouver tout de suite une solution avant d'avoir une équipe au tas

    Message  le Baron Bleu le Dim 22 Nov 2009 - 11:04

    Merci Nicolas de votre réponse.

    Effectivement, lorsque des pilotes d'ULM espagnols souhaitent traverser la France, ils hallucinent quelque peu en découvrant les cartes VFR françaises avec toutes nos zones militaires. C'est pire qu'en URSS aux années les plus noires, nous disait l'un d'eux avec juste raison. Vous craignez un BEN LADEN dans tous les départements ou quoi?

    Le pire aussi, entendu bien évidement par des propos "en OFF" d'un pilote de chasse interrogé sur la question, c'est que:
    "les zones militaires basses altitude sont tellement dangereuses aujourd'hui avec le risque d'en percuter un autre qui vient aussi vite d'en face, avec un rapprochement à 500 m/seconde, que les pilotes militaires eux-même n'osent même plus y aller tellement c'est dangereux."

    Donc on déboule à mach 09 partout ailleurs et tant pis pour ceux qui nous croisent comme l'ULM de Thiers en 2004 avec 2 morts, et l'ULM de Macon en 2007 avec 1 mort ou très récemment les trois hélicos du SAMU qui auraient du aller au tas et tous en dehors de ces zones militaires.

    Ma question est donc la suivante, que fait on maintenant, avant la fin de l'année, sans attendre l'IFR basse altitude ou d'autres choses avant d'avoir une machine SAMU crashée dans ces conditions?

    Peut être pourriez vous ou devriez vous en tant que Président de l'AFHSH protester tout aussi officiellement que vigoureusement, en écrivant aux Ministres concernés de la Santé, des Transports et la Défense afin de les mettre tout aussi officiellement en face de leurs responsabilités vis à vis des 3 airprox SAMU qui viennent d'avoir lieu en 3 semaines.

    Peut être devrions nous tous, AFHS, SYNDICATS de PILOTES et des MEDECINS et INFIRMIERS, SNEH, UFH menacer ces Ministères d'arrêter les vols SAMU tant que ce problème grave de sécurité des vols n'est pas réglé. N'est-ce pas là notre premier devoir d'assistance à personne en danger?

    Après les deux émotions que j'ai personnellement eu en deux vols successifs où nous sommes passés avec l'équipe médicale à moins d'un 10 ème de secondes de ceci:
    http://www.divertissonsnous.com/2009/08/17/video-collision-et-crash-avion-helicoptere-a-new-york/

    j'ai du mal à considérer que nous sommes maintenant dans le temps de la réflexion.

    Nous sommes par la force des choses dans le temps de l'action avant qu'il ne soit trop tard.

    Parce que si nous n'agissons pas maintenant et que le pire arrive, la réflexion nous empêchera tous de dormir pendant très longtemps.

    Alors, mon cher Nicolas, que fait on, pour fois tous ensembles, pour un problème mortel qui nous concerne bien tous?

    N'est ce pas le moment de s'unir vite tout au moins là dessus?

    Bien fidèlement à tous.

    Luc.

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  copter le Dim 22 Nov 2009 - 11:58

    vanhoute a écrit:
    nicolas letellier a écrit:Si l'IFR basse altitude se développe, comme je le souhaite, cette question de la "ré-attribution" de l'espace aérien dans les basses couches va forcément se poser.
    J'ai bien peur que, malheureusement, cela ne fonctionne jamais dans le sens "réattribution de l'espace aux civils".

    Il faut savoir que, même lorsqu'une base aérienne ferme ou que son activité aérienne devient nulle, la zone aéronautique militaire associée n'est jamais fermée mais "suspendue"... Les militaires préférant conserver leur acquis "au cas où" cela pourrait un jour à nouveau leur servir.
    La couverture basse altitude des zones d'entraînement militaires n'est d'ailleurs à mon avis, pas en cause, surtout dans les derniers airprox qui nous concernent car sinon ce serait les pilotes du SAMU qui seraient responsables si ils avaient traversés une zone R-TBA active...
    De plus, si les militaires ont besoin du quart du territoire pour faire un exercice pendant un mois, ils déposent un SUP AIP avec un NOTAM associé et c'est à nous d'éviter la zone ou de téléphoner au chef de quart de l'exercice avant pénétration.
    Il est vrai que la configuration de l'espace aéronautique militaire français est un casse-tête pour les pilotes civils étrangers qui sont amenés à voler en France. Mais je pense, qu'en ce qui concerne les pilotes expérimentés des SAMU, nous avons l'habitude de ce maillage et savons nous en adapter. La preuve en est le peu d'airprox déposé par les pilotes de l'armée de l'air pour des pénétrations de zones par des appareils du SAMU (même si cela arrive parfois).

