S.M.U.H. Service Médical d'Urgence par Hélicoptère

Forum de discussion des acteurs du SMUH


    Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Partagez

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2117

    Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  vanhoute le Mar 29 Avr 2014 - 15:26

    Rappel du premier message :

    L'article paru ce jour sur Aerobuzz :
    http://www.aerobuzz.fr/spip.php?article4986


    La DGAC a approuvé l’idée des médecins hospitaliers : les médecins ou infirmiers pourront assister le pilote dans les hélicoptères du Samu. Reste à convaincre les pilotes et les exploitants.

    La DGAC approuve désormais l’idée de former des médecins ou infirmiers au métier de « membre d’équipage technique » dans les hélicoptères du Samu. La réglementation AESA IR-OPS qui exige cet « assistant » sur certains vols va entrer en vigueur en France en octobre, après deux ans de régime dérogatoire. Les exploitants ont des positions variées sur le sujet, entre circonspection et soutien actif. Mais un syndicat de pilotes ne veut pas voir du personnel médical aider le pilote dans sa tâche aéronautique.

    L’association française des utilisateurs d’hélicoptères sanitaires hospitaliers (AFHSH), qui regroupe les médecins du Samu héliporté, avait en 2013 voté une motion proposant que ce second membre d’équipage soit issu de l’hôpital. La réglementation n’impose cet assistant que lors du vol aller, lorsque l’hélicoptère se rend sur les lieux d’un accident – en-dehors de toute hélisurface. L’idée est donc que le second membre d’équipage soit assis à côté du pilote à l’aller et à côté du patient au retour.

    C’est cette idée que la DGAC a validée, dans son principe, par la voix de Maxime Coffin, chef de la mission aviation légère, générale et hélicoptères. Lors de l’assemblée générale de l’AFHSH, fin mars, il a tout de même rappelé qu’un programme de formation doit être approuvé par ses services. Les tâches obligatoires sont l’assistance à l’anti-collision et la sélection du site d’atterrissage, a-t-il précisé. C’est donc le soulagement chez les médecins hospitaliers. Un second pilote serait trop coûteux au regard des budgets de la santé. Pire, son poids réduirait la charge utile de 80 kg ou l’autonomie de 20 minutes, estime Nicolas Letellier, président de l’AFHSH.

    Inaer France, un exploitant qui a récemment remporté plusieurs contrats avec des groupes d’hôpitaux français, ne voit aucun inconvénient à former des personnels hospitaliers. « Nous préparons un programme de formation d’une durée de trois jours, auquel s’ajoutera de l’enseignement électronique, » explique Frédéric Goig, pdg d’Inaer France. La formation est inspirée de celle qui existe dans d’autres pays où Inaer fournit un service de transport médicalisé.

    Mais le programme français d’Inaer comprendra aussi des tâches comme l’aide à la navigation, aux communications radio, à la lecture de check lists, à la surveillance de paramètres et à la préparation de l’appareil. Il s’agit de plus d’assurer la sécurité, rotors tournants, lors des opérations d’avitaillement et d’embarquement/débarquement. Ce sont des tâches que le pilote « peut déléguer » à son assistant, selon le texte officiel de l’AESA. C’est là que le bât blesse. Le syndicat de pilotes SNPNAC estime que le second membre d’équipage doit savoir accomplir ces tâches secondaires. L’AFHSH, au contraire, suggère qu’il peut se contenter d’être « une seconde paire d’yeux » pendant le vol aller, se référant à l’avis favorable de l’autorité française. Interrogée, l’AESA s’en remet à la DGAC.


    Au SNPNAC, on rejette le principe même de voir exercer un métier aéronautique à temps partiel dans le siège du copilote. « On ne peut pas avoir la double compétence », affirme Jean Bec, responsable du secteur au SNPNAC. Et d’enfoncer le clou : « Chargé de la sécurité à l’aller, ça ne tient pas devant un tribunal ». Jean Bec compte utiliser son siège au conseil du personnel navigant pour exiger une mise en œuvre plus stricte de l’IR-OPS.

    Une autre organisation de pilotes, l’association nationale pour le service médical d’urgence par hélicoptère (ANSMUH) a une approche plus conciliante. En substance : peu importe l’origine du second membre d’équipage, à condition qu’il soit correctement formé et les responsabilités clairement définies.

    Le point de vue de l’ANSMUH ressemble à celui de plusieurs exploitants importants. Selon une source proche de SAF Hélicoptères et Mont-Blanc Hélicoptères, ces deux opérateurs de Samu héliporté ne s’opposent pas au principe. Mais ils sont inquiets des problèmes de responsabilité. Ainsi, l’exploitant de l’hélicoptère n’aura aucun contrôle sur les périodes de repos du second membre d’équipage. Par ailleurs, les opérateurs ne voudraient pas s’attirer les foudres des syndicats de pilotes.

    Reste qu’une compagnie belge, NHV, vole déjà pour plusieurs hôpitaux du nord de la France avec un second d’équipage à plein temps. Sans qu’il représente une dépense prohibitive, semble-t-il.

    Thierry Dubois


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  french kiss le Sam 3 Mai 2014 - 21:16

    tout simplement révoltant cette position de l'AFHSH. Et je ne trouve pas de mots pour qualifiés les propos de Coffin

    Soyons clair, le lobbying actuel de l'AFHSH n'a que pour seul et unique but celui de vouloir faire croire que le fonctionnement actuel permet de répondre aux exigences de l'IR OPS. C'est juste un enfumage. On se sert de prête-nom pour remplir une case. Mais n'en déplaise au Docteur Letellier, les fonctions dévolues aux Crew Members sont ni plus ni moins inaccessibles aux infirmiers et médecins. Je m'explique

    Se servir du fait que cela fonctionne actuellement très bien comme cela n'est pas un argument. C'est un détournement de la réalité pour le faire correspondre à SA réalité. Ou ses envies. C'est un peu comme la différence qu'il existe entre erreur et faute. On commet tous des erreurs, il faut s'en servir pour faire avancer le système. Les fautes ou violations en revanche n'ont pas leur place dans notre métier (même si comme partout elles existent). En l'occurence, déclarer que le poste de crew member peut être tenu par les équipes médicales en place est une violation car en aucun cas, les tâches, prérogatives et responsabilité du crew ne pourront et ne seront assumées si un tel système devait se mettre en place.

    Comme imaginer, justifier, cautionner un cockpit, un fonctionnement que l'on tend à vouloir uniformiser avec des équipes composées de 12 médecins, 12 infirmiers dans certains SAMU ou lorsque certains SAMU font tourner les équipes ? Je n'arrive même pas à comprendre que des pilotes professionnels puissent défendre une telle position.

    Ceux qui auraient assisté à la réunion de l'IR OPS en début d'année ne peuvent qu'être scandalisés d'entendre un tel discours de l'Autorité. L'IR OPS ne change rien à ce qui est censé se passer dans nos compagnies actuellement. La seule différence sera la responsabilité encore plus grande que devront assumer les compagnies et le personnel qu'elles recrutent. Et là, Mr Coffin nous annonce qu'il va être possible de déléguer une fonction technique à du personnel sur lequel il ne peut exister de contrôle réel ? De qui se moque-t-on ?

