S.M.U.H. Service Médical d'Urgence par Hélicoptère

Forum de discussion des acteurs du SMUH


    Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Partagez

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2119

    Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  vanhoute le Mar 8 Juil 2014 - 16:46

    Rappel du premier message :

    Voici la lettre explicative de mise en application de l'IR-OPS au 28 octobre prochain, destinée à la Direction Générale de l'Offre de Soin et transmise aux exploitants.


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Sam 12 Juil 2014 - 18:37

    heli-samu a écrit://///çà doit etre typiquement francais....
    C'est systémique et très Gaulois en effet, il suffit d'observer comment la société dans laquelle nous vivons évolue et à quelle niveau sociétale nous sommes arrivés !
    On ne fait rien, pas de consensus, on attend le choc, soit sociale soit culturel histoire de voire ensuite qui à la plus grosses et qui va remporter la donne !
    Le reste, c'est à dire les acteurs du premier cercle on en a absolument rien à faire, l'essentiel est l'affrontement, le choc, c'est à çà que l'on voit ensuite qui a finalement raison !
    Que fait le ministère de la santé de ses hélicoptères blancs ? y-a-t-il une politique nationale ou à minima une idée même simple d'un objectif en la matière ?
    Le vide que l'on constate souvent, système quelque peu livré à lui même, peu ou pas de prospective, une situation gérée par le privé avec de l'agent public...

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  Capitaine flamme le Sam 12 Juil 2014 - 19:20

    une situation gérée par le privé avec de l'agent public... a écrit:

    Sans parler politique ,quand on voit la dette de l UMP  affraid et que ce sont nos hommes politiques qui ont laissé faire cela ! On comprend le pourquoi de la dette nationale ! Crying or Very sad Evil or Very Mad et leur aptitude a gérer quoique ce soit ......
    D ailleurs on entend même pas la gauche ! c est pour dire et de toute les façons ce n est pas grave ,puisqu a priori ,on serait prêt a plébisciter Nicolas qui n a fait qu en remettre une couche de plus avec sa campagne ,mais vue que cela ne gène personne ,pourquoi nos hommes politiques se gêneraient Rolling Eyes  !

    hub_40
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 08/04/2011
    Messages : 335

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  hub_40 le Sam 12 Juil 2014 - 19:42

    Tu crois pas que tu es hors-sujet là ???

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  Capitaine flamme le Sam 12 Juil 2014 - 20:02

    Tu crois pas que tu es hors-sujet là ??? a écrit:

    Non je suis pas sure ,on parle pas de gestion ? Razz Razz comme certain ont l air d attendre des solutions de nos hommes politiques ,cela m amuse ..... Wink 
    Et c est aussi une affaire d argent .... Crying or Very sad 

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Sam 12 Juil 2014 - 20:29

    Capitaine flamme a écrit:

    Non je suis pas sure ,on parle pas de gestion ? Razz Razz comme certain ont l air d attendre des solutions de nos hommes politiques ,cela m amuse ..... Wink 
    Et c est aussi une affaire d argent .... Crying or Very sad 
    Autrement il y a la loi du grand père, cela à bien fonctionné à une époque pour les qualifs autant PN que technique !
    le type qui n'était pas qualifié se retrouvé avec une licence le lendemain selon quelques critères d'ancienneté !
    Franchement vu les conditions minimales qui sont exigées ! Basketball 

    Page 4:
    De  manière
    générale,  le  membre  d’équipage  technique  est  chargé  de  l’exécution  correcte  des  tâches
    spécifiées dans le manuel d’exploitation, sous l’autorité du commandant de bord.


    page 6:
    • S’agissant des fonctions à bord, l’AMC1 SPA.HEM.130 (e) Crew requirements indique a minima
    les tâches obligatoires suivantes : anti-abordage (collision en vol), sélection des sites d’atterrissage
    et la détection des obstacles lors des phases d’approche et de décollage. Ces tâches ne sont plus
    exigibles lorsque le membre d’équipage technique est à l’arrière pour assister le passager médical.



    • Anti-abordage, Ok, c'est le voir et éviter pas de souci !
      Détection des obstacles lors des phases d'approche et de décollage, Ok, la aussi c'est du bon sens !


    Pour le reste, c'est à dire la sélection des sites d’atterrissage c'est n'importe quoi ! c'est de l'entière et ultime responsabilité du commandant de bord ce n'est pas le Crew qui va décider de l'endroit adapté !
    Quant au fait que le Crew soit derrière sur le 109 çà ne risque pas !

    Bref, il ne reste pas grand chose d'obligatoire, pas de quoi fouetter un chat ni de faire une montagne.

    De fait, pour certains personnels déjà bien acculturés à ces missions sanitaires, on pourrait imaginer leur attribuer facilement ce titre !

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  heli-samu le Sam 12 Juil 2014 - 21:03

    Que fait le ministère de la santé de ses hélicoptères blancs ? y-a-t-il une politique nationale ou à minima une idée même simple d'un objectif en la matière ?
    Le vide que l'on constate souvent, système quelque peu livré à lui même, peu ou pas de prospective, une situation gérée par le privé avec de l'agent public...

    Quelque soit l'orientation du gouvernement, il n'y a pas vraiment de dossier, d'objectif ou de politique sur notre domaine, si ce n'est pour la plupart des hauts décideurs ne pas faire de vague et attendre de savoir s'ils gardent le même bureau aux prochains votes.

    Il n'y a aucune volonté de se pencher sérieusement sur ce problème tant qu'il n'y à pas a de raison le nécessitant qui sont bien souvent une grève ultra massive (une utopie pour notre profession) ou un drame.

    Et bien souvent lorsqu'on étudie un peu les propositions de réponses qui sont faites, elles ne tiennent pas la route...

    Revenons deux ans en arrière, quelques mois après les élections présidentielles, vous vous souvenez sans doute de cette histoire tragique d'une famille qui a perdu son nouveau né sur la route en se rendant à une maternité située à plus d'une heure de route. Cela avait longuement fait débat et le Président de la République avait par la suite décrété que le temps d'accès aux soins devait etre inférieur à 30 minutes.

    On a vu ces derniers mois la création de l'Hélismur 71 inauguré par Marisol Touraine avec à la clef une belle campagne de comm pour ceux qui l'ont vu dans les JT ou sur le web sur l'emploi des hélicoptères pour réduire le temps d'accès au soins.

    Beaucoup de gens ont ainsi compris que désormais l'hélicoptère serait employé plus intensivement pour aller secourir les gens habitant dans des secteurs éloignés et nécessitant des soins urgents. Bref en résumé pour nous développer le primaire.