    Le point noir c'est, à mon avis, bien les procédures. Si les pilotes peuvent communiquer entre ou disposer de moyens d'alerte, ils peuvent faire un anti-abordage "actif" et pas "passif" comme c'est la cas actuellement.
    La preuve en est c'est qu'il y a peu d'évènemements de ce type entre les appareils des différentes armées car ils s'annoncent tous entre eux sur leur fréquence d'auto information et pourtant ils sont à 80% dans la zone critique 180Ft - 1500 Ft.

    Mathieu

    Je suis d'accord avec toi Mathieu, et veut rajouter qu'il ne faut pas tout mélanger.
    L'IFR, une solution encore à tout, j'en doute.

    Baron Bleu, sans te manquer de respect, mais si tu attends de l'AFHS une réaction ACTIVE sur ce sujet je pense que tu vas attendre longtemps. Ne vois tu pas que la priorité est l'IFR !
    La seule réaction RÉACTIVE a été celle des pilotes. La seule solution est que nous fassions un forcing, ce qui va être fait je pense suite au dernier courrier envoyé à la DGAC, pour changer les procédures actuelles et avoir une coordination efficace entre la CAG et les Militaires, comme par exemple:
    - imposer l'utilisation d'une fréquence VHF pour les militaires,
    - imposer l'utilisation, déjà utilisé en avion, du TCAS qui éviterait tout abordage et permettrait de prévenir tout trafics conflictuels. Les civils et militaires ne sont ils pas équipés de transpondeurs ?.
    Ce sont des solutions simples, rapides, et pas très couteuses. N'est ce pas ?


    Dernière édition par copter le Dim 22 Nov 2009 - 12:24, édité 1 fois

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  copter le Dim 22 Nov 2009 - 12:14

    le Baron Bleu (sur fond b a écrit:
    Après les deux émotions que j'ai personnellement eu en deux vols successifs où nous sommes passés avec l'équipe médicale à moins d'un 10 ème de secondes de ceci:
    http://www.divertissonsnous.com/2009/08/17/video-collision-et-crash-avion-helicoptere-a-new-york/

    Lu sur un autre site: Suite au crash que tu parles voilà la réactivité active de la FAA. La DGAC Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep
    http://www.verticalmag.com/control/news/templates/?a=12366

    le Baron Bleu
    Découverte
    Découverte

    Localisation : SAMU de BLOIS au boulot / l'Auvergne en repos
    Date d'inscription : 12/11/2009
    Messages : 19

    Merci copter pour ce lien,

    Message  le Baron Bleu le Mar 24 Nov 2009 - 9:11

    Il est évident qu'aux USA un tel problème est réglé sur le champs.

    En France, à l'image de la route où l'on a une collision de deux véhicules qui fait neuf morts uniquement par le fait que la DDE n'a pas mis de ligne continue sur un faux plat redoutable de danger, la DDE installe ensuite neuf silhouettes noires au bord de la route au même endroit mais ne met toujours pas de ligne continue à cet endroit!!!

    Exemple vécu et vérifiable sur la route N 102 de Brioude au Puy en Velay après le passage à niveau de Paulhaguet.

    C'est donc la même chose en ce qui concerne le risque aérien.

    Voici la presse du jour à Blois sur le 1er AIRPROX:

    http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=41&num=1456812#

    Il va bien falloir que le commandant CHARTON du SIRPA AIR DE PARIS sorte du bois et nous donne une autre réponse que celle qu'il a donné au journaliste de Sud Ouest après l'airprox du SAMU 24.

    Laisser voler si bas et partout des avions si rapides revient à la même choses que laisser des soldats s'entraîner à balles réelles au milieu d'un centre ville en pleine journée.