    Certains d'entre nous pensent (militent ?) pour que le crew soit issu de l'équipe médical ? Je pensent qu'ils n'ont absolument pas compris ce qui attend nos compagnies dans un futur proche. Qu'ils se mettent en danger et qu'ils mettent en danger TOUTE la profession.

    Le Docteur Letellier n'a pas été canonisé la semaine dernière à ma connaissance. Peut-être que certains le souhaitent. C'est leur droit. Mais ils n'ont qu'une faible connaissance du l'Histoire de l'hélico sanitaire en France. Juste pour être très clair : cette personne a mis en oeuvre durant toutes les années 2000 à 2008 un système de réquisitions préfectorales frauduleuses. Vous rendez-vous compte de quoi nous parlons ? Des pilotes ont décollées en dehors de leur temps de repos durant des années sur des réquisitions préfectorales signées de personnes plus en place et selon une procédure totalement illégale. A quels fins ? Ne pas payer du personnel en fonction des besoins ? Par le bon plaisir du Prince. Au détriment de toutes le notions de sécurité élémentaires. Ouvrez les yeux ! Vous faites le jeu du Mulet (Asimov).

    Car soyons clair, torde la règle n'est pas une méthode qui permettra à notre profession de sortir par le haut des exigences et contraintes réglementaires. Que croyez-vous ? Que les règles sont là pour vous empêcher de travailler ? De quel droit une personne, isolée dans toute la profession à l'échelle européenne, malgré toute son expérience professionnelle, peut-elle raisonnablement qu'elle détient La Vérité ? Qu'elle, elle sait. C'est pas comme ça qu'il faut faire !

    Je l'ai déjà dit auparavant : croire qu'il n'y a pas eu d'accidents mortels en SAMU depuis 20 ans n'est PAS un gage suffisant de sécurité. Au pire il constitue un argument de choix que tout politique habile et mal intentionnée saura reprendre à son compte pour justifier des actions qui le glorifie et le font avancer personnellement.

    Je l'ai déjà dit auparavant : croire que l'activité est sûre exige d'avoir des données collectée pour le faire. Or, la culture de l'information et de la SV n'est pas une priorité pour les exploitants français. On masque, on triche, on déguise, on magouille. Faut que ça vole. Faut que le client soit content. Les champion du pas vu, pas pris. !

    Chez un opérateur qui emploie des crew, ce même crew à la possibilité et surtout le devoir de signifier à son commandant de bord et à sa hiérarchie les dérives et / ou fautes commises par l'équipage. Ce rôle va bien évidemment dans l'autre sens. Tout ceci pour aller dans le sens du respect des procédures et encourager les comportements professionnels. Pensez-vous qu'avec un infirmier en place gauche ce soit possible ? Alors c'est sûr que là aussi ça risque d'être une petite révolution des pratiques adoptées par certains. Hein ? Fini de partir de nuit avec 400. Fini le petit détour à convenance. Fini le non respect de la MEL. Bonjour le travail personnel pour montrer qu'on connaît bien sa machine, ses procédures.

    Et quelle culture un personnel hospitalier peut-il bien avoir de l'aéronautique ? Certains ont peur ! D'autres sont peut-être épileptiques ! D'ailleurs, personne n'a encore évoqué le problème de la visite médicale ! Ah et puis pour le JVN ca va être génial.

    Et puis c'est parfait tout cela, on vous laisse entrevoir des perspectives d'évolution de carrières, de missions (ben oui, peu-être que la SC va faire peau de chagrin, que des SAMU auront du treuil)... mais non, on préfère rester comme ça avec avec un sac à gauche qu'on mettra ou qu'on ne mettra pas. Car comme pour les réquisitions préfectorales frauduleuses, le crew sera bien là sur le papier mais ne le sera pas dans les faits; J'en fais le pari surotut du côté du 28

    La rapport d'accident de la SC a Bastia a pointé du doigt un manque de formation du personnel technique embarqué à l'utilisation des systèmes de bord de l'appareil, lacune qui n'a pas permis de rattraper les erreurs en cours ayant conduit au CFIT. Et là, on veut mettre des infirmiers et des medecins qui, malgré toutes leurs heures de vols, ne sont que des pax ? Et on parle (le Docteur Letellier en tête) de PIS, de percée GNSS, d'IFR, d'hélico TT ?

    Mais vous êtes sous l'emprise de quelle drogue bon dieu ? Non mais Allo quoi !

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  heli-samu le Sam 3 Mai 2014 - 21:30


    Je note simplement le fait qu'un autre partenaire social s'est récemment intéressé à cette corporation quelque peu délaissée par le grand !

    Le SNPNAC fait effectivement entendre sa position sur cette question car c'est un des seul (si ce n'est LE seul) à prendre en considération les assistants de vol et à travailler pour la reconnaissance de cette fonction.

    j'aimerait bien qu'il y ait les mêmes énergies pour d'autres sujets qui impacte aussi la sécurité, bien plus que le fait d'avoir ou non un bonhomme de plus sans les commandes de vol et sans aucune prérogative juridictionnelle.

    Les sujets et l'énergie qu'on y consacrent dépendent du collectif, si chacun reste dans son coin indifferemment, c'est sur que peu de choses vont bouger... Il n'y a qu'a regarder combien de pilotes participent activement à ce forum..

    C'est un espace d'échange où chacun est libre d'exposer son point de vue et de débattre pour faire avancer les choses. Or seul une petite quinzaine de pilotes (tout au plus) participent de manière active.

    L'association oeuvre pour faire avancer les choses sur divers points permettant d'améliorer la sécurité des vols et le quotidien des équipages, les syndicats quant à eux travaillent sur le volet social

    Mais si une majorité s'en fout, alors effectivement, on ne risque pas d'avancer...


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  heli-samu le Sam 3 Mai 2014 - 21:33

    french kiss a écrit:tout simplement révoltant cette position de l'AFHSH. Et je ne trouve pas de mots pour qualifiés les propos de Coffin

    Soyons clair, le lobbying actuel de l'AFHSH n'a que pour seul et unique but celui de vouloir faire croire que le fonctionnement actuel permet de répondre aux exigences de l'IR OPS. C'est juste un enfumage. On se sert de prête-nom pour remplir une case. Mais n'en déplaise au Docteur Letellier, les fonctions dévolues aux Crew Members sont ni plus ni moins inaccessibles aux infirmiers et médecins. Je m'explique

    Se servir du fait que cela fonctionne actuellement très bien comme cela n'est pas un argument. C'est un détournement de la réalité pour le faire correspondre à SA réalité. Ou ses envies. C'est un peu comme la différence qu'il existe entre erreur et faute. On commet tous des erreurs, il faut s'en servir pour faire avancer le système. Les fautes ou violations en revanche n'ont pas leur place dans notre métier (même si comme partout elles existent). En l'occurence, déclarer que le poste de crew member peut être tenu par les équipes médicales en place est une violation car en aucun cas, les tâches, prérogatives et responsabilité du crew ne pourront et ne seront assumées si un tel système devait se mettre en place.

    Comme imaginer, justifier, cautionner un cockpit, un fonctionnement que l'on tend à vouloir uniformiser avec des équipes composées de 12 médecins, 12 infirmiers dans certains SAMU ou lorsque certains SAMU font tourner les équipes ? Je n'arrive même pas à comprendre que des pilotes professionnels puissent défendre une telle position.

