S.M.U.H. Service Médical d'Urgence par Hélicoptère

Forum de discussion des acteurs du SMUH


    Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Partagez

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2118

    Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  vanhoute le Mar 29 Avr 2014 - 15:26

    L'article paru ce jour sur Aerobuzz :
    http://www.aerobuzz.fr/spip.php?article4986


    La DGAC a approuvé l’idée des médecins hospitaliers : les médecins ou infirmiers pourront assister le pilote dans les hélicoptères du Samu. Reste à convaincre les pilotes et les exploitants.

    La DGAC approuve désormais l’idée de former des médecins ou infirmiers au métier de « membre d’équipage technique » dans les hélicoptères du Samu. La réglementation AESA IR-OPS qui exige cet « assistant » sur certains vols va entrer en vigueur en France en octobre, après deux ans de régime dérogatoire. Les exploitants ont des positions variées sur le sujet, entre circonspection et soutien actif. Mais un syndicat de pilotes ne veut pas voir du personnel médical aider le pilote dans sa tâche aéronautique.

    L’association française des utilisateurs d’hélicoptères sanitaires hospitaliers (AFHSH), qui regroupe les médecins du Samu héliporté, avait en 2013 voté une motion proposant que ce second membre d’équipage soit issu de l’hôpital. La réglementation n’impose cet assistant que lors du vol aller, lorsque l’hélicoptère se rend sur les lieux d’un accident – en-dehors de toute hélisurface. L’idée est donc que le second membre d’équipage soit assis à côté du pilote à l’aller et à côté du patient au retour.

    C’est cette idée que la DGAC a validée, dans son principe, par la voix de Maxime Coffin, chef de la mission aviation légère, générale et hélicoptères. Lors de l’assemblée générale de l’AFHSH, fin mars, il a tout de même rappelé qu’un programme de formation doit être approuvé par ses services. Les tâches obligatoires sont l’assistance à l’anti-collision et la sélection du site d’atterrissage, a-t-il précisé. C’est donc le soulagement chez les médecins hospitaliers. Un second pilote serait trop coûteux au regard des budgets de la santé. Pire, son poids réduirait la charge utile de 80 kg ou l’autonomie de 20 minutes, estime Nicolas Letellier, président de l’AFHSH.

    Inaer France, un exploitant qui a récemment remporté plusieurs contrats avec des groupes d’hôpitaux français, ne voit aucun inconvénient à former des personnels hospitaliers. « Nous préparons un programme de formation d’une durée de trois jours, auquel s’ajoutera de l’enseignement électronique, » explique Frédéric Goig, pdg d’Inaer France. La formation est inspirée de celle qui existe dans d’autres pays où Inaer fournit un service de transport médicalisé.

    Mais le programme français d’Inaer comprendra aussi des tâches comme l’aide à la navigation, aux communications radio, à la lecture de check lists, à la surveillance de paramètres et à la préparation de l’appareil. Il s’agit de plus d’assurer la sécurité, rotors tournants, lors des opérations d’avitaillement et d’embarquement/débarquement. Ce sont des tâches que le pilote « peut déléguer » à son assistant, selon le texte officiel de l’AESA. C’est là que le bât blesse. Le syndicat de pilotes SNPNAC estime que le second membre d’équipage doit savoir accomplir ces tâches secondaires. L’AFHSH, au contraire, suggère qu’il peut se contenter d’être « une seconde paire d’yeux » pendant le vol aller, se référant à l’avis favorable de l’autorité française. Interrogée, l’AESA s’en remet à la DGAC.


    Au SNPNAC, on rejette le principe même de voir exercer un métier aéronautique à temps partiel dans le siège du copilote. « On ne peut pas avoir la double compétence », affirme Jean Bec, responsable du secteur au SNPNAC. Et d’enfoncer le clou : « Chargé de la sécurité à l’aller, ça ne tient pas devant un tribunal ». Jean Bec compte utiliser son siège au conseil du personnel navigant pour exiger une mise en œuvre plus stricte de l’IR-OPS.

    Une autre organisation de pilotes, l’association nationale pour le service médical d’urgence par hélicoptère (ANSMUH) a une approche plus conciliante. En substance : peu importe l’origine du second membre d’équipage, à condition qu’il soit correctement formé et les responsabilités clairement définies.

    Le point de vue de l’ANSMUH ressemble à celui de plusieurs exploitants importants. Selon une source proche de SAF Hélicoptères et Mont-Blanc Hélicoptères, ces deux opérateurs de Samu héliporté ne s’opposent pas au principe. Mais ils sont inquiets des problèmes de responsabilité. Ainsi, l’exploitant de l’hélicoptère n’aura aucun contrôle sur les périodes de repos du second membre d’équipage. Par ailleurs, les opérateurs ne voudraient pas s’attirer les foudres des syndicats de pilotes.

    Reste qu’une compagnie belge, NHV, vole déjà pour plusieurs hôpitaux du nord de la France avec un second d’équipage à plein temps. Sans qu’il représente une dépense prohibitive, semble-t-il.