    Qui pourrait le tolérer?

    Et pourtant nous, nous devrions continuer sans mot dire...

    Jusqu'à quand?

    Luc.

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  copter le Mar 24 Nov 2009 - 10:45

    le Baron Bleu (sur fond b a écrit:
    Et pourtant nous, nous devrions continuer sans mot dire...

    Jusqu'à quand?

    Jusqu'au crash, comme d'habitude. Twisted Evil

    le Baron Bleu
    Découverte
    Découverte

    Localisation : SAMU de BLOIS au boulot / l'Auvergne en repos
    Date d'inscription : 12/11/2009
    Messages : 19

    jusqu'au crash

    Message  le Baron Bleu le Mar 24 Nov 2009 - 11:08

    crash qui peut bien arriver aussi au Samu de Dreux, puisqu'il n'est pas loin de la base d'EVREUX et bien avant l'arrivée de l'IFR en 2012 ou même lors d'un décollage en primaire par exemple.

    Souhaitons tous que non...

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  copter le Mar 24 Nov 2009 - 21:30

    le Baron Bleu (sur fond b a écrit:crash qui peut bien arriver aussi au Samu de Dreux, puisqu'il n'est pas loin de la base d'EVREUX et bien avant l'arrivée de l'IFR en 2012 ou même lors d'un décollage en primaire par exemple.

    Souhaitons tous que non...

    On te l'a déjà dit: la priorité de Dreux est l'IFR. Ce sera la solution à tout nos problèmes. cheers cheers

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  overlord le Ven 27 Nov 2009 - 15:20

    le Baron Bleu (sur fond b a écrit:Comme je l'ai dit hier soir à Mathieu, que je félicite encore pour son colossal travail de réalisation de ce site dont nous rêvions tous, je ne souhaitais pas trop parler de mes deux Airprox en deux vols SAMU consécutifs avant les résultats des deux enquêtes.
    Mais voilà que je viens de raccrocher avec l'Officier du BCM/CMSA de Paris qui au cours de son appel m'indique qu'aucun résultat d'enquête n'est à espérer avant fin 2010 voire mi-2011 puisque plus de 60 dossiers similaires sont à traiter par leur service avant les deux miens...
    A raison d'un Airprox en SAMU par semaine au train où, force est de le constater, vont les choses, cela voudrait dire que dans 75 procédures AIRPROX sans crash, nous comprendrons mieux ce qui s'est passé avec le Transall et le mirage 2000 qui, sans avoir délibérément voulu tirer sur l'ambulance volante du SAMU, j'en suis intimement convaincu, ont néanmoins failli la désintégrer en vol tout en se désintégrant très certainement eux-mêmes finissant ensuite en débris sur le parc bondé de visiteurs du Château de Chenonceaux par un beau mercredi après-midi pour l'un et sur la bonne ville d'Orléans un beau vendredi matin pour l'autre!
    Parlant d'Orléans, si l'humour à la mode dit de Jeanne d'Arc qu'elle a frit, elle a tout compris, nous avons failli frire dans le ciel de Demoiselle Jeanne bien sans avoir rien compris... Ce n'était donc point notre heure de pouvoir enfin la rencontrer dans les plus hautes sphères de l'au-delà.
    Ce délai de réaction des Services du Ministère de la Défense me semblant peu compatible avec les mesures de correction que la gravité des trois AIRPROX en SAMU impose pourtant au niveau National et de toute Urgence, je me dois donc, pour la sécurité de tous, de m'exprimer publiquement sur ce sujet afin d'ouvrir au plus vite le débat.
    Je vais donc le faire ici dans de prochains posts mais je tiens avant tout à préciser que m'a démarche n'est animée d'aucune animosité envers les pilotes du Ministère de la Défense. Au contraire, je suis d'abord et avant tout ravi que les équipages que j'ai croisés de très près et à très grande vitesse aient pu rentrer comme nous, en bonne santé et à bon port, pour retrouver leurs familles et leurs proches.
    A l'image de Manfred von Richthofen, le Baron Rouge, plus grand pilote allemand de la guerre de 14, qui prenait soin de détruire seulement l'avion ennemi sans blesser son pilote puis se posait ensuite pour saluer son ennemi au sol, je pense que nous avons tous une même passion du vol quelque soit notre couleur.
    Mais je dis et écrit publiquement aujourd'hui que nous allons droit vers un crash majeur et mortel entre un avion militaire et un hélicoptère du SAMU.
    Je ne suis plus, en tant que pilote Cdb SAMU et en l'état actuel des choses, en mesure d'assurer tant la sécurité des équipes médicales ou des patients que nous transportons que propre sécurité.