    Ceux qui auraient assisté à la réunion de l'IR OPS en début d'année ne peuvent qu'être scandalisés d'entendre un tel discours de l'Autorité. L'IR OPS ne change rien à ce qui est censé se passer dans nos compagnies actuellement. La seule différence sera la responsabilité encore plus grande que devront assumer les compagnies et le personnel qu'elles recrutent. Et là, Mr Coffin nous annonce qu'il va être possible de déléguer une fonction technique à du personnel sur lequel il ne peut exister de contrôle réel ? De qui se moque-t-on ?

    Certains d'entre nous pensent (militent ?) pour que le crew soit issu de l'équipe médical ? Je pensent qu'ils n'ont absolument pas compris ce qui attend nos compagnies dans un futur proche. Qu'ils se mettent en danger et qu'ils mettent en danger TOUTE la profession.

    Le Docteur Letellier n'a pas été canonisé la semaine dernière à ma connaissance. Peut-être que certains le souhaitent. C'est leur droit. Mais ils n'ont qu'une faible connaissance du l'Histoire de l'hélico sanitaire en France. Juste pour être très clair : cette personne a mis en oeuvre durant toutes les années 2000 à 2008 un système de réquisitions préfectorales frauduleuses. Vous rendez-vous compte de quoi nous parlons ? Des pilotes ont décollées en dehors de leur temps de repos durant des années sur des réquisitions préfectorales signées de personnes plus en place et selon une procédure totalement illégale. A quels fins ? Ne pas payer du personnel en fonction des besoins ? Par le bon plaisir du Prince. Au détriment de toutes le notions de sécurité élémentaires. Ouvrez les yeux ! Vous faites le jeu du Mulet (Asimov).

    Car soyons clair, torde la règle n'est pas une méthode qui permettra à notre profession de sortir par le haut des exigences et contraintes réglementaires. Que croyez-vous ? Que les règles sont là pour vous empêcher de travailler ? De quel droit une personne, isolée dans toute la profession à l'échelle européenne, malgré toute son expérience professionnelle, peut-elle raisonnablement qu'elle détient La Vérité ? Qu'elle, elle sait. C'est pas comme ça qu'il faut faire !

    Je l'ai déjà dit auparavant : croire qu'il n'y a pas eu d'accidents mortels en SAMU depuis 20 ans n'est PAS un gage suffisant de sécurité. Au pire il constitue un argument de choix que tout politique habile et mal intentionnée saura reprendre à son compte pour justifier des actions qui le glorifie et le font avancer personnellement.

    Je l'ai déjà dit auparavant : croire que l'activité est sûre exige d'avoir des données collectée pour le faire. Or, la culture de l'information et de la SV n'est pas une priorité pour les exploitants français. On masque, on triche, on déguise, on magouille. Faut que ça vole. Faut que le client soit content. Les champion du pas vu, pas pris. !

    Chez un opérateur qui emploie des crew, ce même crew à la possibilité et surtout le devoir de signifier à son commandant de bord et à sa hiérarchie les dérives et / ou fautes commises par l'équipage. Ce rôle va bien évidemment dans l'autre sens. Tout ceci pour aller dans le sens du respect des procédures et encourager les comportements professionnels. Pensez-vous qu'avec un infirmier en place gauche ce soit possible ? Alors c'est sûr que là aussi ça risque d'être une petite révolution des pratiques adoptées par certains. Hein ? Fini de partir de nuit avec 400. Fini le petit détour à convenance. Fini le non respect de la MEL. Bonjour le travail personnel pour montrer qu'on connaît bien sa machine, ses procédures.

    Et quelle culture un personnel hospitalier peut-il bien avoir de l'aéronautique ? Certains ont peur ! D'autres sont peut-être épileptiques ! D'ailleurs, personne n'a encore évoqué le problème de la visite médicale ! Ah et puis pour le JVN ca va être génial.

    Et puis c'est parfait tout cela, on vous laisse entrevoir des perspectives d'évolution de carrières, de missions (ben oui, peu-être que la SC va faire peau de chagrin, que des SAMU auront du treuil)... mais non, on préfère rester comme ça avec avec un sac à gauche qu'on mettra ou qu'on ne mettra pas. Car comme pour les réquisitions préfectorales frauduleuses, le crew sera bien là sur le papier mais ne le sera pas dans les faits; J'en fais le pari surotut du côté du 28

    La rapport d'accident de la SC a Bastia a pointé du doigt un manque de formation du personnel technique embarqué à l'utilisation des systèmes de bord de l'appareil, lacune qui n'a pas permis de rattraper les erreurs en cours ayant conduit au CFIT. Et là, on veut mettre des infirmiers et des medecins qui, malgré toutes leurs heures de vols, ne sont que des pax ? Et on parle (le Docteur Letellier en tête) de PIS, de percée GNSS, d'IFR, d'hélico TT ?

    Mais vous êtes sous l'emprise de quelle drogue bon dieu ? Non mais Allo quoi !

    +1


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Sam 3 Mai 2014 - 22:06

    french kiss a écrit:/// que cela fonctionne actuellement très bien comme cela n'est pas un argument. C'est un détournement de la réalité ///
    Mais vous êtes sous l'emprise de quelle drogue bon dieu ? Non mais Allo quoi !
    je crois que le problème est que cette mesure est potentiellement contournable, on voit bien que le texte la voulu de cette manière !
    Ensuite, de là, à considérer que le travail qui s’effectue dans le transport sanitaire actuellement, enfin je parle de ce que j'observe à mon niveau dans ma sphère de travail, çà fonctionne correctement il ne faut pas non plus exagérer !
    on arrive à maintenir un poids de matériel assez serré, avec un range très acceptable ce qui permet de garder une marge la nuit pour les longs vols.
    le 109 est une machine bien équipée, souple et confortable avec des automatismes PA avec une bonne puissance et surtout une belle voilure. Rien de ce qui se fait dans ce mode de transport ne percute la pourtant très compliquée et très contraignante règle du transport public...
    Pour le reste, je suis désolé, on peut toujours arguer du fait, qu'il est nécessaire, ou plutôt, devenu obligatoire de donner une fonction officielle à la personne qui, participant régulièrement aux missions sanitaires, demeure souvent à l'avant gauche lorsque le patient n'est pas à bord !
    Dont acte..
    Mais aussi de remarquer, que arrivant dans le samu j'ai toujours vu cette place avant gauche occupée !
    Chose qui est sous l'acceptation du commandant de bord, donc soyons clair, c'est acté et devenu une routine !
    Cela se passe de cette manière et je n'ai pas vraiment noté que cela posait un problème rédhibitoire depuis le temps, ni pour les exploitants, ni pour la DGAC !
    Ma seule remarque est qu'il ne sert à rien de mettre quelqu'un à gauche si ce n'est pas un pilote avec les commandes, voila, c'est simple !
    S'il n'y a pas de pilote, c'est une autre affaire, on peut y coller un peu qui on veut, ou donner un autre nom à celui qui s'y colle régulièrement, selon les intérêt de ceci ou de cela, c'est aussi ce que laisse entendre le discours qui s'est progressivement assoupli au fur et à mesure que le temps passe !
    Il y a quand même des branches que l'on ne pourra pas faire, particulièrement la nuit, cause pétrole, qui chacun le sait est une denrée rare en dehors des heures ouvrables.
    Faudra s'adapter tendre le dispositif mais pour quelle réelle plus-value sécuritaire ?
    Été chaud, altitude, tout ceci n'est pas très raisonnable en terme de performance pour des machine déjà bien chargée et pas non plus très vastes !
    Avec un patient lourd, çà va causer avec le le rayon d'action...
    Il faut aussi raison garder, soit on colle un pilote avec une machine plus large plus réaliste, c'est une réelle avancée, soit on fait ce que l'on peut avec ce que l'on a en matière de budget par exemple !
    C'est la situation actuelle que le texte semble permettre, on va avoir une version par exploitant peut être comme l’administration de tutelle ne peut et ne veut, a priori, légiférer la dessus