    Thierry Dubois


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2118

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  vanhoute le Mar 29 Avr 2014 - 15:28

    C'est bien la première fois que je vois écrit que le point de vue de l'ANSMUH se rapproche de celui du SAF et de MBH...
    Côté formation, c'est plutôt du point de vue d'INAER...


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    Grosnico
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : Nord de la France
    Date d'inscription : 27/04/2014
    Messages : 58

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Grosnico le Mer 30 Avr 2014 - 8:29

    Dans le cadre de l'interaction hôpital / vecteur hélico', à employer du personnel hospitalier comme membre d'équipage, en retour, le pilote va se retrouver à occuper des taches de brancardier  No 
    Pour l'avoir entendu, l'idée a déjà germé dans l'esprit de certaines directions d'hôpitaux, voire de chefs de SMUR.

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Mer 30 Avr 2014 - 8:57

    Grosnico a écrit:Pour l'avoir entendu, l'idée a déjà germé dans l'esprit de certaines directions d'hôpitaux, voire de chefs de SMUR.

    C'est déjà le cas !!!!!!

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Mer 30 Avr 2014 - 11:39

    Grosnico a écrit:Dans le cadre de l'interaction hôpital / vecteur hélico', à employer du personnel hospitalier comme membre d'équipage, en retour, le pilote va se retrouver à occuper des taches de brancardier  No 
    Pour l'avoir entendu, l'idée a déjà germé dans l'esprit de certaines directions d'hôpitaux, voire de chefs de SMUR.
    En tout cas ils ferons sans moi !
    Chacun son boulot et les moutons seront bien gardés !

    LECIVIL
    Membre très actif
    Membre très actif

    Localisation : Le sud
    Date d'inscription : 03/11/2009
    Messages : 224

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  LECIVIL le Mer 30 Avr 2014 - 11:47

    Depuis quelques jours devant a la machine a cafè je discute le matin avec les toubib et a vu de nez il y a au moins les 3/4 des médecins du SMUR dans l'hopital ou je bosse qui se pose des questions sur cette nouvelle activitée mais qui ne sont pas très chaud du tout pour le faire et encore moins si il faut faire quelques jours de stage et d'autres qui ne veulent tout simplement pas !  cheers 

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Mer 30 Avr 2014 - 11:58

    LECIVIL a écrit:Depuis quelques jours devant a la machine a cafè je discute le matin avec les toubib et a vu de nez il y a au moins les 3/4 des médecins du SMUR dans l'hopital ou je bosse qui se pose des questions sur cette nouvelle activitée mais qui ne sont pas très chaud du tout pour le faire et encore moins si il faut faire quelques jours de stage et d'autres qui ne veulent tout simplement pas !  cheers 

    99 % des infirmiers et médecins du SAMU dans lequel je suis, sont défavorables à faire cette fonction.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Mer 30 Avr 2014 - 14:05

    copter a écrit:99 % des infirmiers et médecins du SAMU dans lequel je suis, sont défavorables à faire cette fonction.
    Nous ne sommes pas à 1% près !
    Ne sont-ils pas à 100% en place avant gauche lorsqu'il n'y a pas de patient ?

    T4
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 06/11/2009
    Messages : 327

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  T4 le Mer 30 Avr 2014 - 18:59

    En géneral le toubib y met l'interne ou l'externe qu'il convoite pour la nuit.
    Histoire de se faire mousser on s'envoie en l'air au frais de la princesse et çà peut faire la différence.

    Aéronautiquement et en terme de sécurité l'intérêt est nul. Médicalement si effectivement amener un pax qui passe son temps à regarder çà un intérêt alors pourquoi pas!

    Pinacolada
    Membre actif
    Membre actif

    Date d'inscription : 20/05/2013
    Messages : 68

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Pinacolada le Mer 30 Avr 2014 - 19:16

    Comprends pas
    On parle de tout, sauf, de secours, de victimes, de protocoles de sécurité, d'avantages, d’inconvénients, de moins valu, de valeur ajoutée,
    d'études faites, de rapport (non pardon ça vous en causez) d'expertise...
    Whahoo je ne trouve rien de plus a dire...

    hub_40
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 08/04/2011
    Messages : 335

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  hub_40 le Mer 30 Avr 2014 - 19:28

    Les toubibs dans l'hélico j'y crois pas une seconde pour 3 raisons :

    1/ il suffit que quelques toubibs soient contre pour que ça soit injouable niveau planning

    2/ Pourquoi accepteraient-ils des responsabilités supplémentaires sans compensation financière ?
    Avec en plus des journées de formation à leur charge...

    3/ et Quid des responsabilités pénales en cas d'incident ou d'accident (anti-collision, anti-abordage...)

