S.M.U.H. Service Médical d'Urgence par Hélicoptère

Forum de discussion des acteurs du SMUH


    Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Partagez

    nicolas letellier
    Premiers pas
    Premiers pas

    Date d'inscription : 13/11/2009
    Messages : 6

    Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  nicolas letellier le Sam 14 Nov 2009 - 15:17

    En parcourant ce forum je constate que mes AMIS pilotes soulignent souvent exactement les mêmes préoccupations que les nôtres.
    Citons en une: la liaison hélico-SAMU, hélico-sol (pompiers, gendarmes, SMUR). Ce problème n'est toujours pas réglé dans notre pays. Pourtant des solutions existent. Liaison hélico SAMU: le plus souvent elle est réalisée par les réseaux 150 mghz (interdits en vol) ou par le 80 mghz de pompiers (également interdit)... l'adoption par le ministère de l'intérieur du système Antarès va peut être améliorer les choses (mais je ne sais pas si les postes Antarès seront "avionés" et autorisés... la fréquence Air sol 122,975 n'a qu'une portée optique et donc n'est pas utilisable sur les longues distances et n'est pas en dotation chez les SP et les gendarmes... Alors que faire ? la solution est simple c'est sans doute l'intégration du téléphone GSM dans le téléphone de bord. Nous savons tous que le GSM est interdit en vol mais qu'à bord de nos hélicos il y en a généralement 4 ou 5 en fonctionnement...et que ça marche ! Certaines compagnies utilisent des boitiers de géolocalisation de leurs appareils qui fonctionnent sur la technologie GSM alors où est le frein ? C'est juste un problème de certification aéro. Râlons tous ensemble pour pouvoir utiliser à bord ce moyen fiable, économique et universel pour réaliser enfin un lien efficace hélico-SAMU.

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Sam 14 Nov 2009 - 17:03

    nicolas letellier a écrit:En parcourant ce forum je constate que mes AMIS pilotes soulignent souvent exactement les mêmes préoccupations que les nôtres.
    Question Question Question Question Question Question Question Question Question Question Question Question

    nicolas letellier a écrit:la solution est simple c'est sans doute l'intégration du téléphone GSM dans le téléphone de bord. Nous savons tous que le GSM est interdit en vol mais qu'à bord de nos hélicos il y en a généralement 4 ou 5 en fonctionnement...et que ça marche !
    Sauf que, il y a eu en France cette année deux cas sucpectés d'extinction turbines suite aux interférences électromagnétiques dûes aux gsm :
    1 - Ec145 : fin du vol en OEI. Raison invoquée possible : proximité d'une frontière, les gsm cherchent les résaux et pouf...
    2 - Ec135 : exctinction simultanée des 2 turbines. Raison invoquée possible : proximité d'une antenne

    nicolas letellier a écrit:l'adoption par le ministère de l'intérieur du système Antarès va peut être améliorer les choses
    Sauf que seul les personnels de l'état ont l'autorisation d'utiliser ce système. Directive du ministère de l'intérieur.

    nicolas letellier a écrit:Liaison hélico SAMU: le plus souvent elle est réalisée par les réseaux 150 mghz (interdits en vol) ou par le 80 mghz de pompiers (également interdit)
    Sauf que ce n'est pas certifié aéro.


    La solution: Faire une demande auprès du Ministère de l'Intérieur pour avoir une dérogation d'utilisation, et faire des démarches pour une certification aéro.



    PS: Nous attendons vos remarques concernant l'IFR et les JVN. Elles sont attendues avec impatience.