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  french kiss le Dim 4 Mai 2014 - 7:31

    oui, on a a aussi laissé voler des pilotes (et donc avec à bord : équipe médicale et pax + patient) durant des années avec des fausses réquisitions préfectorales. Et bien d'autres choses également. Comme quoi les (mauvaises) habitudes sont très difficiles à combattre. Voir même encouragées. Sous couvert de la mission SAMU, se mettent en place pas mal de dérives et la DGAC, en prenant en référence la position de l'AFHSH, prouve une nouvelle fois qu'elle est sous influence. Allant même jusqu'à se déjuger. Au nom de quoi ? Je ne sais pas mais les grandes messes de l'Auditorium rue Farman laissent perplexes.

    Vous allez accepter à bord des crew members qui n'ont leur place qu'au musée Grévin. En acceptant cette adaptation (adaptation, qui dis-je, arnaque) de la mise en place de cette méthode palliative, vous apportez la preuve que vous, commandant de bord, ne respecter pas les textes de l'IR-OPS. Car les infirmiers et médecins ne peuvent consituer une population nouvelle de professionnels de l'aéronautique en trois jours. Et ce malgré le fait qu'il volent tous les jours depuis des années en place gauche. C'est comme si vous disiez qu'un mec qui prends la ligne intérieur tous les jours pour se rendre à des rendez-vous professionnel est capable de prendre la place du PNC. C'est n'importe quoi. C'est illégal. C'est une faute que d'accepter cela. Et c'est surtout un aveu de non respect de loi que de la faire.

    Ne croyez pas que le principe du : "le cdb est responsable de ce qu'il se passe à bord de l'appareil" soit une incantation magique pour tout faire. Ce dogme ne s'applique qu'aux situations d'urgence. Il ne peut s'appliquer pour contourner une règle établie. En acceptant cela, vous et votre compagnie accpete de signer un chèque en blanc.

    Très souvent, certains régulateurs et compagnies ont malignement mélangé cette prérogative du CDB pour leur faire faire n'importe quoi. Au pretexte que la mission est du SAMU. Nous ne sommes pas des urgentistes. Nous sommes des prestataires de services sensés apporter un vecteur clé en main mais qui dispose de ses propres règles et lois et qu'il doit respecter au-delà des missions de nos clients. Un mélange des genres, à cause de la proximité des équipages au sein du SAMU couplé à l'isolement des équipage vis à vis de leur compagnie peut généré un sentiment d'appartenance au SAMU. Là encore c'est une erreur. Posez la question autour de vous (vous êtes très bien placé) sur le procès Delrieux et vous verrez jusqu'à quel point cette perte des réalités / références peuvent conduire.

    Remettre en place gauche un personnel formé et encadré pour cela est un gage de bonne pratique et de responsabilisation des équipages. J'ai un peu de mal à imaginer de bonnes pratiques avec cette formule sponsorisée par Mr Bricolage : ça va être bien les stages gloutte pour tout ce petit monde. Les recyclages CRM. Un pilote privé sort en gros en 18 mois. Mais là, en trois jours, les heureux candidats sauront : lire une carte (ahahahaha la bonne poilade rien que d'y penser), intégrer des notions de navigation (ahahahahahah again), travailler en équipage (oulalalala j'ai mal au ventre tellement je ris lorsque je vois comment certains médicaux s'entendent entre eux. Ah et puis c'est bien, certains ont toujours voulu être pilote. Couplé avec un peu d'égo surdimensionné, ça va être bien les ressources équipages...). Personne ne m'a répondu sur le médical non plus. Hein, qu'arrivera-t-il s'il y a une perte d'aptitude médical ? Le mec en question sera muté dans un service non volant ? Vous embettez pas j'ai la réponse : non mais le médical on s'en cogne de toute façon nos personnels ne font pas le job à bord, ils sont jsute des prête-nom.


    Il y a la fonction et l'esprit de la fonction. Comme pour les lois. Actuellement, l'AFHSH fait une interprétation malhonnête de ce texte pour justifier ses désirs. Je pense que ceux qui prennent cette position en exemple commettent une grave erreur. Pour eux mais pour toute la profession des navigants. En acceptant cela, vous déclarez publiquement : on met quelqu'un à bord dont la présence est obligatoire mais dont on ne s'en servira pas parce que l'on a toujours fait comme cela. A vous de voir...

    T4
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 06/11/2009
    Messages : 327

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  T4 le Dim 4 Mai 2014 - 8:27

    overlord a écrit:
    Grosnico a écrit:Je trouve l'analyse d'Heli-samu assez pertinente.
    Et bien pas du tout pour moi, car le partenaire social "natif" si on peut le baptiser de la sorte, c'est le SNPL !
    Dire qu'il s'est préoccupé ou se préoccupe des conditions de travail et des intérêts des pilotes de Samu, depuis le temps, il y a une marche que je ne franchirait pas !
    Disons qu'il aurait pu mais cela se serait vu !
    Je note simplement le fait qu'un autre partenaire social s'est récemment intéressé à cette corporation quelque peu délaissée par le grand !
    De voir ensuite que le grand s’intéresse subitement à ce problème d’assistant de vol on 'a l'impression que c'est pour placer des postes PN car je n'ai pas beaucoup vu de conciliabule, de négociations en interne !
    Ou peut être pour se refaire quelque peu sur cette affaire porteuse.
    C'est une posture, ok, mais j'aimerait bien qu'il y ait les mêmes énergies pour d'autres sujets qui impacte aussi la sécurité, bien plus que le fait d'avoir ou non un bonhomme de plus sans les commandes de vol et sans aucune prérogative juridictionnelle.
    L'analyse n'est pas pas vraiment probante de mon point de vue, c'est pas très net tout çà...