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Jeu 1 Mai 2014 - 11:54

    LECIVIL a écrit:Depuis quelques jours devant a la machine a cafè je discute le matin avec les toubib et a vu de nez il y a au moins les 3/4 des médecins du SMUR dans l'hopital ou je bosse qui se pose des questions sur cette nouvelle activitée mais qui ne sont pas très chaud du tout pour le faire et encore moins si il faut faire quelques jours de stage et d'autres qui ne veulent tout simplement pas !  cheers 
    Ce n'est pas de cela qu'il s'agit en fait l'idée et de faire comme actuellement ce qui ne semble poser de problème à personne par ailleurs !
    L'équipe médicale à toujours fait partie intégrante de l'équipage, il suffit de répondre à la question simple instituée rituellement par l'OACI, c'est à dire ! peut réaliser la mission sans l'équipe médicale !
    Réponse évidente NON !
    Par conséquent, dès lors que tout ou partie des personnes à bord sont indispensables à la réalisation de la mission demandée, elles font partie de l'équipage en fonction de leur dénomination !
    De fait on se formalise pour pas grand chose et cela aurait du faire longtemps que l'équipe médicale aurait du être dénommée ''équipage médical" ou quelque chose du genre.

    Maintenant, que l'on formalise avec un bout de papier (une de plus) le fait qu'ils sont bien avant gauche pour la seule branche de vol d'un site d'exploitation principale vers un site d'exploitation SMUH, ce qui par ailleurs ils font déjà, quelle affaire, quelle révolution !

    Mais comme dans notre bon vieux pays in-réformable, on est entrain de se poser la question de leur utilité en 2014 !
    C'est une vaste rigolade que de voir le formalisme qui s'institue au sein des administrations et leur capacité à, jauger, apprécier, comprendre,  le travail qu'il demande aux exécutants !
    Ceci est si mal présenté qu'encore une fois, ce sera une arlésienne de plus !
    Comme si on n'avais pas autre à faire pour la sécurité dans le transport sanitaire inter-hospitalier en France ?
    c'est une mesure qui va diviser et donc

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Jeu 1 Mai 2014 - 11:57

    Pinacolada a écrit:Comprends pas
    On parle de tout, sauf, de secours, de victimes, de protocoles de sécurité, d'avantages, d’inconvénients,  de moins valu, de valeur ajoutée,
    d'études faites, de rapport (non pardon ça vous en causez) d'expertise...
    Whahoo je ne trouve rien de plus a dire...
    C'est cela l'administration, tu semble découvrir son mode de fonctionnement ?

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  heli-samu le Jeu 1 Mai 2014 - 12:18

    A la lecture de cet article, voici mes remarques concernant cette information :

    Une fois de plus, c'est un autre corps de métier qui s'impose vis à vis de notre autorité comme "expert" et conseiller technique. Imaginez un instant la réactions d'autres acteurs de nos missions si nous nous imposions comme porte-parole et allions dicter leur méthodes de travail à leurs ministères de tutuelles... Ils nous diraient très probablement d'aller...voir ailleurs....

    Et pourtant dans notre profession, ca passe comme une lettre à la Poste...

    ’association française des utilisateurs d’hélicoptères sanitaires hospitaliers (AFHSH), qui regroupe les médecins du Samu héliporté, avait en 2013 voté une motion proposant que ce second membre d’équipage soit issu de l’hôpital.
    C’est cette idée que la DGAC a validée, dans son principe, par la voix de Maxime Coffin, chef de la mission aviation légère, générale et hélicoptères. Lors de l’assemblée générale de l’AFHSH, fin mars, il a tout de même rappelé qu’un programme de formation doit être approuvé par ses services. Les tâches obligatoires sont l’assistance à l’anti-collision et la sélection du site d’atterrissage, a-t-il précisé. C’est donc le soulagement chez les médecins hospitaliers. Un second pilote serait trop coûteux au regard des budgets de la santé. Pire, son poids réduirait la charge utile de 80 kg ou l’autonomie de 20 minutes, estime Nicolas Letellier, président de l’AFHSH.

    Voici pour rappel la motion votée par l'AFHSH :
    AFHSH a écrit:L’AFHSH (Association Française des médecins utilisateurs d’Hélicoptères Sanitaires Hospitaliers) s’est réunie en assemblée générale le 24 mars 2013. Riche de ses vingt ans d’accompagnement de l’hélicoptère sanitaire en France et consciente des réalités économiques actuelles du pays, l’AFHSH a adopté le texte suivant :

    L’AFHSH est soucieuse de garantir la mission des HéliSmur tant en qualité qu’en sécurité, aussi bien pour ses missions primaires que secondaires. Elle a consulté les administrations françaises et européennes sur la problématique des vols SMUH qui nécessiteraient un membre d’équipage. Celles-ci n’ont pas trouvé d’éléments réglementaires pour s’opposer au fait que ce membre d’équipage puisse être issu du personnel hospitalier.