    Ce que j'écris là est très grave pour un Commandant de Bord mais je ne me cacherai pas derrière mon petit doigt.
    La nouvelle réglementation militaire vient d'autoriser ce 1er novembre 2009 les vols CAM Victor à une vitesse de Mach 0,9 sur tout le territoire et en dehors de toutes zones réservées et à tous les niveaux jusqu'au sol.
    A ces vitesse, lorsque le pilote nous verra, nous seront morts dans deux secondes sans même qu'il n'ait eu le temps physiologique de nous éviter puisqu'il lui faut physiquement 4 secondes pour le faire comme l'indique le rapport militaire BEAD du crash de l'ULM contre un rafale en 2004. (page 134 à 140).
    http://www.defense.gouv.fr/defense/layout/set/popup/content/download/141473/1227471/file/Rapport%20public%20n°BEAD-air-X-2004-018-A.pdf

    Alors, soit Monsieur Hérvé MORIN, notre Ministre de La Défense, réagit personnellement et très vite pour prendre les seules quelques mesures qui vaillent:
    1- l'interdiction aux aéronefs militaires en Très Basse Altitude de sortir de leurs très nombreuses zones réservées en dessous de 1 500 Ft sol et à des vitesses compatibles avec la procédure voir et éviter de la Circulation Aérienne Civile. (presque tous les abordages ou airprox sont déposés en dehors de leurs zones).
    2- L'attribution d'un code IFF SAMU nous permettant de partir en primaire dans ces zones réservées car nous y sommes prioritaire sur eux comme le prévoit les textes en secours à personnes.
    Voire d'autres mesures, donnez votre avis sur le blog.
    Soit nous devons nous attendre à voir des enfants suivre le cercueil de leur père où de leur mère dans une grande cérémonie officielle ou les Ministres de la Santé et de la Défense seront présents et attristés avant de prendre ensuite, sous la pression de l'opinion publique, ces décisions qui s'imposent mais qui ne ramèneront pas les parents de ces enfants.
    Nous en sommes passés très près par trois fois et en 3 semaines.
    Le débat public des pilotes, syndicats de pilotes et syndicats des personnels médicaux est ouvert de fait après ces trois événements.
    Si sauver des vies est bien souvent pour nous tous, plus une raison d'être qu'une profession, c'est nos vies d'équipages SMUH qu'il s'agit aujourd'hui de sauver pour continuer à sauver d'autres patients tous les jours...
    Le débat est ouvret et les moyens d'actions, syndicaux ou autres, sont à trouver de toute urgence.
    A vos plumes et c'est maintenant...
    Bons vols à tous et bonne chance en vol en attendant.
    Luc.
    Bonjour,