    Or peu de SAMU fonctionnent ainsi....

    Je ne suis pas sur non plus que des consignes venant du ministère demandent au régulateurs de favoriser l'emploi de l'hélico dans certains cas..

    Alors a défaut de primaire, la majeure partie des missions sont des secondaires, des taxis médicalisés aériens où effectivement le gain de temps est appréciable mais peut être pas autant que lors d'un primaire..

    S'ajoutent à cela la cohabitation plus ou moins facile dans certains secteurs avec la sécurité civile et/ou la gendarmerie. Ces autres qui n'ont pas les mêmes missions et qui de temps font les mêmes que nous.. Alors ca fait jazzer les uns et les autres, en avant pour les guerres de clocher et qu'on se la montre pour savoir qui a la plus grosse...

    Pour le citoyen lambda, tout va bien !

    Tant que personne ne s'en plaint, pourquoi cela changerait ?

    De plus notre profession mêle le privé, le public, la politique et le business ce qui la rend particulièrement complexe à faire évoluer à l'heure actuelle.

    Bien entendu, il faudrait revoir intégralement la répartition des machines et les entités pour en finir de ces guerres de clocher absurde. Une seule et meme entité de secours héliporté au niveau national permettant de mieux gérer la flotte, le personnel et l'emplacement des appareils.

    Pourquoi pas même revoir la manière même de travailler (bases autonomes excentrées en campagne avec un médecin et un infirmier comme le CMH pour permettre un meilleur placement dans l'optique d'un meilleur accès au patient).

    Revoir également les aires de poser les hopitaux mais aussi discuter avec les départements et régions pour mettre en place un maillage d'hélistation ou d'hélisurface utilisables pour nos missions et éventuellement d'autres avec la possibilité de venir s'y poser la nuit pour nous.

    S'inspirer de ce qui se fait ailleurs pour s'améliorer et chercher sans cesse à se perfectionner....

    Ca en fait des choses...... les actionnaires risquent de pas etre content...

    Alors ne changeons rien !  Rolling Eyes


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Sam 12 Juil 2014 - 21:52

    heli-samu a écrit://///// Alors a défaut de primaire, la majeure partie des missions sont des secondaires, des taxis médicalisés aériens où effectivement le gain de temps est appréciable mais peut être pas autant que lors d'un primaire..Rolling Eyes
    C'est assurément pertinent et c'est aussi pour ces principales raisons que l'attentisme actuel foisonne, quoique, çà bouge tout de même mais ce n'est pas une impulsion ministérielle, c'est sûr...
    Concernant les vols dit "primaires" c'est un concept de gestion de l'accident adopté chez nous, enfin de ce que j'en perçois !
    C'est un Smur plus rapide que les autres, un HéliSmur, mais le premier bilan reste du domaine des pompiers, premiers secours qui semble le plus souvent primo engagé !
    Ensuite, on engage un Smur, celui le plus près généralement et si c'est finalement plus sérieux on transporte grosso modo un peu "l'hôpital sur site" avec l'HéliSmur !
    Pour la protection civile, n'ayant pas d'équipe dédiée c'est encore plus long donc pas question d'aller plus vite par conception, les 30 minutes c'est pas possible sauf dispositif spécifique bien entendu (équipe à proximité)
    Très rarement l'HéliSmur est engagé derrière les pompiers c'est le plus souvent le Smur de proximité, parfois l'HéliSmur si l'affaire est jugée d'emblée très sérieuse.
    C'est le mode de fonctionnement chez nous, les Anglais semblent avoir une posture plus légère, mais cela est-il mieux c'est un sujet médical essentiel et nous n'y sommes pas compétents.
    Pour le reste, la Cardio les AVC et AVP et pour les grandes extensions du rurale vers la ville çà raccourci les délais et parfois sérieusement en fonction du compartiment de terrain.
    Avant de se lancer dans cette sorte de mesure de membre d'équipage SMUH on aurait du évidement prendre en compte le mode de fonctionnement de ces hélistransport car chaque pays ne doit pas avoir la même architecture interne du transport sanitaire alors que cette mesure est monolithique et donc peut être aussi inadaptée !
    Quant est-il de la nécessité d'un personnel supplémentaire dès lors que le nombre de personnes du service de santé engagées sur un seul patient est si important ?
    Personne ne se pose cette question avant ?
    Personne ne vient voir ni entendre une expression de besoins formulée en ce sens ?

    Non rien, c'est de la technocratie, on concocte un texte dans un ministère sans s'occuper de savoir s'il est réellement applicable sur le terrain !
    Comme au bout de 3 ans de conciliabule, la Commission européenne propose dans un rapport de 122 pages de standardiser la contenance des chasses d’eau des 27 pays européens !
    Non on ne rêve pas mais on n'est pas loin du compte sur la méthode !

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Mar 15 Juil 2014 - 20:27

    heli-samu a écrit:////////Alors ne changeons rien !  Rolling Eyes
    Vu le temps restant avant la mise en application de cette mesure annoncée depuis un moment, l'adressage d'une consigne régalienne indiquant qu'il est possible de faire avec un hospitalier, il semble qu’effectivement cela ne pas changer grand chose !
    Ce n'est pas l'appelle du partenaire sociale qui va y changer grand chose je pense vu le décalage de cette mesure à mon avis très inappropriée
    mais rien d'étonnant en fait, nous observons toujours les mêmes traditions Françaises, d'une part syndicale puis de l'attentisme de l'administration depuis le temps.
    Finalement çà fonctionne si bien depuis si longtemps, pourquoi se priver !

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Ven 8 Aoû 2014 - 20:50

    Il ne se passe pas grand chose sur le Forum alors que çà bouge pas mal au niveau EASA et des exploitants aérien en vue de la transformation des TRTO en ATO et la mise en conformité des exploitants commerciaux et leurs PNT.
    La DGOS (direction générale de l'offre de soins) a adressée un document explicatif aux ARH concernant le contenu et l'application de la réglementation Européenne.
    Ceci confirme les solutions mises en avant par la précédente lettre de la DGAC/DSAC concernant la position vis à vis de l’assistant de vol, les possibilités offertes.
    Donc on voit se dessiner ce qui va se passer au mois d'octobre, les programmes de formation devant être déjà ou en cours de validation par la DGAC n'agissant plus qu'en tant que régulateur !

    Capitaine flamme
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 07/11/2009
    Messages : 1119

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  Capitaine flamme le Ven 8 Aoû 2014 - 21:05

    Chez nous ,aucun bruit, rien ,même du coté de l hôpital  Razz ...