    Fort de ces avis, l’AFHSH recommande pour les vols SMUH nécessitant un membre d’équipage que :

    - ce membre d’équipage soit issu du personnel hospitalier comme les textes réglementaires l’y autorise ;

    - cette fonction soit clairement définie comme une aide exclusive au « voir et éviter », sur une zone géographique spécifique déterminée par le secteur d’intervention de l’HéliSmur (telle que définie dans la convention citée ci-après), lors de l’approche des sites d’intervention à l’exclusion de toute autre tâche d’aide au pilotage ;

    - le programme de formation prévu par les textes se limite à confirmer et à valider cette compétence du « voir et éviter » (par ailleurs assumée par ces personnels depuis de très nombreuses années) ;

    - une convention devra être signée entre l’établissement siège de l’HéliSmur et la société assurant la prestation de transport aérien, qui aura pour but de préciser les rôles et responsabilités des deux parties.

    - Cette convention précisera la mission de ce membre d’équipage, son placement sous l’autorité fonctionnelle du pilote commandant de bord de l’hélicoptère pour cette tâche et durant cette phase du vol, et les modalités d’assurance de ce membre d’équipage. L’AFHSH proposera à la DGOS un modèle de convention cadre.

    L’AFHSH recommande à ses membres de se mobiliser en région pour que les orientations du CNUH sur les transports sanitaires héliportés soient prises en compte.

    Vous aurez sans doute remarqué le point suivant : le programme de formation prévu par les textes se limite à confirmer et à valider cette compétence du « voir et éviter » (par ailleurs assumée par ces personnels depuis de très nombreuses années) ainsi que ce point dans l'article d'Aérobuzz : "Les tâches obligatoires sont l’assistance à l’anti-collision et la sélection du site d’atterrissage".

    Je m'interroge donc sur plusieurs points :
    -Où sont donc passé les autres items mentionnés dans l'AMC OPS.SPA.001.HEMS(b)(4) Helicopter emergency medical service operations (HEMS) au point 1.5.2 qui définit le programme de formation du HEMS Crew Member

    l'AMC prévoit des taches telles que la navigation, la préparation de la machine, l'avitaillement, l'utilisation des radios, la connaissance de l'appareil et de ses systèmes, l'utilisation des check-list, la lecture d'instrument, le travail en équipage, etc... la liste est encore longue...

    Limiter le role du crew member à une paire d'yeux est réducteur. En plus des yeux, il faut que le reste suive afin de pouvoir analyser et comprendre les situations. L'environnement aéronautique, et particulièrement celui de l'hélico, ne s'improvise pas. On doit etre en mesure de pouvoir interpreter rapidement les informations et agir en fonction. De meme qu'un pilote ne se contente pas juste de toucher un manche pour guider l'hélico ou un infirmier de faire des injections.

    -Avoir vu implique t-il de savoir faire ?

    Comme l'indique la motion de l'AFHSH, la compétence du "voir et éviter" est assumée par ces personnels depuis de très nombreuses années. A lire cela, on se dit que ces personnels sont donc pleinement opérationnels ! Or je doute fort que cela soit le cas. A mes yeux, etre assis en place avant n'implique absolument pas de savoir faire le boulot...

    Spoiler:
    (Dans le cas contraire, merci de me l'indiquer ! Ayant fait quelques vols en poste sur Airbus et Boeing, j'irais immédiatement proposer mes services dans une grande compagnie d'avions de ligne)

    Il y a très probablement des infirmiers ou médecins qui sont interessés par l'hélico et qui se font un plaisir de donner un petit coup de main au pilote en regardant dehors, cela n'en fait pas pour autant des membres d'équipages professionnels.

    En acceptant cette solution, la DGAC relègue cette fonction au second plan. Ce membre d'équipage qui siège en place avant gauche avec devant lui de nombreux élements d'avionnique (Radios, GPS, PFD, ND, etc...), en premiere place pour repérer, conjointement avec le pilote, les situations à risques qu'elles soient internes ou externes, perd donc l'aspect technique qu'il doit avoir pour devenir un simple observateur.

    Accepter que l'équipe médicale endosse le "role" de l'assistant de vol, c'est accepter qu'être assistant de vol ne soit un métier à part entière.


    C'est d'une manière plus générale sous-estimer cette fonction dans sa globalité.

    Mais force est de constater que dans l'hélico, il est monnaie courante de sous estimer...

    En parlant de monnaie, comment cela va t-il se passer ?

    Probablement avec quelques centaines d'euros en plus par mois, histoire d'éviter de faire grincer des dents à cause de charge supplémentaire...

    Et tout cela dans quel cadre ? sous quelle convention ? sous quel statut ? aucun pardis !

    Choisir cette solution, c'est balayer d'un seul coup le volet social de ce métier qui n'est pas reconnu. C'est faire redémarrer à zéro le travail de ceux qui se battent pour obtenir un minimum de reconnaissance de la part de ce qui est censé etre leur autorité de tutelle...

    Dans ce cas présent, il n'y aura probablement pas de nouvelle classification dans la convention collective PN, donc pas de salaire minimum légal. Il n'y aura probablement pas de titre aéronautique, donc pas de reconnaissance PN et in fine pas de cotisation à la CRPN..

    En somme un métier fantome avec une prime dérisoire en guise de salaire. Au final, pas d'évolution mais une regression..