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  Capitaine flamme le Sam 14 Nov 2009 - 17:55

    Cela n a peut etre rien a voir avec le debat mais lorsque tu parles du crash de l ec 135 ,et de l extinction des 2 turbines,parles tu de l EC du debut d annee car cela m interesse ,c etait un des mes meilleurs amis et j ai souvent sa femme au telephone mais personne pour l instant a une explication a lui donner......
    Pour le telephone ,Nicolas letellier a raison ,le gsm est maintenant integre dans la radio des GEndarmes par l intermediaire des ops et lorsque que je travaillais au GIH a villacoublay ,le GIGN a fait mettre dans nos helicos une liaison par GSM c est donc possible assez rapidement de façon legal si c est la volonte de tous ! Very Happy
    C est la que le bas blesse....... scratch

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2117

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  vanhoute le Sam 14 Nov 2009 - 18:12

    Mode "Modérateur" ON

    Soit plus cool dans tes réponses Copter, merci... Cool

    Mode "Modérateur" OFF

    La laison radio est un point noir des SAMU. En 10 mois et trois bases différentes, pas une n'avait le même poste radio. Certaines utilisent des systèmes de "statuts automatiques", pratiques parce qu'il n'y a pas besoin de parler mais pas ergonomiques parce qu'il faut regarder le poste pour changer le statut à envoyer et ne pas se gourer dans la tripotée de statuts différents sous peine de faire planter la chronologie sur le serveur du SAMU. Le crew member sera le bienvenu pour l'utilisation de ce système... Cool
    La fréquence 122.97, censée être un standard en France, n'est même pas connue de certains SAMU qui utilisent l'hélico depuis des lustres... Et il suffirait de mettre des relais (sur les hôpitaux avec des DZ par exemple, en même temps que la station météo automatique What a Face ) pour ne plus avoir de problèmes de portée. En plus, dans les zones où les hélicos des SAMU se croisent (si un élu d'une région désertée par l'hélico apprend que dans certaines régions les hélicos des SAMU se croisent... Suspect ) la régulation des posers, des arrivées et des horaires pour la régulation pourrait en être simplifié.
    La fréquence des pompiers, c'est bien, mais encore faut il qu'un pompier veuille bien rester dans le camion pour écouter sa radio... Alors que si ils étaient équipés de VHF portables avec 122.97, plus d'emmerdes !

    Bref, une solution (car il n'y a pas LA solution mais DES propositions Wink ), serait d'arroser tout le monde avec des radios VHF sur 122.97... Une VHF portable ne coûte rien, un poste VHF pour la régulation n'est pas si honéreux que ça, un relais chiffre un peu, je l'accorde... Et dans nos hélicos, on a tous cette radio, même dans l'hélico de remplacement (vous savez, celui qui sert à tout dans la société, qu'on bidouille pour les remplacements en SAMU en démontant la moquette et qui n'a aucun poste SAMU... Rolling Eyes ).

    Alors, on pourrait harceler nos régul avec cette histoire de VHF...non ? Cool

    Mathieu

    PS : j'ai entendu parler d'un cas de plantage de CDS (ou équivalent) sur un EC 120 à cause d'un Blackberry !


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Sam 14 Nov 2009 - 18:30

    vanhoute a écrit:Alors, on pourrait harceler nos régul avec cette histoire de VHF...non ? Cool

    C'est déjà le cas. Smile Mais faut les travailler au corps. Embarassed

    T4
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 06/11/2009
    Messages : 327

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  T4 le Sam 14 Nov 2009 - 19:11

    nicolas letellier a écrit:


    Nous savons tous que le GSM est interdit en vol mais qu'à bord de nos hélicos il y en a généralement 4 ou 5 en fonctionnement...


    C'est parce que nos AMIS médecins ne respectent pas les consignes!

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Sam 14 Nov 2009 - 21:12

    Je l'avoue c'est avec l'aide d'un confrère forumiste:
    https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr/dossier/aicom/AICA_RUN_2001_01.pdf


    Autre article (je sais c'est en avion mais les certifications sont les mêmes en hélicoptère):
    Usage du mobile en avion : le nouveau cadre juridique
    Le 7 avril 2008, la Commission européenne a publié deux réglements visant à fixer un cadre juridico-technique à l'usage du mobile en avion. Le point sur les implications juridiques de ces deux textes.