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Ven 8 Aoû 2014 - 21:25

    Capitaine flamme a écrit:  Chez nous ,aucun bruit, rien ,même du coté de l hôpital  Razz ...
    En principe chaque PNT aura, semblet-il, une formation simple à la différence entre l'OPS-3 et l'IR-OPS et l'ensemble de la société sera aussi validée IR-OPS sont TRTO devenant après approbation un ATO
    Il y a de la paille en perspective...
    A mon avis cela va se passer assez simplement pour l'assistant de vol vu le peu de formation requise, enfin une idée comme çà...

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Sam 9 Aoû 2014 - 12:00

    Le E-Learning va certainement prendre de l'ampleur....

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2119

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  vanhoute le Lun 18 Aoû 2014 - 21:43

    overlord a écrit:Le E-Learning va certainement prendre de l'ampleur....
    Cela ne te choque pas ?
    Nos voisins européens ont des centres de formation (ex : http://www.hems-academy.de/en/adac-about-us/about-us-the-adac-hems-academy-gmbh.html) et nous ont va avoir des personnels formés en quelques heures de cours par correspondance ?
    L'Europe nous impose un deuxième homme, nous aurions pu avoir un deuxième pilote ou un membre d'équipage compétent, on va nous refourguer un personnel dont la mission devra se résumer à regarder dehors ?
    Au lieu de se battre pour avoir un personnel compétent, voilà ce qui attend les commandants de bord qui seront responsable du membre d'équipage en place gauche...


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Mar 19 Aoû 2014 - 6:05

    vanhoute a écrit:
    overlord a écrit:Le E-Learning va certainement prendre de l'ampleur....
    Cela ne te choque pas ?
    Nos voisins européens ont des centres de formation (ex : http://www.hems-academy.de/en/adac-about-us/about-us-the-adac-hems-academy-gmbh.html) et nous ont va avoir des personnels formés en quelques heures de cours par correspondance ?
    L'Europe nous impose un deuxième homme, nous aurions pu avoir un deuxième pilote ou un membre d'équipage compétent, on va nous refourguer un personnel dont la mission devra se résumer à regarder dehors ?
    Au lieu de se battre pour avoir un personnel compétent, voilà ce qui attend les commandants de bord qui seront responsable du membre d'équipage en place gauche...
    En ce qui concerne la responsabilité du type qui est à gauche en vol cela n'a choqué personne depuis des années qu'il était prétendument invité par le commandant de bord dans sa grande mansuétude alors que c'est devenu une place quasi réservée parfois.
    Que des SAMU emporte depuis longtemps un aide-soignant, donc un troisième homme passager médical qui occupe cette place avant gauche et interdit l'emport d'une autre personne lors de la mission.
    Dans ce cas, le commandant de bord est devant le fait accompli cette place de cockpit est occupé systématiquement, il n'a plus le choix !
    Cela a-t-il dérangé quelqu’un depuis, l'exploitant médical, aérien, syndicat, administration ! non !
    Cela fait déjà assez longtemps que le transport sanitaire fonctionne de la sorte, soit avec la place copilote occupée systématiquement ou temporairement lorsque le patient n'est pas à bord, comment expliquer maintenant qu'en continuant de la sorte ça n'irait plus ?
    L'Europe n'impose pas un deuxième homme, elle impose qu'il y ait un assistant de vol sur une seule et unique branche du site d'exploitation principal jusqu'au site d'exploitation SMUH ce n'est pas tout à fait, la même chose.
    Concernant la responsabilité intrinsèque du commandant de bord, elle sera la même, car l'assistant de vol n'aura pas de licence (ce n'est pas un membre d'équipage de conduite) donc de responsabilité aéronautique à bord, ce sera le seul pilote responsable, comme de coutume, de l'ensemble du vol, comme c'est le cas actuellement.
    de ce côté juridictionnel pas de changement avec ou sans assistant de vol.
    Les Allemands ont beaucoup plus d'argent que nous, ils mettent là, on a peu, nettement plus de moyens, à qui la faute !
    J'ai toujours considéré que ce n'est pas au seul pilote de faire la variable d'ajustement de ces figures imposées régaliennes par la commission européenne dont la teneur des textes et la consonance des décisions ne sont pas toujours d'une grande limpidité et d'ailleurs souvent très influencée par les Allemands.
    Si on doit appliquer ces textes comme les Allemands, que l'Europe impose les mêmes moyens aux états les mêmes standards de machines et les mêmes moyens de formation, comme cela, le transporte sanitaire en Europe sera enfin standardisé comme l'idée de ces texte semble le concevoir.
    Au lieu de cela, il n'y a pas de moyens supplémentaires et c'est au pilote de trouver de la place où des ressources de performance pour faire le même boulot qu'il faisait avant avec moins de moyens, c'est une pression supplémentaire quoique l'on dise.
    Il y a là, une méthode parfaitement malhonnête de la part de ceux qui lancent de telles mesures sans se préoccuper d'abord si cela sera ou pourra être appliqué sans contraindre encore plus le transport existant en tenant compte des particularité du mode de fonctionnement chez nous.
    Donc ce n'est pas ça qui me choque, mais la tournure de beaucoup de nos aires de poser, de nos machines, de nos déserts météorologique, de nos carences en matière d'avitaillement automatiques, bref de la véritable sécurité du transport aérien l'assistant de vol n'y étant pas une avancée significative de mon point de vue tant que ce n'est pas un deuxième pilote....
    Quant au E-Learning, on verra bien, mais aura déjà l'avantage de ne pas encore transformer à bon compte le pilote en formateur qu'il n'est pas, les exploitant délivreront donc cette formation, dans le contexte actuel çà m'arrange plutôt.

    vanhoute
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 25/10/2009
    Messages : 2119

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  vanhoute le Mar 19 Aoû 2014 - 8:42

    overlord a écrit:
    Quant au E-Learning, on verra bien, mais aura déjà l'avantage de ne pas encore transformer à bon compte le pilote en formateur qu'il n'est pas, les exploitant délivreront donc cette formation, dans le contexte actuel çà m'arrange plutôt.
    Malheureusement non, le complément manquant de la formation sera forcément délivré par le commandant de bord si il ne veut pas se retrouver avec incompétent à gauche.
    Quand à la place occupée par les passagers médicaux, ils restent des passagers médicaux, pas des membres d'équipage technique ou de conduite.
    Et les Allemands n'ont pas plus d'argent mais savent seulement où le prendre : auprès des assureurs privés et des dons. Ce système n'existe pas chez nous mais rien ne l'interdit.