    Si l'on veut faire un rappel d'histoire il faut avant l'étudier et la connaître au risque de diffuser des banalités de comptoir en s'attanchant au paraitre.
    Le SNPL n'est pas le partenaire social natif, il est peut-être à l'origine des mouvements de 2007 mais les autres ont également été présents.
    Si le SNPL n'a pas la même virulence qu'à ses débuts il n'en pas moins présent, que ce soit aux CNM comme aux CPN aux côtés des autres comme le SNPNAC, la CGT transports, FO...et si aujourd'hui il y'a des avancées dans ce metier (augmentation même ridicule tous les ans....) c'est bien parce qu'il y'a des partenaires sociaux autour des tables de négociations.
    Le SNPL comme les autres s'est toujours fait entendre sur la question de l'assistant de vol et sa position est aujourd'hui toujours la même!
    C'est tout d'abord que cet assistant de vol pour apporter le plus de sécurité dans ce qui sera l'avenir des vols SMUH, devrait être un pilote.
    Si celà, aujourd'hui ne semble pas encore envisageable ce qui est defendu par le SNPL lors des différentes réunions c'est que cet assistant, s'il n'est pas pilote, doit avoir un vrai statut de PNT, rattaché à là CCN 3288, CRPN,..... avec un vrai programme de formation afin d'être un vrai suppléant au pilote.
    Et il ne faut en aucun cas qu'il y'ait un mélange des genres et le SNPL s'est toujours opposé à cette proposition.

    Si aujourd'hui un partenaire (le SNPNAC) se fait plus remarquer en faisant plus de bruit que les autres, c'est tant mieux car celà secoue une profession qui cultive la politique de l'autruche depuis bien trop longtemps.
    Ceci dit ce n'est pas pour autant que les autres s'en desintéresse et s'il y'a bien un sujet ou tous les partenaires semblent être à l'unisson c'est celui de l'assistant de vol.
    Et tous seront bien présents pour faire entendre leurs voix au prochain CPN pour s'opposer à des propositions qui continuent à nous tirer vers le bas!

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Dim 4 Mai 2014 - 8:46

    french kiss a écrit:En acceptant cette adaptation (adaptation, qui dis-je, arnaque) de la mise en place de cette méthode palliative, vous apportez la preuve que vous, commandant de bord, ne respecter pas les textes de l'IR-OPS....
    Il ne faut pas faire l'accesseur, ce n'est pas à l'exécutant en bout de chaîne qu'est le pilote, d'assurer la non conformité de ceci ou cela, c'est à l'exploitant surveillé étroitement par son administration, il ne faut renverser les rôles..
    Le commandant de bord appliquera la solution qui sera in fine couchée dans le Manex de la compagnie, le même qui est approuvé par la DAC de référence.
    Point à la ligne..
    Les SIP devaient bien être remis aux normes en 4 ans et pour certains plus de 15 ans après ils n'ont pas bougés d'un iota et bien sur la liste 2014 ? c'est le commandant de bord qui ne devrait pas y procéder c'est çà !
    On peut faire une liste à la Prévert sur ce qui n'a pas suivi le discours ou les nouvelles normes !
    Charité bien ordonnée commençant par soit même, si la règle le permet pourquoi s'étonner que les différentes formules soient adoptées !
    Bref, le PCB fera ce qui sera adopté et validé et je pense pas que l'on puisse dire qu'il ne respectera pas la règle en vigueur, puisque au demeurant, elle lui permettra de le faire !
    Il y a ce que l'on pense de la mesure et ce qui sera réglementairement adopté et validé par la DAC.
    La nuance est de taille..

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Dim 4 Mai 2014 - 9:21

    T4 a écrit:
    Si l'on veut faire un rappel d'histoire il faut avant l'étudier et la connaître au risque de diffuser des banalités de comptoir en s'attanchant au paraitre.!
    Oui si c'est que veut dire que je suis un petit jeune dans le Samu, Ok, j'y suis depuis 2007 c'est pas assez pour la ramener !
    je n'ai que 1000 hrs de 109 et un zéro de plus pour l’hélico, c'est pas assez pour passer pour un type sérieux et conscient de ce qu'il fait avec ses bout de bois !
    Quant au " s’attachant au paraître" c'est assez sympa pour ceux qui s'investisses comme moi pour que ce mode de transport reste sécurisant !
    Pour le reste, ta prose semble dérouler en plus politiquement correct, ce que j'ai maladroitement exposé, c'est à dire que, a priori, le problème du pilote de Samu n’apparaît pas comme grand centre d’intérêt pour le SNPL !
    C'est pour cela que l'autre qui s'oppose en terme de rayonnement à récupéré une bonne partie des dits pilotes !
    Lorsque l'on voit le dernier ordre de grève qui finalement ne se fera pas, on voit bien que nous à côté, c'est "Peanuts" !
    Bon en gros, tu a expliqué ce que j'ai maladroitement évoqué, que le partenaire sociale SNPL n'est pas le seul mais n'est pas non plus celui qui s’intéresse le plus à notre profession !
    D'ailleurs il serait intéressant de savoir de quel adhésion il relève vis à vis de notre corporation, c'est aussi un bon indicateur au-delà du verbiage ou des réaction épidermiques ?

    Grosnico
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : Nord de la France
    Date d'inscription : 27/04/2014
    Messages : 58

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Grosnico le Dim 4 Mai 2014 - 9:47

    Hellcopter a écrit:
    NHV fonctionne avec des HEMS, le poids n'a pas l'air de les gêner pour le calcul TRo, ni la MTOW, alors pourquoi n'y arriverions nous pas?
    Tu as raison, ça fonctionne, même très bien chez NHV parce que le MD902 le permet:
    -Pilote + HCM
    -Equipe médicale (2 personnes)
    -Patient
    -1200 livres (550kg) de kéro' soient 2h30 d'autonomie
    On a même un peu de marge (en gros 50kg).
    Le tout décolle jusqu'à 28°C en CP1 depuis un H.

    Ne croyez vous pas les réticences majeures des exploitants viennent avant tout du vecteur qui n'est pas adapté au vol SAMU à 5 ? Changer une flotte hélico' (pour quelle machine) coûte infiniment plus cher que d'employer quelques gars à 1350 € net par mois.

    Grosnico
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : Nord de la France
    Date d'inscription : 27/04/2014
    Messages : 58

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Grosnico le Dim 4 Mai 2014 - 9:59

    [/quote] C'est une posture, ok, mais j'aimerait bien qu'il y ait les mêmes énergies pour d'autres sujets qui impacte aussi la sécurité, bien plus que le fait d'avoir ou non un bonhomme de plus sans les commandes de vol et sans aucune prérogative juridictionnelle.[quote]
    Overlord, à plusieurs reprises dans tes messages tu évoques le manque de responsabilité dont sera attribué le membre d'équipage. Je sais à quel point tu estimes inutile sa présence à bord, je n'insisterai donc pas.
    Crois-tu vraiment qu'un copilote dispose de plus de prérogatives juridictionnelles (pour reprendre ton expression) ?  C'est le commandant de bord qui est responsable de tout, avec ou sans copilote. Un copil' peut faire la plus grosse erreur, c'est le PIC qui trinquera au tribunal.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Dim 4 Mai 2014 - 11:06

    Grosnico a écrit:Tu as raison, ça fonctionne, même très bien chez NHV parce que le MD902 le permet:
    -Pilote + HCM
    -Equipe médicale (2 personnes)
    -Patient
    -1200 livres (550kg) de kéro' soient 2h30 d'autonomie
    On a même un peu de marge (en gros 50kg).
    Le tout décolle jusqu'à 28°C en CP1 depuis un H.