    Allô chérie, je suis au-dessus de l'Atlantique. Dînez sans moi !
    La Commission vient de publier sa position concernant le cadre technico-juridique de l'utilisation des GSM à bord des avions. D'ailleurs, ne dite plus "GSM à bord" mais "MCA" pour Mobile Communications services on Aircraft. Cette nouvelle appellation présente l'avantage d'être plus neutre : s'il est vrai que seule la norme GSM 1.800 est aujourd'hui prête, on envisage déjà les nouvelles normes et surtout l'échange de données et le 3G.
    Dès 2006, les premiers OBA (Opérateurs à Bord d'Aéronef) ont été agréés par les autorités de régulation de certains états européens et ont reçu leur fréquence. C'était notamment le cas de OnAir, et Aeromobile.
    Parallèlement, certaines compagnies ont commencé à s'équiper, tel Air France.
    Pour les compagnies, l'intérêt est évident : pour une clientèle de plus en plus orientée business, disposer de la possibilité de télé-travailler pendant le vol est un 'plus' qui pourrait pousser certains consommateurs à privilégier une compagnie plutôt qu'une autre.
    Les enjeux sont gros : le marché est estimé d'ici 2010 à 2 milliards d'euros pour la seule Europe. Même si la population susceptible d'utiliser son GSM dans l'avion est par définition restreinte à ceux qui prennent l'avion, et au sein de ceux-ci aux personnes qui seront prêtes à payer le prix, il demeure que cette niche est essentiellement occupée par des femmes et des hommes d'affaire qui sont prêts à dépenser beaucoup d'argent pour rester en contact en permanence avec le sol.
    Si les enjeux sont conséquents, les investissements le sont tout autant : équiper un avion, l'alourdir et augmenter sa consommation, maintenir l'installation, etc. Cela explique la réticence de certaines compagnies dont la rentabilité est déjà fragile.
    Et puis, il y a aussi le risque de conflit dans la cabine entre celui qui souhaite dormir, pendant que son voisin hurle au téléphone pour couvrir le bruit du moteur de l'avion ou reçoit toutes les cinq minutes un appel intempestif avec une sonnerie insupportable.

    L'apport de la Commission européenne
    Outre le financement de diverses recherches et la publication de rapports, la CE a publié ce 7 avril un cadre juridico-technique.
    Elle appuie sa compétence sur le fait que la plupart des vols traversent des frontières et qu'une harmonisation est dès lors souhaitable.
    Le premier souci de la CE est évidemment la sécurité : ne pas provoquer d'interférence. Les GSM arrivent à "accrocher " le signal des stations terrestres, mais le mouvement de l'avion est tellement rapide que les relais ne suivent pas et que des pannes sont possibles. Il y a aussi un risque (minime) d'interférence avec les systèmes électroniques de l'avion. (Pour info même minime ne signifie pas autorisé)Pour limiter cela, les avions seront équipés de microcellules (un tout petit émetteur), et d'un système qui empêchera le contact avec les antennes au sol et forcera le relais via une liaison satellite. Le système pourra aussi bloquer toute utilisation, notamment pendant les phases délicates (décollage, atterrissage, orage, etc.).
    Dans le même ordre d'idée, l'usage en vol sera interdit en dessous de 3.000 mètres d'altitude.(C'est bien notre cas !)
    Le second souci de la CE est la protection de l'utilisateur et singulièrement le prix.
    Celui-ci sera fixé par l'opérateur. Pour l'utilisateur, les choses seront simples. Il recevra sa facture habituelle, en provenance de son opérateur habituel. L'utilisation en avion sera, pour l'utilisateur, aussi simple à utiliser qu'un roaming classique. Que l'on aille à l'étranger à 100 kms de chez soi, ou en avion à 10.000 mètres d'altitude, le roaming gèrera l'appel et sa facturation.
    La CE a apporté une précision importante : l'avion sera, en lui-même, considéré comme une sorte de mini-territoire : que l'avion soit à 1.000 kms ou 10.000 kms de mon opérateur national, le prix sera le même. C'est le principe du "single network in the sky".
    Pour cela, la CE reverra d'ici peu sa régulation sur l'itinérance (EU Roaming Regulation IP/07/870) qui verra son champ d'application limité aux réseaux terrestres. Mais la CE prévient : si les opérateurs exagèrent, elle interviendra comme elle l'a fait pour l'itinérance terrestre :
    "In a market economy, prices for communication services should first of all be determined by market forces. This applies especially to MCA, which is still a nascent service and still has to find to its business model(s). The Commission therefore finds it preferable to give commercial forces the chance to work. However, it is clear that the take-up of MCA would be best served if mobile network operators pursue from the beginning a transparent pricing policy and avoid prices which would be considered excessive by consumers or even represent shock bills. The European Commission will keep a close eye on how this market develops."
    Enfin, la CE s'est penchée sur les aspects internationaux de ce dossier, car l'espace aérien européen est somme toute peu de chose par rapport au monde. La situation est la suivante :
    - Si l'avion est dans un espace international (soit plus de 12 miles nautiques de tout pays), ce sont les lois du pays d'immatriculation de l'avion qui s'appliquent : si l'OBA est autorisé dans le pays d'immatriculation, il n'y a pas de souci ;
    - Si l'avion est dans un espace aérien national, l'OBA devra y être autorisé à émettre et jouir en règle générale d'une licence, à moins d'accord entre les pays, ou, plus probablement, d'accords négociés par le CE directement avec les Etats concernés (on songe à certains territoires cruciaux et de grande taille comme les USA, la Chine, l'Inde, etc.)