    Comme l'indique Copter, beaucoup ne souhaitent pas se retrouver en place avant comme crew-member. Certains ont peur, d'autres refusent par principe, certains paniquent des qu'un petit bruit se fait entendre, d'autres preferent dormir sagement à l'arrière ou écouter de la musique... Bref ils ont tout un tas raison qui font qu'ils ne veulent pas se retrouver à faire un job qui n'est pas le leur !

    Et souvent les interrogations pleuvent : comment ca se passe au niveau juridique ? mais en cas de probleme, on fait quoi ? et ca va nous apporter quoi en plus ? etc.. il y en a des tas d'autres !

    Mais qu'importe, on gagne 80kg et on a une paire d'yeux pour la sécurité !

    La sécurité parlons en d'ailleurs. Pas mal de pilotes disent souvent, qu'en H24 à cinq pilotes, ils ne volent plus suffisamment pour etre bien entrainé, plus particulièrement la nuit. Je ne prefere donc pas imaginer ce qu'il en sera pour un staff de médecin ou d'infirmiers qui monteront dans l'hélico en fonction de leurs disponibilité de temps en temps...

    Mais nos chères têtes pensantes trouveront un millier de démonstrations et d'argumentation sans faille pour nous convaincre nous pauvres professionnels de la raison de leur choix...

    Alors quelle suite à tout cela ?

    Cela ne m'étonnerait guère que la-dite formation approuvée par notre bienveillante autorité n'ajoute qu'une page de plus aux annexes du MANEX des sociétés. En effet puisque d'après la sainte motion, les personnels assument déja cette fonction depuis de nombreuses années, ils doivent donc etre expérimentés et opérationnels.

    Alors finalement, on prend les mêmes et on recommence, mais cette fois ci à la sauce IR-OPS ! N'en profitons surtout pas pour revoir et améliorer nos méthodes de travail, n'en profitons pas pour employer des machines plus puissantes avec de nouvelles capacités opérationnelles, ne changeons rien !
    Spoiler:
    Renouvellez les CEN des 355, on va peut etre pouvoir s'en servir à nouveau ! Wink 

    Cela me rappelle d'ailleurs la réponse d'un patron de SAMU lorsque je lui ai proposé la création d'une nouvelle aire de poser utilisable de nuit dans un secteur. "Oh vous savez, on arrive très bien à faire sans"...

    Tout va bien dans le meilleur des mondes !

    Nota : je tiens à préciser, si besoin l'était, que les infirmiers et médecins d'ici et la ne sont aucunement visés dans cette réaction. Ils sont très probablement comme nous, en train d'attendre pour savoir s'ils seront ou non parachutés en place avant et sous quelles conditions définies par le haut comité d'expert technique que nous connaissons...


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Jeu 1 Mai 2014 - 13:09

    + 1

    titi
    Membre actif
    Membre actif

    Date d'inscription : 02/12/2012
    Messages : 68

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  titi le Jeu 1 Mai 2014 - 13:48

    Excellente analyse de la part d'Hélisamu +++1

    T4
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 06/11/2009
    Messages : 327

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  T4 le Jeu 1 Mai 2014 - 15:31

    A ce jour l'AFHSH n'a rien imposé du tout.
    Elle fait une proposition comme nous pourrions faire une proposition sur un protocole médical. La DGAC n'a rien validé et cet accord de principe n'est peut-être qu'une simple interprétation de journaliste. De plus il n'engage que celui qui le formule.
    L'AFHSH, même si elle réussi à avoir une oreille attentive auprès de notre tutelle, ne siège que je sache dans aucune comission et surtout pas au conseil du PN; Elle n'est donc décisionnaire de rien dans la mise en place d'une réglementation aéronautique.
    C'est exacatement comme tu l'expliques: Si nous venions chercher à modifier leurs protocoles nous serions renvoyés dans nos buts même si rien ne nous empêche de faire des propositions.
    Et c'est exactement ce qui se passe. Aujourd'hui comme celà est mentionné dans l'article le SNPNAC s'oppose fermement à une telle proposition et il en est de même pour le SNPL, la CGT transport et FO
    Ceux-là même qui sont présents (membres actifs et suppléants) au conseil du PN et qui d'ailleurs seront présents le mercredi 14 au groupe de travail du CPN sur le membre d'équipage afin de faire entendre leurs points de vue.

    Soyons donc patients pour voir si c'est effectivement l'AFHSH qui dirige les débats!

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Jeu 1 Mai 2014 - 20:29

    T4 a écrit:A ce jour l'AFHSH n'a rien imposé du tout.
    Elle fait une proposition comme nous pourrions faire une proposition sur un protocole médical. La DGAC n'a rien validé et cet accord de principe n'est peut-être qu'une simple interprétation de journaliste. De plus il n'engage que celui qui le formule.
    L'AFHSH, même si elle réussi à avoir une oreille attentive auprès de notre tutelle, ne siège que je sache dans aucune comission et surtout pas au conseil du PN; Elle n'est donc décisionnaire de rien dans la mise en place d'une réglementation aéronautique.
    C'est exacatement comme tu l'expliques: Si nous venions chercher à modifier leurs protocoles nous serions renvoyés dans nos buts même si rien ne nous empêche de faire des propositions.
    Et c'est exactement ce qui se passe. Aujourd'hui comme celà est mentionné dans l'article le SNPNAC s'oppose fermement à une telle proposition et il en est de même pour le SNPL, la CGT transport et FO
    Ceux-là même qui sont présents (membres actifs et suppléants) au conseil du PN et qui d'ailleurs seront présents le mercredi 14 au groupe de travail du CPN sur le membre d'équipage afin de faire entendre leurs points de vue.