    Ne croyez vous pas les réticences majeures des exploitants viennent avant tout du vecteur qui n'est pas adapté au vol SAMU à 5 ? Changer une flotte hélico' (pour quelle machine) coûte infiniment plus cher que d'employer quelques gars à 1350 € net par mois.
    Ben si !
    C'est d'ailleurs ce que je m'évertue à expliquer, c'est d'abord un problème de machine, le 109 e et le 135 ne sont pas vraiment adaptés pour être 5 avec la quantité de matériel médical que nous embarquons, les patients qui peuvent être de plus en plus grand et lourd etc etc...
    Cela dit, le MD n'est plus à proprement parler, comme le 109 une machine qui évoluera, on est à la fin d'un cycle, pièces détachées, maintenance lourde etc çà compte dans l'exploitation et ce n'est pas propice pour l'avenir.
    Agusta n'a pas jugé utile de pérenniser le segment du 109, Eurocopter non plus le 135 reste le 135 !
    la seule machine intermédiaire, qui semble la plus adaptée pour le ratio coût/performance/exploitation, pour la mission Samu, c'est le Bell 429 !
    Un volume de cabine important un Aéronef léger, une taille entre l'EC 145 et l'EC 135, de la puissance et du pragmatisme Us en terme de maintenance..
    je ne vois rien d'autre d'équivalent, il faut donc à mon avis rester comme çà sinon on va tuer le bébé dans l’œuf !
    la véritable évolution, ce n'est pas l’assistant de ci ou de çà, c'est d'abord un changement d'appareil pour passer à autre chose, une autre dimension, un coups complet capable de faire ce que faire un autre panel de missions !

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  french kiss le Dim 4 Mai 2014 - 12:20

    overlord a écrit:
    french kiss a écrit:En acceptant cette adaptation (adaptation, qui dis-je, arnaque) de la mise en place de cette méthode palliative, vous apportez la preuve que vous, commandant de bord, ne respecter pas les textes de l'IR-OPS....
    Il ne faut pas faire l'accesseur, ce n'est pas à l'exécutant en bout de chaîne qu'est le pilote, d'assurer la non conformité de ceci ou cela, c'est à l'exploitant surveillé étroitement par son administration, il ne faut renverser les rôles..
    Le commandant de bord appliquera la solution qui sera in fine couchée dans le Manex de la compagnie, le même qui est approuvé par la DAC de référence.
    Point à la ligne..
    Les SIP devaient bien être remis aux normes en 4 ans et pour certains plus de 15 ans après ils n'ont pas bougés d'un iota et bien sur la liste 2014 ? c'est le commandant de bord qui ne devrait pas y procéder c'est çà !
    On peut faire une liste à la Prévert sur ce qui n'a pas suivi le discours ou les nouvelles normes !
    Charité bien ordonnée commençant par soit même, si la règle le permet pourquoi s'étonner que les différentes formules soient adoptées !
    Bref, le PCB fera ce qui sera adopté et validé et je pense pas que l'on puisse dire qu'il ne respectera pas la règle en vigueur, puisque au demeurant, elle lui permettra de le faire !
    Il y a ce que l'on pense de la mesure et ce qui sera réglementairement adopté et validé par la DAC.
    La nuance est de taille..

    Certes overlord, l'exploitant propose, l'Autorité accepte. Mais vous oubliez quelque chose d'essentiel : ceci ne s'arrête pas là, c'est justement toute la nouvelle dimension de l'IR OPS et de la philosophie des responsabilités que chacun doit prendre. Vous aurez pour devoir de signifier à votre hiérarchie :
    - toutes procédures non adaptées
    - toutes dérives, manquements, déviations aux normes

    Accepterez-vous de cautionner des pratiques que vous avez identifiées comme inadaptées ? Votre employeur acceptera-t-il de couvrir un employé qui n'aura pas rempli sa mission de remontées d'informations, aura couvert un système déviant ? Là encore, à vous pilotes de faire votre choix

    Grosnico
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : Nord de la France
    Date d'inscription : 27/04/2014
    Messages : 58

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Grosnico le Dim 4 Mai 2014 - 12:50

    overlord a écrit:
    T4 a écrit:
    Si l'on veut faire un rappel d'histoire il faut avant l'étudier et la connaître au risque de diffuser des banalités de comptoir en s'attanchant au paraitre.!
    Oui si c'est que veut dire que je suis un petit jeune dans le Samu, Ok, j'y suis depuis 2007 c'est pas assez pour la ramener !
    je n'ai que 1000 hrs de 109 et un zéro de plus pour l’hélico, c'est pas assez pour passer pour un type sérieux et conscient de ce qu'il fait avec ses bout de bois !
    Quant au " s’attachant au paraître" c'est assez sympa pour ceux qui s'investisses comme moi pour que ce mode de transport reste sécurisant !
    Pour le reste, ta prose semble dérouler en plus politiquement correct, ce que j'ai maladroitement exposé, c'est à dire que, a priori, le problème du pilote de Samu n’apparaît pas comme grand centre d’intérêt pour le SNPL !
    C'est pour cela que l'autre qui s'oppose en terme de rayonnement à récupéré une bonne partie des dits pilotes !
    Lorsque l'on voit le dernier ordre de grève qui finalement ne se fera pas, on voit bien que nous à côté, c'est "Peanuts" !
    Bon en gros, tu a expliqué ce que j'ai maladroitement évoqué, que le partenaire sociale SNPL n'est pas le seul mais n'est pas non plus celui qui s’intéresse le plus à notre profession !
    D'ailleurs il serait intéressant de savoir de quel adhésion il relève vis à vis de notre corporation, c'est aussi un bon indicateur au-delà du verbiage ou des réaction épidermiques ?

    Je partage ton point de vue quant à la fin de potentiel du MD902, qui arrive encore à faire le taf' mais pour combien de temps...
    J'ai été un peu déçu par le B429. Une belle machine, performante, bien équipée, des cycles de maintenance faibles, avec une soute dont le volume est élevé mais quand tu regardes le payload, c'est très décevant. Cinq à bord, impossible d'obtenir deux heures d'autonomie... mais je ne vais pas m'étendre car c'est un autre sujet traité dans un autre dossier.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Dim 4 Mai 2014 - 17:14

    french kiss a écrit:Certes overlord, l'exploitant propose, l'Autorité accepte. Mais vous oubliez quelque chose d'essentiel : ceci ne s'arrête pas là, c'est justement toute la nouvelle dimension de l'IR OPS et de la philosophie des responsabilités que chacun doit prendre. Vous aurez pour devoir de signifier à votre hiérarchie :
    - toutes procédures non adaptées
    - toutes dérives, manquements, déviations aux normes

    Accepterez-vous de cautionner des pratiques que vous avez identifiées comme inadaptées ? Votre employeur acceptera-t-il de couvrir un employé qui n'aura pas rempli sa mission de remontées d'informations, aura couvert un système déviant ? Là encore, à vous pilotes de faire votre choix
    je suis désolé mais c'est un peu du bla bla bla !
    Nous ne sommes pas des enfants de cœur et savons bien que nous ne vivons pas dans un monde parfait loin de là !
    Cela dit, les pilotes font remonter les choses qui ne vont pas, même si pour autant elles ne se règlent pas forcément !
    personne ne peut ignorer que telle ou telle partie d'une règle n'est pas respectée aussi bien dans l'administration que dans les société exploitantes ! personne..
    Mais ce n'est pas le sujet, lorsque la solution d'une société exploitante sera validée au Manex ce ne sera pas une transgression de la régle mais la règle tout simplement.
    je ne vois pas bien pourquoi et comment le pilote pourrait passer son temps à expliquer que ce qui a été décidé et validé par la DAC ou autre, n'est pas conforme ?