    Source: http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/25667/usage-du-mobile-en-avion---le-nouveau-cadre-juridique.shtml

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Dim 15 Nov 2009 - 10:37

    Comme la nuit porte conseil, ne serait il pas judicieux avant de parler d'IFR d'arrêter de faire des bidouillages, comme l'utilisation des GSM en vol.

    Le Ministère de la Santé veut développer l'hélicoptère sanitaire et bien qu'il commence à faire des démarches pour la certification aéro des moyens de communication SAMU/POMPIER comme le système Antarés qui arrive. Vous (médecins) qui appartenez à ce même ministère, nous (pilotes), attendons que vous fassiez le forcing pour une certification.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Dim 29 Nov 2009 - 21:36

    vanhoute a écrit:La fréquence 122.97, censée être un standard en France, n'est même pas connue de certains SAMU qui utilisent l'hélico depuis des lustres... Et il suffirait de mettre des relais (sur les hôpitaux avec des DZ par exemple, en même temps que la station météo automatique What a Face ) pour ne plus avoir de problèmes de portée. En plus, dans les zones où les hélicos des SAMU se croisent (si un élu d'une région désertée par l'hélico apprend que dans certaines régions les hélicos des SAMU se croisent... Suspect ) la régulation des posers, des arrivées et des horaires pour la régulation pourrait en être simplifié.
    La fréquence des pompiers, c'est bien, mais encore faut il qu'un pompier veuille bien rester dans le camion pour écouter sa radio... Alors que si ils étaient équipés de VHF portables avec 122.97, plus d'emmerdes !
    Bref, une solution (car il n'y a pas LA solution mais DES propositions Wink ), serait d'arroser tout le monde avec des radios VHF sur 122.97... Une VHF portable ne coûte rien, un poste VHF pour la régulation n'est pas si honéreux que ça, un relais chiffre un peu, je l'accorde...
    Alors, on pourrait harceler nos régul avec cette histoire de VHF...non ? Cool

    Mathieu
    Je suis tout à fait d’accord, rapidement la 122.97 peut apporter une plus value significative notament pour les primaires. Reste à équiper d’une petite VHF portable les VSAB du département cela fera peut beaucoup ?
    Pour le reste, c’est à dire la régulation en vol entre SAMU notament sur les hôpitaux parisiens ou l’on se retrouve parfois à plusieurs sur la même destination ? Cela serait on ne plus pratique et simple à réaliser et cela peut raporter gros !
    Il est même étonnant que cette mesure ne soit pas encore instituée au niveau national, je trouve cela étrange !

