S.M.U.H. Service Médical d'Urgence par Hélicoptère

Forum de discussion des acteurs du SMUH


    L’héliport de Paris s’invite dans la campagne municipale.

    Partagez

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    L’héliport de Paris s’invite dans la campagne municipale.

    Message  copter le Sam 14 Sep 2013 - 13:17

    L’héliport s’invite dans la campagne municipale

    La droite estime que le trafic des vols doit être réduit. La gauche envisage même la suppression du site.
    ELODIE SOULIÉ AVEC JILA VAROQUIER | Publié le 19.08.2013

    Issy-les-Moulineaux. Afin de limiter les nuisances sonores que subissent les riverains, une charte adoptée par la direction de l’héliport limite les vols à 12 000 par an et à 70 par jour, le week-end.
    Issy-les-Moulineaux. Afin de limiter les nuisances sonores que subissent les riverains, une charte adoptée par la direction de l’héliport limite les vols à 12 000 par an et à 70 par jour, le week-end.

    Cela fait des années qu’on en parle et qu’il ressurgit périodiquement, entre démentis et polémiques : avec la saison estivale propice aux vols touristiques autour de Paris — et les nuisances sonores qui l’accompagnent —, le projet de fermeture de l’héliport de 6 ha d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), à la frontière du XVe arrondissement, remonte encore à la surface.

    Et pourrait bien y rester à Paris à moins de huit mois des prochaines élections municipales.

    Premier à reprendre les armes : le député-maire UMP du XVe, Philippe Goujon, qui bataille depuis des années pour obtenir sinon la fermeture du site, du moins une baisse drastique de son trafic aérien. Cette semaine, il a décidé de saisir le préfet de région, le patron de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) et le ministre des Transports, « pour qu’ils appliquent et fassent appliquer les décisions prises il y a quatre ans », souligne-t-il. En l’espèce : une charte adoptée par la direction de l’héliport et la DGAC pour épargner à plus de 100000 Franciliens des nuisances sonores. Le document limite les vols à 12000 par an avec un maximum de 70 par jour, le week-end. D’ici à 2014, le trafic aérien de l’héliport représentera un quart de ce qu’il accueillait il y a quatre ans.

    Et si le maire du XVe reconnaît que « le trafic a baissé et que des mesures ont été prises, il faut avancer. Il ne s’agit pas de priver Paris d’héliport, mais de répartir le trafic de façon plus équilibrée, comme le prévoyait un plan refusé, à l’époque, par la mairie centrale! » En 2010, ce projet imaginait en effet le transfert du trafic commercial d’Issy vers quatre autres sites autour de la capitale (porte d’Aubervilliers, La Défense, porte de Bercy et Gennevilliers). Ne devait être maintenu à Paris que les vols d’urgence et de service public et plusieurs lieux avaient été expertisés par la DGAC.
    Un nouveau site autour de La Défense?

    Sauf que, depuis, la Ville semble avoir effectué un virage à 180o et espère désormais le départ des engins. Le qualifiant « d’anomalie urbaine », la candidate PS Anne Hidalgo, également élue dans le XVe, confirme par la voix de son porte-parole, l’adjoint PS à la Culture Bruno Julliard, la volonté de « récupérer l’héliport de Paris. Le moyen le plus efficace pour mettre fin aux nuisances est la fermeture. Bien sûr, il faudra prendre des dispositions en matière de sécurité et de report du trafic, mais ce sera l’enjeu de négociations avec l’Etat », même si « aucune échéance n’est fixée. Cela se fera au cours de la mandature prochaine. »

    « Cynisme absolu! » fulmine en réponse Philippe Goujon, qui rappelle que « Paris aura forcément toujours besoin d’une plate-forme d’hélicoptères » et qu’il faudra d’abord plancher sur les sites alternatifs. La DGAC, de son côté, précise que des recherches pour l’implantation d’un nouvel héliport se poursuivent, notamment autour du secteur de La Défense. Mais elle assure qu’il « n’y a aucune perspective de fermeture du terrain ni en 2014 ni dans les prochaines années ». D’après elle, « Aéroports de Paris (ADP), le gestionnaire, bénéficie jusque fin 2024 d’un bail signé avec la Ville de Paris, ce qui garantit la pérennité de cette installation indispensable à la région parisienne jusqu’à cette date au moins ».

    Elle confirme toutefois que des discussions sont déjà engagées entre l’Etat, la Ville de Paris, ADP dès à présent pour envisager l’après-2024, « mais elles n’ont pas encore abouti à la solution permettant de répondre au mieux à toutes les attentes ».

    Source (Le Parisien): http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/l-heliport-s-invite-dans-la-campagne-municipale-19-08-2013-3062611.php


    Qui décolle de l’héliport ?
    12000 mouvements en moyenne ont lieu par an selon la DGAC, qui prévoit une baisse cette année avec 10500 à 11000 mouvements.