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  french kiss le Dim 4 Mai 2014 - 18:38

    tout va bien alors...

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Ven 11 Juil 2014 - 6:56

    Grosnico a écrit:Je partage ton point de vue quant à la fin de potentiel du MD902, qui arrive encore à faire le taf' mais pour combien de temps...
    J'ai été un peu déçu par le B429. Une belle machine, performante, bien équipée, des cycles de maintenance faibles, avec une soute dont le volume est élevé mais quand tu regardes le payload, c'est très décevant. Cinq à bord, impossible d'obtenir deux heures d'autonomie... mais je ne vais pas m'étendre car c'est un autre sujet traité dans un autre dossier.
    A 7000 livres on fait déjà nettement mieux qu'avec les machines actuelles, 109 et 135, à 7500 livres l’écart sera encore plus significatif
    je ne doute pas que la règle limitant à 7000 livres sera amendée pour autoriser les machines plus performantes !
    En revanche, je suis un peu surpris de ce que tu annonce comme payload avec 2.5h sur le MD 902 ?

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Ven 11 Juil 2014 - 7:20

    french kiss a écrit:tout va bien alors...
    C'est l'actualité, la DGAC vient d'adresser un document sur l'interprétation quelle fait chez nous de l'application de l'IR-OPS en Octobre, d'après ton point de vue, on devrait ne pas tenir compte de ces consignes, qui semblent tout de même régaliennes !

    L’administration de tutelle propose à une autre administration également de tutelle et aux exploitants aérien et santé plusieurs options de mode d'action du transport sanitaire, SMUH, CAT ect..
    Plusieurs possibilité d'appartenance pour le membre du SMUH etc..

    Dont acte, dans le même ordre, d'autres propositions sans pour autant qu'elles ne soient pas respectées ou condamnées !

    Je ne pense pas que ce soit le combat du pilote de Samu qui est un exécutant d'aller prêcher dans telle ou telle chapelle pour un sujet qui concerne d'abord la commission Européenne et l'état français.
    Je trouve l'enjeu assez disproportionné et il me semble en substance que ce n'est pas vraiment problème du pilote !

    Sans compter sur le volet de confidentialité inscrit dans le contrat de travail, aller intervenir physiquement auprès de tel ou tel corporation est-il conforme ?

    Dans la mesure ou je pense sauf erreur que la base n'a pas été vraiment consultée sur ce sujet si sensible déjà ancien, cela m’apparaît un peu tard et mal embouché
    S'il ne se passe rien, ne risque-t-on pas une perte de crédibilité ?
    Pour ma part je ne préfère pas cautionner la forme actuel et l'action demandée au pilote pour le mouvement social du moment !

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Ven 11 Juil 2014 - 7:56

    Libre à toi de faire ce que tu veux concernant le mouvement de grève. Malheureusement c'est le seul moyen de se faire entendre.

    En revanche, tu nous dis que ce n'est pas aux pilotes de donner son avis. Je ne suis d'accord avec toi. Qui travaillera avec ce membre d'équipage ? C'est bien le pilote !!!!!! Il a donc son mot à dire.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Ven 11 Juil 2014 - 9:19

    copter a écrit:Libre à toi de faire ce que tu veux concernant le mouvement de grève. Malheureusement c'est le seul moyen de se faire entendre.
    En revanche, tu nous dis que ce n'est pas aux pilotes de donner son avis. Je ne suis d'accord avec toi. Qui travaillera avec ce membre d'équipage ? C'est bien le pilote !!!!!! Il a donc son mot à dire.
    Non ce que je veux dire c'est que n'est pas au pilote de mener une action auprès de la corporation des médecins pour une décision de l'ordre national et Européenne, c'est mon avis compte tenu de la situation telle quelle se présente.
    Ce que je crains c'est que cette action ne soit pas bien ciblée et risque de provoquer l'effet inverse, il y a aussi dans les Samu, une entende que l'on pourrait qualifiée de "cordiale" entre les navigants et les équipes médicales qui sont chez nous, attitrées, bref toujours les mêmes !
    Il ne me semble pas spécifiquement utile ni nécessaire de venir mettre un coin là ou cela n'est pas vraiment judicieux, bref poursuivre ou perpétuée cette fâcheuse tendance sociétale que l'on voit fleurir depuis la dernière élection présidentielle, opposer les uns et les autres !
    En aparté, pour répondre à ta question, si on suit la logique de ce qui pourrait se produire, ce seront les mêmes personnes avec qui on travaille déjà, quel sera donc le changement en matière de méthode de travail, des mots ? on va changer le nom de baptême du type qui est à gauche pour que cela aille mieux ?
    Nous avons déjà suffisamment de mal avec notre convention collective ce qui est un domaine plus significatif car cela concerne le respect des règles établies et non la prospective d'un futur métier ou non !
    cela dit pas mal de choses se sont améliorées depuis, donc...
    Il y a tout de même une nuance entre, défendre la bonne application d'un texte régalien ce qui n'est déjà pas si simple et vouloir l’empêcher !

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Ven 11 Juil 2014 - 14:27

    Ne prend pas ce qui se passe chez toi comme une généralité. Je suis persuadé que si l'on fait un sondage sur tous les SAMU de France tu trouvera un grande minorité à accepter cette nouvelle fonction.
    Dans le SAMU dans lequel je travaille chacun a sa fonction et personne n'empiète sur l'autre. En résumé, l'équipe médicale est derrière, et est occupée à sa mission.
    Je ne vais pas m'occuper de ce qu'il se passe sur le niveau médical, alors j'attends l'inverse. A chacun son métier.

    Au dernier écho que j'ai, le président de SAMU de France est opposé à cette future pratique. Ce qui montre bien que la décision de la DGAC n'a pas été concertée avec toutes les parties prenantes.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Ven 11 Juil 2014 - 17:06