    En ce qui concerne les interactions électromagnétiques à bord du 109 E pas d’info sur d’éventuels problèmes de ce côté là, tant mieux vu le nombre portables à bord.

    A+

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  Capitaine flamme le Lun 30 Nov 2009 - 9:14

    Oui je suis aussi tout a fait d accord 122.97 est une freqence dediee SAMU ,une petite VHF portable avec casque 150e pour les pompiers et la gendarmerie et le tour est jouee.....Facile,simple,pas chere et securite car en vol on a plus a bidouiller entre 4 radios et plusieurs frequences ! Idea

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Lun 30 Nov 2009 - 14:16

    Capitaine flamme a écrit:Oui je suis aussi tout a fait d accord 122.97 est une freqence dediee SAMU ,une petite VHF portable avec casque 150e pour les pompiers et la gendarmerie et le tour est jouee.....Facile,simple,pas chere et securite car en vol on a plus a bidouiller entre 4 radios et plusieurs frequences ! Idea
    Ben oui, facile à mettre en œuvre et vu le nombre de petites VHF portables de moins en moins chères cela serait jouable.
    On peut donc dire que ce serait une solution, qui à moindre coût, et rapidement apporterai une réelle plus value !
    Reste à déjà équiper tous les SAMU Hélico de 122.97 sur le toit du bâtiment.
    Pour info à 1000 pieds du côté de Chartres, j'ai pu communiquer avec le Dauphin d'Alençon au décollage vers CAEN ce qui est déjà somme toute assez excellent au niveau distance.

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  Capitaine flamme le Lun 30 Nov 2009 - 15:57

    Exactement mais comment faire pour que cela se face Question

    LECIVIL
    Membre très actif
    Membre très actif

    Localisation : Le sud
    Date d'inscription : 03/11/2009
    Messages : 224

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  LECIVIL le Lun 30 Nov 2009 - 18:32

    cela devait être simple, sur le réseau 80 mgz des pompiers que nous avons tous a bord de nos appareils il existe 3 fréquences AIR/SOL, alors pourquoi souvent les sdis ne veulent pas que l'on utilises ses fréquences fait pour ça ? la sécu a t'elle les mêmes problémes la réponses est NON ! pourquoi trés simple elle utilise sans probléme les trois fréquences.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Lun 30 Nov 2009 - 18:36

    Capitaine flamme a écrit:Exactement mais comment faire pour que cela se face Question
    Je crois que la solution passera par l’intégration GSM dans le téléphone de bord pour la transmission air sol, disons que des 122.97 sur chaque SAMU et une intégration GSM en cours de certification réglera définitivement le problème.
    Actuellement le système qui permet le suivi des aéronefs (nous sommes équipés) est à base d’une technologie GSM, la phonie est donc également possible.

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  heli-samu le Lun 30 Nov 2009 - 19:55

    cela devait être simple, sur le réseau 80 mgz des pompiers que nous avons tous a bord de nos appareils

    C'est autorisé dans les machines ?

    J'ai souvenir (mais corrige moi si je me trompe) qu'aucun poste 80Mhz n'était avionné et donc autorisé à bord... (même si je suis d'accord que l'utiliser pourrais nous faire gagner un temps fou)

    Pour le GSM, c'est indéniable que c'est un super outils.. attention néanmoins à la recherche de réseau et aux coupures liées à cela.