    Le problème de l’anti-abordage pour les aéronefs de vitesse très différentes n’est pas nouveau en soit. En effet, les chasseurs ont toujours eut le droit de voler hors espace aérien contrôlés de jour jusqu'à 450 Kts et même un peu plus pendant quelques secondes !
    Cela dit, depuis quelques années il faut noter quand même un certain changement : il y a nettement moins d’avion de chasse en vol la semaine toutes zones confondues, il y a également moins de vol en aviation générale les statistiques le prouvent.
    Cela reste donc de ce point de vue plus favorable puisque au demeurant moins de vecteurs sont en vol.
    Reste que le risque d’abordage est toujours bien présent, mais il est à mon sens ni plus ni moins présent qu’auparavant. Ce sujet à d’ailleurs été mainte fois abordé et la posture pour les chasseurs est restée la même.
    En ce qui concerne la règle du ‘’voir et éviter’’ en espace aérien non contrôlé ou pas, l’affaire est entendue, chaque commandant de bord doit assurer sa sécurité vis à vis des autres aéronefs, c’est réciproque et conventionnellement admis. Ce problème n’est cependant pas apprécié de la même façon que l’on soit à bord d’un chasseur, d’un ULM ou d’un hélicoptère.
    Force est de constater aussi que les cas d’abordages sont assez rares au regard du nombre d’heures de vol réalisées toutes corporations confondues. Egalement que le pilote de SAMU est un professionnel, qui connaît bien sa zones d’évolution à la différence d’autres voyageurs de passage ou même les chasseurs quant ils ne sont pas habitués à voler dans une région.
    J’aurais tendance à dire que le risque d’abordage avec un chasseur reste au même niveau que pour l’aviation générale, en fait selon les endroits il devient bien inférieur comme par exemple à proximité de la région parisienne. En effet le trafic VFR de loisir y est dense et va du pendulaire a l’ULM qui peut évoluer jusqu'a 150 kts, l’été notament, les risques d’abordages sont nettement plus important comparé à celui des chasseurs.
    En aparté, il ne me semble pas utile d’invoquer les dieux ou je ne sais quel autorité de tutelle pour régler ce problème, qui je le pense ne pourra jamais être réglé par d’autres restrictions d’espace ou, je ne sais quelle interdiction. Toutes proportions gardées, cela passe plutôt par des précautions supplémentaires, une posture différente et aussi l’auto information bilatérale qui existe d'ailleurs.
    Pour le reste, les pilotes de chasse sont comme les autres, quant un chasseur passe à proximité d’un aéronef civil, souvent le pilote de chasse, l’a vu lorsqu'il est dans son champ surveillance, et il ne juge pas toujours utile ensuite d'infléchir sa trajectoire, estimant que l'abordage est évité, il garde sa route même si cela peut être impressionnant pour l’autre.
    En fait plus les vitesses sont différentes plus le potentiel de risque d’abordage diminue…
    Quant au parallèle sur la chevalerie des airs de la première guerre mondial, je pense qu’il serait mieux de s’abstenir tant le décalage de référence est grand et les surprises nombreuses quant aux règles qui étaient observées à cette époque !
    Quant aux prévisions d’abordages futurs, c'est assez facile il y a des abordages tous les ans ! je trouve qu'il serait mieux, la aussi, de s'abtenir de les prévoirs...

    A+

    le Baron Bleu
    Découverte
    Découverte

    Localisation : SAMU de BLOIS au boulot / l'Auvergne en repos
    Date d'inscription : 12/11/2009
    Messages : 19

    C'est vrai, il est urgent d'attendre...

    Message  le Baron Bleu le Ven 27 Nov 2009 - 22:09

    Vous avez raison Overlord,

    Mais combien de fois êtes vous passé vous-même à moins d'un dixième de secondes de votre propre mort?

    Bernard, pilote au SAMU 24 et son équipe médicale, une fois et moi et mes deux équipes médicales deux fois en deux vols successifs et le tout en 3 semaines en vol de secours à personne.

    Mais à vous lire, il n'y rien a faire: "Quant aux prévisions d’abordages futurs, c'est assez facile il y a des abordages tous les ans !

    Il n'y qu'à laisser faire sans prévoir...

    Fatalité. Ben voyons.

    Mais Non Monsieur,

    Les militaires ont des zones qui leur sont réservées, publiées sur les cartes réseau RTBA, leur rôle est de s'y tenir et de s'y cantonner.

    Nôtre rôle de pilotes, médecins et d'infirmières est aujourd'hui de tout mettre en oeuvre pour éviter qu'un avion militaire mette au tas une ambulance du SAMU.

    Fusse même une procédure pénale comme pour le Bugaled Brez... c'est d'ailleurs d'actualité.

    Les militaires n'ont pas, en temps de paix, à mettre en danger la vie d'autrui d'une manière ou d'une autre...

    Si certains pilotes veulent s'éclater à 300 ft à mach 09 pour s'exhiber ensuite sur le web, qu'ils aillent à Kaboul.

    Je crois savoir que là bas ils ne font pas la visite touristique des châteaux comme ils le font chaque semaine ici en Sologne.

    Serait il aujourd'hui toléré que des militaires s'entraînent à balle réel à faire la guéguerre dans un centre ville?