    _________________________________________________
    Administrateur et Webmaster smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Mar 19 Aoû 2014 - 9:08

    vanhoute a écrit:Et les Allemands n'ont pas plus d'argent mais savent seulement où le prendre : auprès des assureurs privés et des dons. Ce système n'existe pas chez nous mais rien ne l'interdit.
    Et bien à la bonne heure, qu'attentons pour aller le chercher au lieu de proposer des formations gratuites, enfin payées par la sécu !
    le pilote ne fera pas la formation il ne fera que valider ce qui a été dispensé par la société qui d'ailleurs se résumera à peu de chose.
    je fais aussi remarquer qu'il y a aussi, parfois des membre des équipes médicales qui sont parfaitement capable de répondre à des choses simples demandées éventuellement par le pilote.
    Nous ne sommes pas décérébrés au point de travailler comme des robots et cela fait bien longtemps que l'on connait nos équipes comme les équipes connaissent les pilotes.
    Imaginer que ce travail qui ne présente pas non plus de difficulté en l'état actuel des choses, ne pourrait plus fonctionner normalement parce que nous n'aurions pas, in fine, un assistant de vol de ceci ou de cela est assez désolant...
    Le passager médicale actuel deviendra un assistant de de vol, conformément à ce qui a été proposé par administration de tutelle DGAC/DSAC et validé ensuite par la DGOS vers les ARS.
    On ne peut pas non plus être plus royaliste que le roi !
    Et puis aussi, ce n'est pas le problème du pilote, au risque de me répéter !
    Il y a un assistant de vol, Ok
    il n'y a pas d’assistant de vol, Ok
    Il y a un assistant de vol bleu, rouge ou vert, Ok
    l’assistant de vol est d'ici, d'ailleurs ou n'est pas, OK
    cela ne me dérange nullement puisque je n'éprouve pas de difficulté technique à réaliser comme seul pilote à bord les missions qui me sont demandées, par conséquent, le fait que l’assistant de vol soit désigné parmi les équipes médicales actuelles, si c'est bien comme cela que les choses vont se dérouler, çà m'arrange car je peux alors remplacer son poids par du pétrole ce que je juge nettement plus profitable pour la sécurité du vol !

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Mar 19 Aoû 2014 - 20:37

    vanhoute a écrit:
    overlord a écrit:
    Quant au E-Learning, on verra bien, mais aura déjà l'avantage de ne pas encore transformer à bon compte le pilote en formateur qu'il n'est pas, les exploitant délivreront donc cette formation, dans le contexte actuel çà m'arrange plutôt.
    Malheureusement non, le complément manquant de la formation sera forcément délivré par le commandant de bord si il ne veut pas se retrouver avec incompétent à gauche. //// .
    Ce que je veux dire aussi, c'est que pour les Samu ayant optés, depuis longtemps, pour un homme de plus, santé ou SSIS en place avant gauche, alors qu'en principe cette place de co-pilote n'est que sur invitation par le pilote et ceci sans aucune formation particulière, n'a pas non plus choqué personne !
    Bref on a obéré arbitrairement une place d'équipage de conduite par un personnel médical ou autre sans autre forme de procédure si je comprends bien !
    Venir ensuite pousser des cris d'orfraie alors que la configuration ne ferait simplement changer que le nom du personnage mais si peu la forme cela peut faire sourire !
    Que dire du "deale" consistant à préférer une solution assistant de vol quasiment gratuite pour l'exploitant aérien formation comprise, donc à bon compte, mais pas tout a fait car en définitive, c'est la communauté qui paye !
    Cette solution est-elle fondamentalement honnête, astucieuse pour l'évolution du transport et de la sécurité ?
    je ne le crois pas vraiment et c'est pourtant bien ce que certains on imaginés, sans que cela ne dérange grand monde. je ne suis donc pas plus choqué que cela par la formule proposée (si c'est bien celle-ci qui sera retenue) que par ce genre de pratiques discutables au plus haut point.

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  french kiss le Mer 20 Aoû 2014 - 20:17

    Ce n'est pas parce qu'un système s'est mis en place de manière indue qu'il doit être conservé. Commercialement (et historiquement) les contrats ont toujours été vendus de la sorte. Cela faisait mousser les chefs de services et les médecins. C'est resté dans les mœurs. Avec les bâtons même parfois... et peut être même quelques heures d'instruction loguées en prime.

    Juste une question overlord, j'ai bien compris votre position sur le crew member intégré dans l'équipe médical (faudrait vraiment être buté pour ne pas la comprendre... D'ailleurs à ce sujet, vous êtes en service commandé ou quoi ?). Donc ma question : si en primaire vous vous bouffez un obstacle sur la zone de poser et qu'à votre gauche il y a le fameux personnel hospitalier formé sur internet (qui dormait, n'en avait rien à faire, faisait une prière ou même était derrière), vous assumerez entièrement, sans rechigner, toutes les responsabilités ? Vous ne vous dites pas qu'avoir à vos côté un mec dont c'est le métier (vous savez, un truc pour lequel on est payé parce qu'on doit bosser pour faire vivre sa famille) qui est formé, responsable, avec qui vous avez l'habitude de travailler, bref, vous ne vous dites pas que c'est mieux ? Et votre compagnie, elle ne se dit pas elle aussi que c'est quand même bien d'avoir à bord deux PNT recrutés, formés et entretenus en termes de compétences par elle pour préserver l'intégrité de ses "clients" ? De ses équipages ? De son actif ? (vous pouvez changer l'ordre des propositions si vous le souhaitez).

    Je vais pas répondre pour vous mais vu les positions que vous tenez je pense que vous n'en avez que faire. Et là où je vous interpelle de la sorte, c'est que je trouve inadmissible que vous, overlord, ayez fait le choix (dont vous nous expliquerez si vous le souhaitez les raisons) de défendre une solution de bricolage, qui détourne la fonction et qui ne met pas les gens devant leurs responsabilités. Pire, vous placez délibérément les autres équipages et les compagnies dans une position risquée et indéfendable. A l'encontre absolu de l'esprit du pourquoi du comment du HEMS crewmember.

    Personnellement, je n'accepterai jamais qu'une décision pour pure(s) convenance(s) personnelle(s) prenne le pas sur le bien collectif (l'équipe à bord, la compagnie, ou, plus largement, la Société en générale). D'ailleurs, le contraire serait là encore à l'opposé des principes qui régissent notre métier. Hors, de mon point de vue (comme pour bien d'autres sujet notamment les conventions collectives et la crpn (voir votre post dans une autre rubrique) vos choix ne semblent guidés que part votre vécu personnel, votre "formatage"... et ce, au détriment de toute une profession.