    Aéronautiquement

    Thomas


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Lun 30 Nov 2009 - 20:11

    heli-samu a écrit:
    cela devait être simple, sur le réseau 80 mgz des pompiers que nous avons tous a bord de nos appareils
    C'est autorisé dans les machines ?
    J'ai souvenir (mais corrige moi si je me trompe) qu'aucun poste 80Mhz n'était avionné et donc autorisé à bord... (même si je suis d'accord que l'utiliser pourrais nous faire gagner un temps fou)
    Pour le GSM, c'est indéniable que c'est un super outils.. attention néanmoins à la recherche de réseau et aux coupures liées à cela.
    Aéronautiquement
    Thomas
    Sur l’AGUSTA, le système de suivi compagnie est à base GSM, c’est donc le même principe qu’un téléphone, il recherche en permanence les stations relais GSM!
    Pour le reste nous avons la 80 et la 150 câblées à bord et certifié.

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  heli-samu le Lun 30 Nov 2009 - 20:32

    Sur l’AGUSTA, le système de suivi compagnie est à base GSM, c’est donc le même principe qu’un téléphone, il recherche en permanence les stations relais GSM!

    Certes, mais sur les GSM, utilisés en phonie, tu as régulièrement (bon j'exagere un peu certes..) des coupures, liées à cette recherche des relais....

    Pour le reste nous avons la 80 et la 150 câblées à bord et certifié.

    La chance, je dois revoir mes sources alors, mais j'ai toujours entendu dire que c'etait installé dans les machines sans aucune autorisation officielle...


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Lun 30 Nov 2009 - 20:50

    heli-samu a écrit:
    Sur l’AGUSTA, le système de suivi compagnie est à base GSM, c’est donc le même principe qu’un téléphone, il recherche en permanence les stations relais GSM!

    Certes, mais sur les GSM, utilisés en phonie, tu as régulièrement (bon j'exagere un peu certes..) des coupures, liées à cette recherche des relais....

    Pour le reste nous avons la 80 et la 150 câblées à bord et certifié.

    La chance, je dois revoir mes sources alors, mais j'ai toujours entendu dire que c'etait installé dans les machines sans aucune autorisation officielle...

    • Comme c'est bizarre, on reparle encore de GSM. Je tiens à rappeler que l'utilisation des GSM en vol est interdite. Voir ci dessous:

    copter a écrit:Je l'avoue c'est avec l'aide d'un confrère forumiste:
    https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr/dossier/aicom/AICA_RUN_2001_01.pdf


    Autre article (je sais c'est en avion mais les certifications sont les mêmes en hélicoptère):
    Usage du mobile en avion : le nouveau cadre juridique
    Le 7 avril 2008, la Commission européenne a publié deux réglements visant à fixer un cadre juridico-technique à l'usage du mobile en avion. Le point sur les implications juridiques de ces deux textes.


    Allô chérie, je suis au-dessus de l'Atlantique. Dînez sans moi !
    La Commission vient de publier sa position concernant le cadre technico-juridique de l'utilisation des GSM à bord des avions. D'ailleurs, ne dite plus "GSM à bord" mais "MCA" pour Mobile Communications services on Aircraft. Cette nouvelle appellation présente l'avantage d'être plus neutre : s'il est vrai que seule la norme GSM 1.800 est aujourd'hui prête, on envisage déjà les nouvelles normes et surtout l'échange de données et le 3G.
    Dès 2006, les premiers OBA (Opérateurs à Bord d'Aéronef) ont été agréés par les autorités de régulation de certains états européens et ont reçu leur fréquence. C'était notamment le cas de OnAir, et Aeromobile.
    Parallèlement, certaines compagnies ont commencé à s'équiper, tel Air France.
    Pour les compagnies, l'intérêt est évident : pour une clientèle de plus en plus orientée business, disposer de la possibilité de télé-travailler pendant le vol est un 'plus' qui pourrait pousser certains consommateurs à privilégier une compagnie plutôt qu'une autre.
    Les enjeux sont gros : le marché est estimé d'ici 2010 à 2 milliards d'euros pour la seule Europe. Même si la population susceptible d'utiliser son GSM dans l'avion est par définition restreinte à ceux qui prennent l'avion, et au sein de ceux-ci aux personnes qui seront prêtes à payer le prix, il demeure que cette niche est essentiellement occupée par des femmes et des hommes d'affaire qui sont prêts à dépenser beaucoup d'argent pour rester en contact en permanence avec le sol.
    Si les enjeux sont conséquents, les investissements le sont tout autant : équiper un avion, l'alourdir et augmenter sa consommation, maintenir l'installation, etc. Cela explique la réticence de certaines compagnies dont la rentabilité est déjà fragile.
    Et puis, il y a aussi le risque de conflit dans la cabine entre celui qui souhaite dormir, pendant que son voisin hurle au téléphone pour couvrir le bruit du moteur de l'avion ou reçoit toutes les cinq minutes un appel intempestif avec une sonnerie insupportable.