    C'est l'impression que j'ai moi aujourd'hui en décollant en SAMU et ce n'est plus acceptable.

    Sachant d'ailleurs que l'on peut avoir aussi à bord de notre hélicoptère un patient militaire ou un membre de sa famille.

    Mais peut être êtes vous pilote de chasse?

    Faite moi savoir.

    Bien respectueusement à vous.

    Luc

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  overlord le Ven 27 Nov 2009 - 22:57

    le Baron Bleu (sur fond b a écrit:Vous avez raison Overlord,
    Mais combien de fois êtes vous passé vous-même à moins d'un dixième de secondes de votre propre mort?
    Bernard, pilote au SAMU 24 et son équipe médicale, une fois et moi et mes deux équipes médicales deux fois en deux vols successifs et le tout en 3 semaines en vol de secours à personne.
    Mais à vous lire, il n'y rien a faire: "Quant aux prévisions d’abordages futurs, c'est assez facile il y a des abordages tous les ans !
    Il n'y qu'à laisser faire sans prévoir...
    Fatalité. Ben voyons.
    Mais Non Monsieur,
    Les militaires ont des zones qui leur sont réservées, publiées sur les cartes réseau RTBA, leur rôle est de s'y tenir et de s'y cantonner.
    Nôtre rôle de pilotes, médecins et d'infirmières est aujourd'hui de tout mettre en oeuvre pour éviter qu'un avion militaire mette au tas une ambulance du SAMU.
    Fusse même une procédure pénale comme pour le Bugaled Brez... c'est d'ailleurs d'actualité.
    Les militaires n'ont pas, en temps de paix, à mettre en danger la vie d'autrui d'une manière ou d'une autre...
    Si certains pilotes veulent s'éclater à 300 ft à mach 09 pour s'exhiber ensuite sur le web, qu'ils aillent à Kaboul.
    Je crois savoir que là bas ils ne font pas la visite touristique des châteaux comme ils le font chaque semaine ici en Sologne.
    Serait il aujourd'hui toléré que des militaires s'entraînent à balle réel à faire la guéguerre dans un centre ville?
    C'est l'impression que j'ai moi aujourd'hui en décollant en SAMU et ce n'est plus acceptable.
    Sachant d'ailleurs que l'on peut avoir aussi à bord de notre hélicoptère un patient militaire ou un membre de sa famille.
    Mais peut être êtes vous pilote de chasse?
    Faite moi savoir.
    Bien respectueusement à vous.
    Luc
    Cette problématique ne peut se réduire à celle unique des avions de chasse, rassurez vous il n’y a pas que les SAMU qui ont affaire aux aéronefs de la défense, les incidents entre les trois institutions, Air, Terre et marine sont quantifiés, compulsés et traités. Des actions conjointes sont menées de part et d’autres, aussi bien par les organismes défense que l'administration civile.
    Pour le reste, subir trois fois un rapprochement estimé dangereux en si peu de temps n’est pas agréable et suscite une interrogation légitime, je pense comprendre que la zone ou vous évoluez s’avère assez souvent fréquentée par des avions défense peut être à proximité d'une base école ?
    Je concède que le problème reste entier, mais à mon sens il devrait au moins faire l’objet d’une réflexion sur la fréquence auto-info jour la 123.500 en ce qui concerne la prévention des risques d’abordage entre les militaires et les civils.
    Il ne faut pas faire non plus de généralité, on peut toujours tomber sur un cas particulier, le problème à soulever à mon sens, est celui des zones plus propices en termes d’abordages, comme la bande du Littoral ou les sites caractéristiques. Par exemple, ceux qui attirent le plus grand nombre d’aéronefs toutes tendances confondues, surtout l'été, sans qu’une fréquence d’auto-information ne soit instituée.
    On peut d’ailleurs remarquer que les militaires utilisent des fréquences jour et nuit pour l’anti abordage entre leurs vols respectifs ! la nuit c'est 123.500 et le jour aussi en fonction de la hauteur sol.

    Contenu sponsorisé

    Re: COLLISION ENTRE HELICOS DU SAMU et AVIONS MILITAIRES. Le débat s'ouvre hélas à Mach 0,9.

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:30


      La date/heure actuelle est Sam 10 Déc 2016 - 16:30