    Soyons donc patients pour voir si c'est effectivement l'AFHSH qui dirige les débats!
    Honnêtement, ne vois pas bien le rapport avec les syndicats, ils sont là pour défendre les intérêts des salariés, çà ok, c'est utile, mais pour le reste, c'est à dire la possibilité ou non d'avoir un assistant de vol de telle ou telle consonance dans la mesure ou cela est autorisé, je ne vois pas bien le rôle des partenaires sociaux ?
    D'autant que c'est depuis peu que le SNPNAC à intéressé pas mal de pilotes, pour le SNPL je peut me tromper mais je n'ai pas l'impression que le sujet des pilotes de Samu les intéressaient beaucoup ?
    Enfin, c'est l'impression que cela donnait avant que le SNPNAC reprenne un intérêt cette branche.
    Subitement la branche des pilotes de samu deviendrait intéressante au point de rendre tout le monde d'accord !
    Quel serait donc le moteur de ce nouvel intérêt ?

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  heli-samu le Sam 3 Mai 2014 - 9:39

    Overlord a écrit:
    Honnêtement, ne vois pas bien le rapport avec les syndicats, ils sont là pour défendre les intérêts des salariés, çà ok, c'est utile, mais pour le reste, c'est à dire la possibilité ou non d'avoir un assistant de vol de telle ou telle consonance dans la mesure ou cela est autorisé, je ne vois pas bien le rôle des partenaires sociaux ?

    Oùtre l'aspect de la défense des intérets des salariés, il y a aussi plus largement la défense et la promotion d'un secteur professionnel dans sa globalité afin d'éviter qu'il ne soit tiré vers le bas.

    Dans le cas contraire il n'y aurais qu'un ou deux syndicat en France, qui ne s'occuperaient que des questions relatives au salarié qu'importe qu'il soit boulanger, paysagiste, pilote ou chirurgien.

    Ici la question est doube, il s'agit d'une part d'éviter un nivellement par le bas du concept d'équipage SMUH en employant en place avant d'un cockpit des personnels (volontaire ou non d'ailleurs) dont ce n'est pas le métier (meme après 3 journées de formation), ni meme l'environnement de travail habituel (et je le rappelle être assis en place avant n'implique pas d'etre assistant de vol, loin de la) et d'autre part de défendre le statut des membre d'équipage qui exercent déja en SMUH ou non dans un flou juridique complet.


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Sam 3 Mai 2014 - 9:57

    heli-samu a écrit:
    Overlord a écrit:
    Honnêtement, ne vois pas bien le rapport avec les syndicats, ils sont là pour défendre les intérêts des salariés, çà ok, c'est utile, mais pour le reste, c'est à dire la possibilité ou non d'avoir un assistant de vol de telle ou telle consonance dans la mesure ou cela est autorisé, je ne vois pas bien le rôle des partenaires sociaux ?

    Oùtre l'aspect de la défense des intérets des salariés, il y a aussi plus largement la défense et la promotion d'un secteur professionnel dans sa globalité afin d'éviter qu'il ne soit tiré vers le bas.

    Dans le cas contraire il n'y aurais qu'un ou deux syndicat en France, qui ne s'occuperaient que des questions relatives au salarié qu'importe qu'il soit boulanger, paysagiste, pilote ou chirurgien.

    Ici la question est doube, il s'agit d'une part d'éviter un nivellement par le bas du concept d'équipage SMUH en employant en place avant d'un cockpit des personnels (volontaire ou non d'ailleurs) dont ce n'est pas le métier (meme après 3 journées de formation), ni meme l'environnement de travail habituel (et je le rappelle être assis en place avant n'implique pas d'etre assistant de vol, loin de la) et d'autre part de défendre le statut des membre d'équipage qui exercent déja en SMUH ou non dans un flou juridique complet.
    Encore +1

    Grosnico
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : Nord de la France
    Date d'inscription : 27/04/2014
    Messages : 58

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Grosnico le Sam 3 Mai 2014 - 12:45

    Je trouve l'analyse d'Heli-samu assez pertinente.