    L'apport de la Commission européenne
    Outre le financement de diverses recherches et la publication de rapports, la CE a publié ce 7 avril un cadre juridico-technique.
    Elle appuie sa compétence sur le fait que la plupart des vols traversent des frontières et qu'une harmonisation est dès lors souhaitable.
    Le premier souci de la CE est évidemment la sécurité : ne pas provoquer d'interférence. Les GSM arrivent à "accrocher " le signal des stations terrestres, mais le mouvement de l'avion est tellement rapide que les relais ne suivent pas et que des pannes sont possibles. Il y a aussi un risque (minime) d'interférence avec les systèmes électroniques de l'avion. (Pour info même minime ne signifie pas autorisé)Pour limiter cela, les avions seront équipés de microcellules (un tout petit émetteur), et d'un système qui empêchera le contact avec les antennes au sol et forcera le relais via une liaison satellite. Le système pourra aussi bloquer toute utilisation, notamment pendant les phases délicates (décollage, atterrissage, orage, etc.).
    Dans le même ordre d'idée, l'usage en vol sera interdit en dessous de 3.000 mètres d'altitude.(C'est bien notre cas !)
    Le second souci de la CE est la protection de l'utilisateur et singulièrement le prix.
    Celui-ci sera fixé par l'opérateur. Pour l'utilisateur, les choses seront simples. Il recevra sa facture habituelle, en provenance de son opérateur habituel. L'utilisation en avion sera, pour l'utilisateur, aussi simple à utiliser qu'un roaming classique. Que l'on aille à l'étranger à 100 kms de chez soi, ou en avion à 10.000 mètres d'altitude, le roaming gèrera l'appel et sa facturation.
    La CE a apporté une précision importante : l'avion sera, en lui-même, considéré comme une sorte de mini-territoire : que l'avion soit à 1.000 kms ou 10.000 kms de mon opérateur national, le prix sera le même. C'est le principe du "single network in the sky".
    Pour cela, la CE reverra d'ici peu sa régulation sur l'itinérance (EU Roaming Regulation IP/07/870) qui verra son champ d'application limité aux réseaux terrestres. Mais la CE prévient : si les opérateurs exagèrent, elle interviendra comme elle l'a fait pour l'itinérance terrestre :
    "In a market economy, prices for communication services should first of all be determined by market forces. This applies especially to MCA, which is still a nascent service and still has to find to its business model(s). The Commission therefore finds it preferable to give commercial forces the chance to work. However, it is clear that the take-up of MCA would be best served if mobile network operators pursue from the beginning a transparent pricing policy and avoid prices which would be considered excessive by consumers or even represent shock bills. The European Commission will keep a close eye on how this market develops."
    Enfin, la CE s'est penchée sur les aspects internationaux de ce dossier, car l'espace aérien européen est somme toute peu de chose par rapport au monde. La situation est la suivante :
    - Si l'avion est dans un espace international (soit plus de 12 miles nautiques de tout pays), ce sont les lois du pays d'immatriculation de l'avion qui s'appliquent : si l'OBA est autorisé dans le pays d'immatriculation, il n'y a pas de souci ;
    - Si l'avion est dans un espace aérien national, l'OBA devra y être autorisé à émettre et jouir en règle générale d'une licence, à moins d'accord entre les pays, ou, plus probablement, d'accords négociés par le CE directement avec les Etats concernés (on songe à certains territoires cruciaux et de grande taille comme les USA, la Chine, l'Inde, etc.)