    Vous n'êtes pas l'activité hélico en France overlord. D'autres SAMU ne fonctionnent pas sur votre "schéma" local. Quelle que soit votre expérience, votre vécu (que je respecte au demeurant), rien ne justifie que vous fassiez le choix de mettre en "risque" les autres. Ni même les équipes médicales (qui n'ont rien demandées et qui ne sont pas aussi intéressées et motivées par la fonction que vous voulez nous le faire croire dès lors qu'on leur explique un peu plus en profondeur le problème). Question subsidiaire (vous n'êtes pas obligé de répondre) : Ne vous vient-il pas à l'esprit que (peut-être ?) les équipes médicales n'ont rien demandé ?

    Pour moi, overlord, vous vous trompez de combat (qui est d'ailleurs déjà perdu car impossible à gagner par principe). La réponse viendra vite et le champagne est déjà au frais chez moi car cela signifiera qu'il existe encore une logique (qui ne vous convient pas je le sais) dans ce pays. Celle du respect de lois, pour le bien collectif au détriment de l'intérêt personnel.

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  heli-samu le Mer 20 Aoû 2014 - 21:21

    l'assistant de vol n'aura pas de licence (ce n'est pas un membre d'équipage de conduite)

    Eh oui notre Code de l'Aviation civile indiquant les titres aéronautiques n'inclut pas les membres d'équipages (enfin si mais ca emmerde tout le monde...)

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000006843901&idSectionTA=LEGISCTA000006159791&cidTexte=LEGITEXT000006074234&dateTexte=20140820

    On remarque entre autre des fonctions telles que mécanicien navigant ou navigateur. La première nécéssitant forcément un titre de mécanicien aeronautique mais surtout n'existant pas sur hélico (selon la DGAC), la seconde semble plus adaptée aux fonctions qui incombent à l'assistant de vol SMUH mais est (toujours selon la DGAC) abrogée depuis la fin des années 80....

    Si l'on se penche un peu sur la définition d'un personnel navigant :

    Article L421-1 (abrogé au 1 décembre 2010) En savoir plus sur cet article...
    La qualité de navigant professionnel de l'aéronautique civile est attribuée aux personnes exerçant de façon habituelle et principale, soit pour leur propre compte, soit pour le compte d'autrui, dans un but lucratif ou contre rémunération :

    Le commandement et la conduite des aéronefs (section A) ;

    Le service à bord des moteurs, machines et instruments divers nécessaires à la navigation de l'aéronef (section B) ;

    Le service à bord des autres matériels montés sur aéronefs, et notamment les appareils photographiques et météorologiques, les appareils destinés au travail agricole et les appareils destinés à la manoeuvre des parachutes (section C) ;

    Les services complémentaires de bord comprennent, notamment, le personnel navigant commercial du transport aérien (section D).


    Maintenant on peut voir les choses de deux façons...

    L'assistant de vol participe activement à la mission (radios/GPS, etc...) et on peut lui reconnaitre l'appartenance à la section B

    L'assistant de vol n'est qu'un poids mort pour la mission mais il est imposé par l'europe, il a donc sa place dans la section D..

    Or étant donné que beaucoup semblent privilégier la deuxième solution mais comptent sur la possibilité qu'un personnel hospitalier endosse le "role" (et je parle bien dans ce cas de role), il y a peu de chances qu'un statut officiel aboutisse..

    Or un statut PN lui donne des droits et des devoirs dont notamment (bien que la responsabilité finale relève du commandant de bord) celui de répondre de ses actes dans l'exercice de ses fonctions (et dans les taches qui lui sont déléguées par le commandant de bord et/ou prévues dans le MANEX).

    MAIS étant donné encore une fois que peu de choses risquent de bouger (et que beaucoup les empêchent de bouger), il n'y aura pas d'avancées et ce sera donc le commandant de bord qui d'une part sera responsable et d'autre part aura tout le loisir soit de mettre à contribution son assistant de vol durant la mission soit lui donner le droit de la fermer et de regarder le paysage.

    Bon bien entendu, sans reconnaissance PN, pas de salaire en conséquence, pas de CRPN, mais ca c'est le souci des membres d'équipages me direz vous....

    Donc si on résume cette solution bricolée de toute pièce, vous avez à gauche un personne hospitalier formé "online" sans réelle reconnaissance, salaire, responsabilité et à qui on demande (ou non suivant le CDB) de réaliser des taches incombant à un personnel navigant et à droite, vous avez un commandant de bord qui est unique responsable de tout cela...

    Donc ce n'est pas ça qui me choque, mais la tournure de beaucoup de nos aires de poser, de nos machines, de nos déserts météorologique, de nos carences en matière d'avitaillement automatiques, bref de la véritable sécurité du transport aérien l'assistant de vol n'y étant pas une avancée significative de mon point de vue tant que ce n'est pas un deuxième pilote....

    L'assistant de vol, meme si il fait l'objet de nombreux débats, n'est qu'une goutte d'eau dans le transport aérien... Mais c'est une goutte d'eau qui fait bouger (ou demoins se questionner) un peu les administrations et les protagonistes concernés.

    En revanche, concernant les points que tu évoques (avec lesquels je suis d'ailleurs d'accord), peu de gens se mobilisent ici et la pour faire bouger les choses. Si (au maximum) une quinzaine de personnes se bougent régulièrement au niveau national, c'est qu'a coté de ca une centaine d'autres ne semble pas estimer ces points importants ou pire encore s'en fout royalement..

    C'est en parti ainsi que le milieu de l'hélico et particulièrement du SAMU est devenu ce qu'il est...

    Mais bon à force de le tirer vers le bas, on finira peut etre par toucher le fond et envisager de remonter...