    Hellcopter
    Découverte
    Découverte

    Date d'inscription : 28/01/2012
    Messages : 20

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Hellcopter le Sam 3 Mai 2014 - 13:13

    Personnellement, je suis pour à 100% pour l'assistant de vol mais je suis CONTRE le fait que cela soit un personnel médical chacun son job, nous sommes toujours en retard sur tout en France, là ou nos voisins européens volent en équipage mais avec 2 pilotes, nous sommes encore réduits à savoir qui sera à gauche, je pense que nous devons nous opposer à la proposition de la DGAC, il y a tant de jeunes pilotes qui seraient à même de bénéficier de nos expériences, pourquoi continuons nous à faire du protectionnisme pour notre profession?
    C'est tout de même plus sympa de voler à 2, plus sécu, et humainement c'est très enrichissant de partager son savoir...
    NHV fonctionne avec des HEMS, le poids n'a pas l'air de les gêner pour le calcul TRo, ni la MTOW, alors pourquoi n'y arriverions nous pas?
    Il faut tendre notre profession vers le haut encore et toujours, même les Roumains volent en HEMS à 2 avec des salaires avoisinant ceux de la sécu, nous sommes les smicards de l'aviation, alors en volant en équipage, nous aurons certainement l'obligation de passer l'ATPL et de fait, revaloriser nos salaires là aussi vers le haut....

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Sam 3 Mai 2014 - 15:12

    Hellcopter a écrit:///NHV fonctionne avec des HEMS, le poids n'a pas l'air de les gêner pour le calcul TRo, ni la MTOW, alors pourquoi n'y arriverions nous pas?
    Il faut tendre notre profession vers le haut encore et toujours, même les Roumains volent en HEMS à 2 avec des salaires avoisinant ceux de la sécu, nous sommes les smicards de l'aviation, alors en volant en équipage, nous aurons certainement l'obligation de passer l'ATPL et de fait, revaloriser nos salaires là aussi vers le haut....
    Tu prends un papier et un crayon et tu fais le calcul !
    Non il n'y aura pas besoins de passer l'ATPl cela à déjà été traité !
    ben je ne suis pas du tout pour en gardant les machines actuelles et la sécurité c'est deux pilotes, avec les commandes à gauche, pas un bonhome en place avant gauche pour faire plaisir à ceci ou à cela et/ou apliquer une régle qui ne s'impose pas spécifiquement ici !

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Sam 3 Mai 2014 - 19:46

    Grosnico a écrit:Je trouve l'analyse d'Heli-samu assez pertinente.
    Et bien pas du tout pour moi, car le partenaire social "natif" si on peut le baptiser de la sorte, c'est le SNPL !
    Dire qu'il s'est préoccupé ou se préoccupe des conditions de travail et des intérêts des pilotes de Samu, depuis le temps, il y a une marche que je ne franchirait pas !
    Disons qu'il aurait pu mais cela se serait vu !
    Je note simplement le fait qu'un autre partenaire social s'est récemment intéressé à cette corporation quelque peu délaissée par le grand !
    De voir ensuite que le grand s’intéresse subitement à ce problème d’assistant de vol on 'a l'impression que c'est pour placer des postes PN car je n'ai pas beaucoup vu de conciliabule, de négociations en interne !
    Ou peut être pour se refaire quelque peu sur cette affaire porteuse.
    C'est une posture, ok, mais j'aimerait bien qu'il y ait les mêmes énergies pour d'autres sujets qui impacte aussi la sécurité, bien plus que le fait d'avoir ou non un bonhomme de plus sans les commandes de vol et sans aucune prérogative juridictionnelle.
    L'analyse n'est pas pas vraiment probante de mon point de vue, c'est pas très net tout çà...

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  french kiss le Sam 3 Mai 2014 - 21:16

    tout simplement révoltant cette position de l'AFHSH. Et je ne trouve pas de mots pour qualifiés les propos de Coffin

    Soyons clair, le lobbying actuel de l'AFHSH n'a que pour seul et unique but celui de vouloir faire croire que le fonctionnement actuel permet de répondre aux exigences de l'IR OPS. C'est juste un enfumage. On se sert de prête-nom pour remplir une case. Mais n'en déplaise au Docteur Letellier, les fonctions dévolues aux Crew Members sont ni plus ni moins inaccessibles aux infirmiers et médecins. Je m'explique

    Se servir du fait que cela fonctionne actuellement très bien comme cela n'est pas un argument. C'est un détournement de la réalité pour le faire correspondre à SA réalité. Ou ses envies. C'est un peu comme la différence qu'il existe entre erreur et faute. On commet tous des erreurs, il faut s'en servir pour faire avancer le système. Les fautes ou violations en revanche n'ont pas leur place dans notre métier (même si comme partout elles existent). En l'occurence, déclarer que le poste de crew member peut être tenu par les équipes médicales en place est une violation car en aucun cas, les tâches, prérogatives et responsabilité du crew ne pourront et ne seront assumées si un tel système devait se mettre en place.

    Comme imaginer, justifier, cautionner un cockpit, un fonctionnement que l'on tend à vouloir uniformiser avec des équipes composées de 12 médecins, 12 infirmiers dans certains SAMU ou lorsque certains SAMU font tourner les équipes ? Je n'arrive même pas à comprendre que des pilotes professionnels puissent défendre une telle position.