    Source: http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/25667/usage-du-mobile-en-avion---le-nouveau-cadre-juridique.shtml

    • Et pour ce qui est de la certification des radios 80 et 150:

    Elles ne sont pas certifiées aéronautique.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Lun 30 Nov 2009 - 20:56

    copter a écrit:
    • Et pour ce qui est de la certification des radios 80 et 150:

    Elles ne sont pas certifiées aéronautique.
    J'aime beaucoup vos certitudes !

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Lun 30 Nov 2009 - 21:03

    Donc acte et attendons les documents et informations sur leur certification.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Mar 1 Déc 2009 - 11:03

    copter a écrit:Donc acte et attendons les documents et informations sur leur certification.
    Les radios SAMU 80 et 150 Mhz sont certifiées EASA
    Le système de géolocalisation est une certification INAER approuvée
    Tout ceci étant inscrit sur la doc de l'appareil
    Voila, c'est mieux de se renseigner avant !

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  copter le Mar 1 Déc 2009 - 12:06

    overlord a écrit:
    copter a écrit:Donc acte et attendons les documents et informations sur leur certification.
    Les radios SAMU 80 et 150 Mhz sont certifiées EASA
    Le système de géolocalisation est une certification INAER approuvée
    Tout ceci étant inscrit sur la doc de l'appareil
    Voila, c'est mieux de se renseigner avant !

    J'aimerais bien avoir la marque de tes radios car les miennes ne sont pas certifiées aéro et je ne suis pas le seul.

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  Capitaine flamme le Mar 1 Déc 2009 - 17:39

    Pas certifièe ,certifièe(c est mieux) mais cela ne resout pas le probleme.Car avec toutes ces radios ,on arrive a avoir personne au sol ! cyclops Un coup les pompiers ne sont pas dans leur camion,l autre se sont les gendarmes qui n ont pas la frequence et a la fin on est toujours seul et on a passe son temps a jouer avec les frequences sans regarder dehors.....Essayons donc de faire adopter la frequence commune SAMU vhf par tout le monde ! c est plus simple et certifiée cheers

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Mar 1 Déc 2009 - 20:24

    copter a écrit:J'aimerais bien avoir la marque de tes radios car les miennes ne sont pas certifiées aéro et je ne suis pas le seul.
    SIMOCO câblées téléphone de bord !

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  overlord le Mar 1 Déc 2009 - 20:30

    Capitaine flamme a écrit:Pas certifièe ,certifièe(c est mieux) mais cela ne resout pas le probleme.Car avec toutes ces radios ,on arrive a avoir personne au sol ! cyclops Un coup les pompiers ne sont pas dans leur camion,l autre se sont les gendarmes qui n ont pas la frequence et a la fin on est toujours seul et on a passe son temps a jouer avec les frequences sans regarder dehors.....Essayons donc de faire adopter la frequence commune SAMU vhf par tout le monde ! c est plus simple et certifiée cheers
    Tous les optionnels sur les appareils doivent être certifiés et approuvés par la DGAC cela va sous le sens !
    Une bonne solution consiste à être sur le canal commun du département (CODIS) çà peut servir et en principe on à plus de chance de trouver quelqu’un.
    Cela dit il est vrai que cette posture reste très aléatoire et la greffe aura bien du mal à prendre maintenant ?
    C’est pour cela que le GSM intégré téléphone de bord, qui est en cours d'étude par INAER Espagne, sera la solution car on pourra appeler et se faire appeler, par qui on veut en vol sur l'équipement de tête !

    Contenu sponsorisé

    Re: Et si on mettait nos préoccupations en commun ?

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:26


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 22:26