    copter a écrit:Ne prend pas ce qui se passe chez toi comme une généralité. Je suis persuadé que si l'on fait un sondage sur tous les SAMU de France tu trouvera un grande minorité à accepter cette nouvelle fonction.
    Dans le SAMU dans lequel je travaille chacun a sa fonction et personne n'empiète sur l'autre. En résumé, l'équipe médicale est derrière, et est occupée à sa mission.
    Je ne vais pas m'occuper de ce qu'il se passe sur le niveau médical, alors j'attends l'inverse. A chacun son métier.
    Au dernier écho que j'ai, le président de SAMU de France est opposé à cette future pratique. Ce qui montre bien que la décision de la DGAC n'a pas été concertée avec toutes les parties prenantes.
    je te rassure, il n'est nullement question que le passager médical actuel empiète sur les prérogatives du pilote même lorsqu'il est invité devant !
    D'ailleurs ces passagers médicaux médecins comme infirmier ne le font pas comme nous ne participons pas non plus à leur sphère professionnelle
    Voila, cela se passe assez simplement et d'une manière nominale, comme je l'ai constaté lorsque je suis arrivé sur ce Samu de ce point de vue, on peut dire que le mode de fonctionnement reste identique et ne provoque pas ni du coté de l'exploitant aérien comme médical de remarques particulière.
    je ne fais pas de ce que nous vivons chez nous une généralité mais étant passé sur d'autres Samu il n'y a pas non plus de grande différence.
    Comme tu le dis chacun son métier c'est ce que nous faisons d'ailleurs et çà va bien comme çà..
    Ce que je vois c'est juste la place libre qui permet de prendre éventuellement un membre de la famille comme pour les enfants qui pourrait disparaître et çà, comme pour le reste, (Range, masse, performance) personne n'a pris vraiment soins d'évaluer ce volet, aucune concertation...
    ce que je vois aussi ce sont les élongations souvent demandées de nuit et là aussi vu les points d'avitaillement en dehors des heures ouvrables, il y a matière à se poser de sérieuses questions quant à l'évocation à tout bout de champ du terme "sécurité" laquelle de sécurité ?

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Ven 11 Juil 2014 - 17:46

    overlord a écrit:Ce que je vois c'est juste la place libre qui permet de prendre éventuellement un membre de la famille comme pour les enfants qui pourrait disparaître et çà, comme pour le reste, (Range, masse, performance) personne n'a pris vraiment soins d'évaluer ce volet, aucune concertation...
    ce que je vois aussi ce sont les élongations souvent demandées de nuit et là aussi vu les points d'avitaillement en dehors des heures ouvrables, il y a matière à se poser de sérieuses questions quant à l'évocation à tout bout de champ du terme "sécurité" laquelle de sécurité ?

    Je ne pense pas qu'un membre de la famille soit autorisé à monter dans l'hélicoptère aujourd'hui comme demain. Problème d'assurance. Pour mon cas, c'est un refus systématique, même si je me met à la place des parents, que je suis également.

    Matière à se poser de sérieuses questions comme tu le dis !!!!! Effectivement, comment feras tu pour un retour de nuit avec ton infirmier assistant de vol derrière ????????

    Et je pose la question des SAMU qui vont s'équiper des JVN. Vont ils former les paramédicaux et médecins ?????????


    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Ven 11 Juil 2014 - 18:44

    copter a écrit:Je ne pense pas qu'un membre de la famille soit autorisé à monter dans l'hélicoptère aujourd'hui comme demain. Problème d'assurance. Pour mon cas, c'est un refus systématique, même si je me met à la place des parents, que je suis également.
    Ceci est très étonnant car les assurances des exploitants aérien sont tenues d'assurer toutes les personnes susceptibles d'être présente dans le cadre du transport sanitaire qui plus est s'il est d'urgence ?
    Tu devrais tu renseigner sur ce sujet, nous l'avons fait il y a déjà longtemps.
    Il est parfois quasiment impossible de ne pas prendre la mère, car l'enfant peut être si perturbé, si stressé que séparé de sa mère il hurle au point de l’entendre en vol même avec le casque.
    Après qui soit juger de la meilleure adéquation pour le patient, pas le pilote et dès lors qu'il a une place disponible et que la masse le permet...
    C'est parfaitement autorisé évidement, ceci est d'ailleurs inscrit systématiquement sur le PVE, lui même bien archivé et à disposition.
    Il faudrait alors m"expliquer ou est le fameux "intérêt du patient" dans ce cas précis si il nécessite de dégrader inutilement l'état physiologique du patient alors qu'il est possible de faire autrement ?
    Une remarque, l'OPS 3 et le suivant aussi de mémoire, prévoit ces accompagnements comme par exemple pour les prisonniers, la aussi tu ne le prends pas l'accompagnateur je suppose !
    Et bien moi je vais te dire que les Samu actuel qui prennent un ambulancier ou un Pompier comme membre d'équipage de rien du tout prive le pilote de cette possibilité aussi !
    Cela pose d'ailleurs des sujets sensibles lorsque la pré montagne est à proximité et/ou qu'il y fait très chaud !
    Si c'est une recommandation médicale expresse du médecin de prendre la mère vu l'état de l'enfant on fait quoi ! il est ou l’intérêt du patient ? celui que l'on met en avant si souvent ?
    Moi je sais ou il est dans ce cas, je ne prends pas ou je laisse sur site la personne qui n'est pas expressément indispensable à la sécurité du patient et je termine la mission médicale comme le médecin le souhaite, voila !

    Pourquoi on n'en poserait pas des questions de ce genre, comme les autres, à la différence que celle-ci est centrée au cœur du métier, donc de l’opérationnel et non pas dans le fatras administratif ou quelconque autre intérêt !

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1301

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  copter le Mar 15 Juil 2014 - 16:14

    SOCIAL. Hélicoptères du Samu: grève «symbolique» des pilotes le 16 juillet
    Un important syndicat de pilotes d’hélicoptères utilisés par le Samu appelle à une grève d’une heure le 16 juillet, pour protester contre une évolution prochaine de la réglementation permettant aux médecins ou infirmiers d’assister le pilote
    Suite article: http://www.leprogres.fr/france-monde/2014/07/09/helicopteres-du-samu-greve-symbolique-des-pilotes-le-16-juillet


    Les pilotes d’hélicoptères en grève mercredi
    Les pilotes d’hélicoptères du Samu entameront une grève symbolique d’une heure, mercredi 16 juillet, pour protester contre une nouvelle réglementation visant à confier aux médecins et infirmiers la tâche de les assister.
    Suite article:http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-pilotes-d-helicopteres-en-greve-mercredi-2014-07-15-1179177

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2174

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  overlord le Mar 15 Juil 2014 - 18:53

    copter a écrit:SOCIAL. Hélicoptères du Samu: grève «symbolique» des pilotes le 16 juillet
    Un important syndicat de pilotes d’hélicoptères utilisés par le Samu appelle à une grève d’une heure le 16 juillet, pour protester contre une évolution prochaine de la réglementation permettant aux médecins ou infirmiers d’assister le pilote
    Suite article: http://www.leprogres.fr/france-monde/2014/07/09/helicopteres-du-samu-greve-symbolique-des-pilotes-le-16-juillet
    Les pilotes d’hélicoptères en grève mercredi
    Les pilotes d’hélicoptères du Samu entameront une grève symbolique d’une heure, mercredi 16 juillet, pour protester contre une nouvelle réglementation visant à confier aux médecins et infirmiers la tâche de les assister.
    Suite article:http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-pilotes-d-helicopteres-en-greve-mercredi-2014-07-15-1179177
    Le souci c'est la légitimité, les pilotes ceci les pilotes cela, a-t-on consulté la base sur ce sujet ?
    Ensuite c'est le mode d'action, la grève symbolique ! bon Ok et ensuite ?
    Concernant l'action auprès de la corporation des médecins la aussi cela me parait hors cadre du contrat de travail !
    çà fait beaucoup !

    Contenu sponsorisé

    Re: Des pilotes d’hélicoptères sanitaires s’opposent au projet d’« assistant de vol »

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:25


      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc 2016 - 22:25