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Mer 20 Aoû 2014 - 21:41

    french kiss a écrit:Ce n'est pas parce qu'un système ////////////Celle du respect de lois, pour le bien collectif au détriment de l'intérêt personnel.
    Je m'inscris totalement en faux ! car vous me faites dire ce que je n'ai pas écrit !
    J'ai défendu le fait qu'il n'est pas judicieux d'avoir un homme supplémentaire sur l'A109 compte tenu de la perte de performance eut égard au peu d'utilité de ce bonhomme, cette place étant déjà occupée lorsque le patient n'est pas à bord....
    C'est mon point de vue et pas que le mien d'ailleurs on a bien le droit d'en avoir une comme ceux qui ont celui contraire  
    Mais ce n'est pas moi qui prends les décisions régaliennes mais l'administration de tutelle. Celle-ci l'a fait et il n'est pas obligatoire de faire en sorte que l'assistant de vol fasse partie de l'équipe médicale, c'est à la charge des exploitants aussi bien aériens que médicaux, ils ont le choix.
    un deuxième pilote
    un assistant de vol navigant
    un assistant de vol médical
    Ce n'est pas parce que en gros personne ne discute de cette affaire sur le Forum (enfin presque sur le nombre de pilotes de SAMU) qu'il faut que celui qui expose son avis prenne l'entière responsabilité de cette décision finale qui je le rappelle n'est pas de notre ressort !
    J'ai déjà indiqué que je n'éprouve pas de difficulté à réaliser les missions demandées en monopilote, mes collègues aussi semble-t-il, ce n'est pas une tare que de le dire avec quasiment !mais n'ais je pas assez d'années de samu pour la ramener avec mes 5 chiffres au compteurs dont la plupart sur hélicoptères moyens en équipage à trois puits quatre.
    Cela me permet peut-être, d'avoir une expertise d'appréciation pour gerer un poser dans un cockpit de ces hélicoptères leger ?
    Après chacun pense ce qu'il veut et surtout adopte une des solutions proposées par la lettre de la DGAC et validées par celle de la DGOS vers les ARS. Je ne sais pas encore quelle solution sera retenue chez nous, on n'entend encore rien à ce sujet c'est dire du procès d'intention que vous me faite, je suis coupable de la tournure que prenne les choses, c'est évident.
    Le simple fait de dire que je préférerais la solution du membre d'équipage issu de l'équipe médicale, je le rappelle, solution possible et réglementaire, me fais passer pour un personnage suspect voire presque non fréquentable !
    C'est assez désolant sur un forum dédie à la cause.
    Si vous le pensez, je n'y puis rien, mais sachez que je ne pense pas me tromper de combat, le mien c'est la garantie du ratio efficacité performance actuelle, le maintien d'une marge sécurité, bref un pied de pilote légitime comme dans tous métiers.
    Et nous en avons bien besoins l'été notamment (35° sur la région parisienne au mois de juin) ou sur les longs parcours parfois avec retour de nuit. Peu de capteurs météo fiables et peu de point d'avitaillement. Voila ce qui m'intéresse plus c'est de pouvoir obtenir 1h50 à 2h de range qu'avoir un type de plus devant, c'est un choix technique, certes discutable mais c'est le mien dans la sphère de travaille que nous avons, missions, élongations.
    Face au peu de réalisme sécuritaire de cette solution très mal embouchée, il suffit de voir le résultat et n'allez pas dire que c'est de ma faute quand même, je ne pense pas être en total décalage avec ma conscience....
    J'ai toujours prôné un deuxième pilote et/ou une machine plus ample sinon rien, car c'est inutile en matière d'efficacité !
    Mon intérêt il n'est pas personnel il est pour l’efficacité du transport sinon cela ferait belle lurette que j'aurai trouver cette solution génial en optant pour la facilité et une plus grande aisance de travail au détriment du reste.
    cela me semble en fait être tout le contraire de mon raisonnent mais peut être qu'il est difficile de se faire comprendre,l'avis technique du pilote n'ayant que peu d’intérêt depuis le début de ce débat qui n'est pas tout neuf, environ 5 ans.
    Bref, je ne choisi pas l'aisance et la facilité, je préfère continuer à travailler de la sorte, c'est plus motivant et çà permet aussi de rester plus attentif, plus près de son cœur de métier, plus entraîné...
    je termine en indiquant que l'on ne sera pas plus responsable qu'avant si çà merde en finale quelque soit l'aire de poser choisie mais d'ailleurs aussi sur les autres point de poser très connus. Le commandant de bord sera responsable comme de coutume, ce n'est pas nouveau.

    Bien à vous...

    heli-samu
    Modérateur
    Modérateur

    Localisation : Dans le 240 pour 4 Nautiques
    Date d'inscription : 26/10/2009
    Messages : 312

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  heli-samu le Mer 20 Aoû 2014 - 22:00

    Malheureusement, pour ma part, je trouve qu'appuyer pour une solution de bricolage comme celle proposée en instaurant comme assistant de vol des personnels dont l'aéronautique n'est pas le coeur de métier (puisque personnels hospitaliers), c'est défendre le fait que les machines actuelles sont aux limites de leur exploitation avec l'utilisation que l'on en fait et qu'en tant que commandant de bord tu accepte la situation et le fait qu'elle perdure .

    Tu évoques le fait que le pilote est responsable en cas de souci, qu'il s'agisse de l'assistant de vol, mais également des aires de poser, du manque de station météo, etc...

    C'est vrai, d'autant plus que le pilote est très souvent borderline et qu'il prend sur lui pour réaliser la mission malgré tout.

    Mais si personne ne s'oppose à la situation à un moment ou un autre, rien ne bougera...

    Ceci étant, je respecte ton point de vue bien que n'étant pas du meme avis Smile


    _________________________________________________
    www.smuh.fr

    french kiss
    Membre très actif
    Membre très actif

    Date d'inscription : 17/11/2009
    Messages : 350

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  french kiss le Mer 20 Aoû 2014 - 22:57

    exactement
    C'est également pour cela que vouloir à tout prix maintenir à domaine constant les changement de normes et réglementation ne permet pas à nos compagnies de valoriser nos savoirs faire, les investissements consentis, les responsabilités etc. Les hôpitaux veulent des hélicos ? Qu'ils payent ce qu'ils doivent payer pour les prestations apportées. Ils se sont déjà bien gavés en bénéficiant de prestations supplémentaires (exemple : les réquisitions préfectorales bidons de triste sir). Un H24 pour le prix d'un 12 heures pendant dix ans ! pas mal non ? Ca en paye des pilotes, des mécanos et des crew members non ?
    En cherchant pour eux des solutions bricot dépôt, on tire vers le bas la profession et on entame sérieusement le futur. Si les appareils ne sont pas dimensionnés pour la mission, pourquoi vouloir à tout prix trouver des solutions de mer.e ? J'ai vraiment du mal à comprendre.
    Overlord, plutôt que de communiquer à outrance sur les forums pour que les équipes médicales endossent le rôle du crewmember, pourquoi ne pas vous investir sur la nécessité d'un second pilote ? Vous prônez le souhait d'un second pilote mais militez pour la mise en place d'un infirmier ou d'un médecin pour le poste ? En gros, il y a moyen d'avoir une superbe combinaison en cockpit et vous mettez en avant le bricolage. C'est juste totalement contre productif.
    Le mécanisme qui se met en place est le suivant : la mission est noble, on VEUT faire le job aider, sauver. Et comme pour les réquisitions préfectorales bidons, on accepte n'importe quoi, même la faute professionnelle. Car on pense que parce que l'on va "sauver" on sera couvert. C'est faux. Totalement faux. Comportons nous un peu plus en professionnels, conscients de nos responsabilités et des risques encourus plutôt qu'en superman du secours. L'hôpital n'a pas les moyens d'avoir un hélico répondant aux besoins en conformité avec les réglementations ? Tant pis pour lui.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Jeu 21 Aoû 2014 - 6:13