    55% du trafic est lié au transport de passagers vers Le Bourget (Seine-Saint-Denis) ou des destinations comme Deauville, la Belgique, le Royaume-Uni… L’activité dépend aussi des vols touristiques ou du travail aérien : reportages photo, suivi télé d’événements tels que le Tour de France, la surveillance des infrastructures de RFF ou d’ERDF.

    Source: http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/qui-decolle-de-l-heliport-19-08-2013-3062607.php


    L’héliport d’Issy dans le collimateur des élus de Paris

    Le maire UMP du XVe veut saisir l’Etat pour limiter le trafic du site d’Issy-les-Moulineaux, alors qu’Anne Hidalgo prône sa fermeture.
    ÉLODIE SOULIÉ ET JILA VAROQUIER | Publié le 19.08.2013

    Avec la saison estivale propice aux vols touristiques autour de Paris et les nuisances sonores qui l’accompagnent, le projet de fermeture de l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, six hectares voisins du XVe arrondissement parisien, remonte encore à la surface. Et pourrait bien y rester, à moins de huit mois des municipales. Le député-maire UMP du XVe, Philippe Goujon, qui bataille depuis des années pour obtenir sinon la fermeture du site, au moins une baisse drastique de son trafic aérien, a décidé de saisir le préfet de région, le patron de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) et le ministre des Transports, « pour qu’ils appliquent et fassent appliquer les décisions prises il y a quatre ans », souligne-t-il.

    En l’espèce : une charte adoptée par la direction de l’héliport et la DGAC pour épargner des nuisances sonores à plus de 100000 Franciliens. Le document limite les vols à 12000 par an, avec un maximum de 70 par jour, le week-end. D’ici l’année prochaine, le trafic aérien sera réduit à un quart de ce qu’il accueillait il y a quatre ans. Et si le maire du XVe reconnaît que « le trafic a baissé », il préconise de « répartir le trafic de façon plus équilibrée, comme le prévoyait un plan refusé, à l’époque, par la mairie centrale ». En 2010, ce projet imaginait en effet le transfert du trafic commercial d’Issy vers quatre autres sites autour de Paris : La Défense et Gennevilliers, mais aussi les portes d’Aubervilliers et de Bercy. Ne devaient être maintenus à Issy que les vols d’urgence et de service public.
    Une anomalie urbaine

    Sauf que depuis, la ville semble avoir effectué un virage à 180°, et espère désormais le départ des engins. Le qualifiant « d’anomalie urbaine », la candidate PS Anne Hidalgo, également élue dans le XVe, confirme par la voix de son porte-parole que « le moyen le plus efficace pour mettre fin aux nuisances est la fermeture. Bien sûr, il faudra prendre des dispositions en matière de sécurité et de report de trafic, mais ce sera l’enjeu de négociations avec l’Etat ».

    La DGAC, de son côté, précise que des recherches pour l’implantation d’un nouvel héliport se poursuivent, notamment autour du secteur de La Défense. Mais elle assure qu’il « n’y a aucune perspective de fermeture du terrain ni en 2014 ni dans les prochaines années ». D’après elle, « Aéroports de Paris (ADP), le gestionnaire, bénéficie jusque fin 2024 d’un bail donné par la Ville de Paris, ce qui garantit la pérennité de cette installation indispensable à la région parisienne jusqu’à cette date au moins ».

    Elle confirme toutefois que des discussions sont déjà engagées entre l’Etat, Paris et ADP pour envisager l’après-2024, « mais n’ont pas encore abouti sur la solution permettant de répondre au mieux aux attentes de l’ensemble des parties ».

    Source: http://www.leparisien.fr/espace-premium/hauts-de-seine-92/l-heliport-d-issy-dans-le-collimateur-des-elus-de-paris-19-08-2013-3062907.php

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: L’héliport de Paris s’invite dans la campagne municipale.

    Message  overlord le Sam 14 Sep 2013 - 20:39

    copter a écrit:L’héliport s’invite dans la campagne municipale
    Elle confirme toutefois que des discussions sont déjà engagées entre l’Etat, Paris et ADP pour envisager l’après-2024, « mais n’ont pas encore abouti sur la solution permettant de répondre au mieux aux attentes de l’ensemble des parties ».
    Lorsque l'on connait le rythme de l'administration pour prendre des décisions mais encore plus pour les appliquer, çà fait sourire !
    On n'a pas encore pris, en 2013 les orientations pour 2024 ! avec les changement de majorité, les reports, on ne devrait pas être loin de 2030 !
    Tout ceci est du verbiage du remue ménage politique pour obtenir ceci ou cela, en fait je pense que tout le monde se fout bien de l'Héliport désormais vu le trafic actuel !
    Depuis le temps que l'on entend cette chanson, le disque commence à être sérieusement rayé !
    Au final, peut être que tous les belligérants seront en sanatorium ou dans la boite, alors qu'il y aura encore des hélicos à Issy...Arrow

      La date/heure actuelle est Sam 3 Déc 2016 - 13:43