    Ceux qui auraient assisté à la réunion de l'IR OPS en début d'année ne peuvent qu'être scandalisés d'entendre un tel discours de l'Autorité. L'IR OPS ne change rien à ce qui est censé se passer dans nos compagnies actuellement. La seule différence sera la responsabilité encore plus grande que devront assumer les compagnies et le personnel qu'elles recrutent. Et là, Mr Coffin nous annonce qu'il va être possible de déléguer une fonction technique à du personnel sur lequel il ne peut exister de contrôle réel ? De qui se moque-t-on ?

    Certains d'entre nous pensent (militent ?) pour que le crew soit issu de l'équipe médical ? Je pensent qu'ils n'ont absolument pas compris ce qui attend nos compagnies dans un futur proche. Qu'ils se mettent en danger et qu'ils mettent en danger TOUTE la profession.

    Le Docteur Letellier n'a pas été canonisé la semaine dernière à ma connaissance. Peut-être que certains le souhaitent. C'est leur droit. Mais ils n'ont qu'une faible connaissance du l'Histoire de l'hélico sanitaire en France. Juste pour être très clair : cette personne a mis en oeuvre durant toutes les années 2000 à 2008 un système de réquisitions préfectorales frauduleuses. Vous rendez-vous compte de quoi nous parlons ? Des pilotes ont décollées en dehors de leur temps de repos durant des années sur des réquisitions préfectorales signées de personnes plus en place et selon une procédure totalement illégale. A quels fins ? Ne pas payer du personnel en fonction des besoins ? Par le bon plaisir du Prince. Au détriment de toutes le notions de sécurité élémentaires. Ouvrez les yeux ! Vous faites le jeu du Mulet (Asimov).

    Car soyons clair, torde la règle n'est pas une méthode qui permettra à notre profession de sortir par le haut des exigences et contraintes réglementaires. Que croyez-vous ? Que les règles sont là pour vous empêcher de travailler ? De quel droit une personne, isolée dans toute la profession à l'échelle européenne, malgré toute son expérience professionnelle, peut-elle raisonnablement qu'elle détient La Vérité ? Qu'elle, elle sait. C'est pas comme ça qu'il faut faire !

    Je l'ai déjà dit auparavant : croire qu'il n'y a pas eu d'accidents mortels en SAMU depuis 20 ans n'est PAS un gage suffisant de sécurité. Au pire il constitue un argument de choix que tout politique habile et mal intentionnée saura reprendre à son compte pour justifier des actions qui le glorifie et le font avancer personnellement.

    Je l'ai déjà dit auparavant : croire que l'activité est sûre exige d'avoir des données collectée pour le faire. Or, la culture de l'information et de la SV n'est pas une priorité pour les exploitants français. On masque, on triche, on déguise, on magouille. Faut que ça vole. Faut que le client soit content. Les champion du pas vu, pas pris. !

    Chez un opérateur qui emploie des crew, ce même crew à la possibilité et surtout le devoir de signifier à son commandant de bord et à sa hiérarchie les dérives et / ou fautes commises par l'équipage. Ce rôle va bien évidemment dans l'autre sens. Tout ceci pour aller dans le sens du respect des procédures et encourager les comportements professionnels. Pensez-vous qu'avec un infirmier en place gauche ce soit possible ? Alors c'est sûr que là aussi ça risque d'être une petite révolution des pratiques adoptées par certains. Hein ? Fini de partir de nuit avec 400. Fini le petit détour à convenance. Fini le non respect de la MEL. Bonjour le travail personnel pour montrer qu'on connaît bien sa machine, ses procédures.

    Et quelle culture un personnel hospitalier peut-il bien avoir de l'aéronautique ? Certains ont peur ! D'autres sont peut-être épileptiques ! D'ailleurs, personne n'a encore évoqué le problème de la visite médicale ! Ah et puis pour le JVN ca va être génial.

    Et puis c'est parfait tout cela, on vous laisse entrevoir des perspectives d'évolution de carrières, de missions (ben oui, peu-être que la SC va faire peau de chagrin, que des SAMU auront du treuil)... mais non, on préfère rester comme ça avec avec un sac à gauche qu'on mettra ou qu'on ne mettra pas. Car comme pour les réquisitions préfectorales frauduleuses, le crew sera bien là sur le papier mais ne le sera pas dans les faits; J'en fais le pari surotut du côté du 28

    La rapport d'accident de la SC a Bastia a pointé du doigt un manque de formation du personnel technique embarqué à l'utilisation des systèmes de bord de l'appareil, lacune qui n'a pas permis de rattraper les erreurs en cours ayant conduit au CFIT. Et là, on veut mettre des infirmiers et des medecins qui, malgré toutes leurs heures de vols, ne sont que des pax ? Et on parle (le Docteur Letellier en tête) de PIS, de percée GNSS, d'IFR, d'hélico TT ?

    Mais vous êtes sous l'emprise de quelle drogue bon dieu ? Non mais Allo quoi !

    Contenu sponsorisé

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:19


      La date/heure actuelle est Mer 7 Déc 2016 - 16:19