    french kiss a écrit:exactement
    ////Overlord, plutôt que de communiquer à outrance sur les forums pour que les équipes médicales endossent le rôle du crewmember, pourquoi ne pas vous investir sur la nécessité d'un second pilote ? Vous prônez le souhait d'un second pilote mais militez pour la mise en place d'un infirmier ou d'un médecin pour le poste ? En gros, il y a moyen d'avoir une superbe combinaison en cockpit et vous mettez en avant le bricolage. C'est juste totalement contre productif.
    Le mécanisme qui se met en place est le suivant : la mission est noble, on VEUT faire le job aider, sauver. Et comme pour les réquisitions préfectorales bidons, on accepte n'importe quoi, même la faute professionnelle. Car on pense que parce que l'on va "sauver" on sera couvert. C'est faux. Totalement faux. Comportons nous un peu plus en professionnels, conscients de nos responsabilités et des risques encourus plutôt qu'en superman du secours. L'hôpital n'a pas les moyens d'avoir un hélico répondant aux besoins en conformité avec les réglementations ? Tant pis pour lui.
    Non, je ne prône pas le bricolage au risque de me répéter, j'ai toujours dit "un pilote sinon rien" il est faux de penser le contraire.
    Le bricolage c'est aussi ce qui est proposé des deux tendances, sans évolution sécuritaire significative en termes de pilotage.
    Voulez-vous me dire ce que va apporter le premier type qui va passer, formé en 3 semaines ou en 3 jours, pour s'installer dans un cockpit en permanence sans les commandes de vol !
    la promotion de l'idée d'avoir un assistant de vol gratuit avec une formation également gratuite sans d'abord savoir s'il y aura un réel débouché, n'est-il pas aussi du bricolage, dans la mesure ou la raison semble être l'absence de coût, ce n'est pas non plus du bricolage d'accepter ce genre de solution ?
    je n'entends pas grand chose sur ce sujet, mais vu le faible nombre de pilote qui écrivent sur le Forum c'est peut être aussi normal et cela ne permet pas d'avoir une idée réelle du ressentit collectif.
    Permet moi de dire aussi, que je ne communique pas à outrance comme vous le dites si bien !
    Je post sur quatre forum dont deux très sérieux ou l'on apprends beaucoup de choses et on ne parle pas de problème de transport sanitaire. il n'en reste que deux ou je le fais ce qui me permet au passage, d'apporter quelques corrections aux bêtises sur la profession.
    Si c'est cela poster à outrance je vous laisse la paternité de ce propos et remarque aussi que je ne m'immisce pas dans votre attitude personnelle, ici ou là, cela ne me regarde d'ailleurs pas. ce qui vous dérange c'est de ne pas être de votre avis, mais ne vous trompez pas sur mon compte je vois très bien ce qui se passe dans cette branche depuis 2008, j'en ai une appréciation personnelle et je pense être le contraire de celui qui fait un travail de sape, comme vous semblez le penser.
    C'est pour moi un débat stérile par le fait que les partenaires sociaux n'ont pu depuis 5 ans que ce texte est sorti, enclencher un débat et une synergie pour cette solution avec les administrations concernées, c'est  le triste constat de notre mode de fonctionnement sociétal.
    Ce n'est pas au pilote, exécutant en bout de chaîne de s'investir dans l'élaboration des futurs agencements du transport sanitaire en France, ni d'ailleurs de subir les frasques et les conséquences de la non-prise de décision de ceux qui sont chargés et payés pour le faire.
    Mais quelle que soit la solution, la formule retenue sans pilote revient au même bricolage et ce n'est pas désolé de vous contredire une "superbe combinaison cockpit" la superbe c'est deux pilotes...
    je me permet de rappeler tout de même que la solution de mettre un deuxième pilote est possible c'est acté !
    Alors vous avez raison, je préfère me passer du bricolage actuel, dans la mesure où, à mes yeux il n'apporte pas de réelle évolution vers le haut du transport sanitaire sans parler des inconvénients sur la partie opérationnelle qu'il implique avec les appareils nous avons pour le service que nous rendons.
    On sauve tout aussi bien en équipe à trois actuelle, il me semble que si cela n'était pas le cas, d'une part cela se saurait et on y aurait remédié depuis, ne mélangeons pas tout, pour étayer une idée...
    Finalement, c'est simple à comprendre et je n'en ai pas la primeur !
    PS: il n'y a pas de rapport avec le problème des réquisitions préfectorales effectivement mal embouchées, sujet autre et différent car pression sur le ssytème.

    Foxxray
    Membre actif
    Membre actif

    Localisation : LFPB
    Date d'inscription : 04/11/2009
    Messages : 50

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  Foxxray le Jeu 21 Aoû 2014 - 14:23

    overlord a écrit:
    Ce n'est pas au pilote, exécutant en bout de chaîne de s'investir dans l'élaboration des futurs agencements du transport sanitaire en France

    Là je crois que vous avez résumé votre point de vue en une phrase et j'avoue qu'il me choque quelque peu !  Shocked 

    Il me semble que c'est parce qu'aucun pilote ne s'est vraiment investi là dedans que vous en êtes là aujourd'hui ?!
    Je me répète mais c'est la seule "spécialité" aéronautique (j'entends par là le SMUH) dont les ficelles sont tirées par un extérieur, en l’occurrence un médecin.

    Les pros du milieu c'est qui ? C'est vous non ? Depuis le premier jour ou cette histoire d'équipage à deux (que ce soit Crew Member, pilote ou MoB) est sortie vous auriez dû vous impliquer beaucoup plus. Au lieu de ça, vous vous êtes entêté à proclamer votre désaccord (contre quelque chose qui allait être validé à coup sûr) et vous avez laissé les choses évoluer au gré du vent et des désirs de certains.

    Etant sur avion mais m’intéressant beaucoup aux hélicos, quand je suis à l'étranger je n'hésite pas à aller voir les équipages SMUH...
    Désolé de vous le dire mais il n'y a aucun mystère, eux se sont impliqués dans les évolutions réglementaires de leur métier, ils ont anticipé ces changements. Quand je leur dis comment cela se passe en France ils sont vraiment étonnés. Il n'y a pas besoin d'aller très loin, Italie et Espagne en sont les parfaits exemples. Ils volent à deux depuis bien longtemps mais ils ont su faire évoluer les choses à temps pour ne pas être pénalisé, la durée des contrats est passée à 10 ans (voir 12 sur certaines bases) ce qui a permis l'achat de 139, 145, Dauphin, 412 pour des contrats à peine plus chers que sur 135. Le corps médical a le droit de donner son avis là-bas, mais les pros, ce sont les pilotes et les exploitants un point c'est tout.

    Si vous en êtes là aujourd'hui, vous en êtes en parti responsable.

    overlord
    Membre suractif
    Membre suractif

    Localisation : Plages Normandes
    Date d'inscription : 27/11/2009
    Messages : 2176

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  overlord le Jeu 21 Aoû 2014 - 14:59

    Foxxray a écrit:
    overlord a écrit:
    Ce n'est pas au pilote, exécutant en bout de chaîne de s'investir dans l'élaboration des futurs agencements du transport sanitaire en France

    Là je crois que vous avez résumé votre point de vue en une phrase et j'avoue qu'il me choque quelque peu !  Shocked 
    Il me semble que c'est parce qu'aucun pilote ne s'est vraiment investi là dedans que vous en êtes là aujourd'hui ?!
    Je me répète mais c'est la seule "spécialité" aéronautique (j'entends par là le SMUH) dont les ficelles sont tirées par un extérieur, en l’occurrence un médecin.
    Les pros du milieu c'est qui ? C'est vous non ? Depuis le premier jour ou cette histoire d'équipage à deux (que ce soit Crew Member, pilote ou MoB) est sortie vous auriez dû vous impliquer beaucoup plus. Au lieu de ça, vous vous êtes entêté à proclamer votre désaccord (contre quelque chose qui allait être validé à coup sûr) et vous avez laissé les choses évoluer au gré du vent et des désirs de certains.
    Etant sur avion mais m’intéressant beaucoup aux hélicos, quand je suis à l'étranger je n'hésite pas à aller voir les équipages SMUH...
    Désolé de vous le dire mais il n'y a aucun mystère, eux se sont impliqués dans les évolutions réglementaires de leur métier, ils ont anticipé ces changements. Quand je leur dis comment cela se passe en France ils sont vraiment étonnés. Il n'y a pas besoin d'aller très loin, Italie et Espagne en sont les parfaits exemples. Ils volent à deux depuis bien longtemps mais ils ont su faire évoluer les choses à temps pour ne pas être pénalisé, la durée des contrats est passée à 10 ans (voir 12 sur certaines bases) ce qui a permis l'achat de 139, 145, Dauphin, 412 pour des contrats à peine plus chers que sur 135. Le corps médical a le droit de donner son avis là-bas, mais les pros, ce sont les pilotes et les exploitants un point c'est tout.
    Si vous en êtes là aujourd'hui, vous en êtes en parti responsable.
    Là encore vous vous méprenez, la situation est systémique chez nous, c'est une chose, mais il y a des raisons bien identifiées, cela n'est pas comme ça par hasard !
    Vous pouvez vous investir tant que vous voulez, dans l'amélioration du système de ceci ou de cela, mais si vous n'avez pas les cordons de la bourse ni les pouvoirs décisionnels, alors !.
    Ce pays est géré par quelque chose que l'on peut apparenter à du Colbertisme, des officines, des corps constitués, des groupe de pression, des politiques, il faut un bras de levier puissant pour y imposer son point de vue.
    Pourquoi les exploitants ne se sont pas investis avec les partenaires sociaux dans la mise en place de cet assistant de vol ou un deuxième pilote et où un autre type d'appareils ?
    Je ne fais que cela, depuis que je m'y suis, m'investir pour que le vol soit plus sécurisant ainsi que les aires de poser et le GNSS en particulier, ne venait pas me le dire à moi ! s'il vous plait...
    l'inertie est effroyable et en gros, il n'y a que le pilote de concerné dans ces sujets, cela est-il normal ? que font les autres ? ma foi...
    Nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde, il ne sert à rien de faire tourner les pales du moulin dans le vide, il faut agir avec des moyens sérieux et des personnes concernées...
    Que croyait vous que l'on fait dans les nombreuses réunions des groupes de travail de la DGAC ou ailleurs, du vent !
    Tient en parlant de groupe de travail, de mémoire, il ne me semble pas en avoir entendu parler ? en a-t-on créé un depuis le temps pour réfléchir à la mise en place de cet assistant de vol depuis cinq ans que le texte est pondu ? Est-il possible de se poser la question ?
    je constate que les partenaires sociaux agitent les mouchoirs deux mois avant l’échéance, mais qu'ont-ils fait avant et pourquoi cela ne débouche pas ?
    Il ne faut tout de même pas tout mélanger, un pilote n'a pas de moyens ni de mandat pour négocier cette affaire qui est plus du ressort des exploitants aériens et médicaux.
    Il y a aussi beaucoup de pays qui travail encore en monomoteur et en mono-pilote et comme pilote d'hélicoptère je m’intéresse aussi beaucoup aux avions j'en ai même un et je vais aussi souvent voir les équipages...

    copter
    Membre suractif
    Membre suractif

    Date d'inscription : 01/11/2009
    Messages : 1304

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  copter le Ven 22 Aoû 2014 - 7:29

    En fouillant dans les archives de l'AFHSH bizarrement la position de celle-ci a changée depuis le document ci-dessous (page 17):

    "Le reste de l'équipage:
    Ce copilote pourra sans doute être le "membre d'équipage" demandé par les textes qui doit être un personnel navigant (pour des raisons de cohérence d'équipage et de responsabilité aéronautique).
    Le reste du personnel à bord (médecin, infirmier) ne relève pas de la réglementation aéronautique."


    Lien document: http://www.afhsh.org/old/Documents/Presentations2009/NotionsBase.pdf

    Cette solution me paraît cohérente. En revanche, celle d'aujourd'hui pas du tout.......

    Contenu sponsorisé

    Re: Lettre de la DSAC à la DGOS - 13 juin 2014

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:36


      La date/heure actuelle est Sam 10 Déc 2016 - 16:36